Fa­lar­deau, le boxeur

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND -

« 30 ans de re­fus et de mé­pris, ça laisse des traces. » Cette phrase du ci­néaste Pierre Fa­lar­deau, qu’on en­tend dans le do­cu­men­taire Fa­lar­deau qui a pris l’af­fiche cette se­maine, ré­sume bien la vie de cet ar­tiste qui a tou­jours dû se battre contre la cen­sure ou le re­fus des ins­ti­tu­tions de fi­nan­cer ses pro­jets qui pre­naient par­fois jus­qu’à 14 ans avant de voir le jour. C’est le por­trait d’un Fa­lar­deau qui a « pris le ci­né­ma comme une arme », se bat­tant cons­tam­ment (contre les co­lo­ni­sa­teurs, contre les cen­seurs, contre les im­bé­ciles), qui res­sort de ce do­cu­ment sans com­plai­sance. Ses dé­ra­pages ou ses échecs sont éga­le­ment mon­trés. Mais les deux mo­ments qui m’ont le plus tou­chée ont à voir avec le Fa­lar­deau sen­sible et hu­ma­niste. Quand, à Star Aca­dé­mie, il lit les pa­roles de la chan­son Ne me quitte pas de Jacques Brel, il est si bou­le­ver­sé que sa voix tremble et il doit in­ter­rompre sa lec­ture, ému aux larmes. Et, en conclu­sion du film, se sa­chant proche de la mort, il af­firme que la sur­vie des in­di­vi­dus lui im­porte peu puisque nous sa­vons tous que nous al­lons mou­rir, mais que la sur­vie des peuples, elle, est pri­mor­diale. Son plus grand re­gret au­ra été de ne pas voir le Québec de­ve­nir un pays sou­ve­rain de son vi­vant.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.