LE TOP DU CI­NÉ­MA AMÉ­RI­CAIN

Hol­ly­wood peut (et va) re­cy­cler le 3D de toutes les fa­çons pos­sibles et ima­gi­nables, bref, à toutes les sauces. J’ai­me­rais sim­ple­ment que les his­toires soient plus ori­gi­nales.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA WEEKEND - Ke­vin William­son Agence QMI

Les stu­dios ont tou­jours eu le risque en aver­sion – c’est avant tout une en­tre­prise –, mais ra­re­ment au­ra-t-on vu une an­née comme celle qui s’achève être au­tant à court d’idées ori­gi­nales.

Le 3D gé­nère des re­ve­nus, si bien que War­ner Bros, après avoir op­té pour un sup­port tra­di­tion­nel pour Har­ry Pot­ter et les re­liques de la mort – 1re par­tie, a ré­vi­sé ses pro­jec­tions fi­nan­cières au qua­trième tri­mestre. Et avec tous les films 3D qui sont at­ten­dus d’ici 2015, ces fa­meuses lu­nettes qui sont né­ces­saires pour ap­pré­cier les films en trois di­men­sions ne sont pas prêtes d’être dé­mo­dées.

Pour­tant, même dans ce cli­mat dé­pri­mant et mo­no­tone où tout est pré­texte à se mettre à l’abri du moindre risque, quelques réa­li­sa­teurs as­pirent à sor­tir du lot. Ce fai­sant, ils contri­buent à bra­quer les pro­jec­teurs sur des ré­cits ra­fraî­chis­sants et ir­ré­sis­tibles.

Per­sonne ne le fait mieux que le réa­li­sa­teur et scé­na­riste Ch­ris­to­pher No­lan. Son film Ori­gine a amas­sé 800 mil­lions $ à tra­vers le monde en dé­pit du fait qu’il était exi­geant pour les spec­ta­teurs de suivre cette his­toire ba­sée sur un monde de rêves ver­ti­gi­neux consti­tué de plu­sieurs di­men­sions pa­ral­lèles.

Presque aus­si po­pu­laire qu’Ori­gine, un film d’ani­ma­tion a par­ti­cu­liè­re­ment sur­pris cette an­née. Non, je ne parle pas d’His­toire de jouets 3 – même si c’est pro­ba­ble­ment un sa­cri­lège de pro­po­ser un film qui n’est pas is­su de Pixar –, mais com­ment ou­blier Dra­gons, qui a su ma­rier des ef­fets spé­ciaux spec­ta­cu­laires avec des émo­tions sin­cères.

PER­FOR­MANCES À OS­CARS

Deux genres ont par ailleurs éle­vé leurs cri­tères : les films ti­rés de bandes des­si­nées avec Kick-Ass, qui a été aus­si sour­noi­se­ment di­ver­tis­sant que violent. Et les frères Coen ont sur­pas­sé l’ori­gi­nal avec leur nou­velle ver­sion du wes­tern Le vrai cou­rage ( True Grit) de 1969 avec John Wayne.

La vraie vie a four­ni les per­son­nages et les conflits qui meublent Le coup de grâce, un drame sur la boxe dans le­quel Ch­ris­tian Bale in­suffle tout son ta­lent, ce qui pour­rait le consa­crer aux Os­cars.

Deux autres per­for­mances ne sont pas pas­sées in­aper­çues et pour­raient va­loir une sta­tuette do­rée à la nou­velle ve­nue Jen­ni­fer La­wrence pour l’odys­sée de Win­ter’s Bone, qui se dé­roule dans un ar­rière-pays par­ti­cu­liè­re­ment aus­tère, ain­si que celle de Na­ta­lie Port­man pour son per­son­nage fé­ro­ce­ment psy­cho­trope dans Le cygne noir.

Deux sus­penses ma­rient pour leur part réa­li­té et fic­tion : le drame ins­pi­ré par des évé­ne­ments réels qui se sont dé­rou­lés en Aus­tra­lie dans Ani­mal Kingdom, dans le­quel un ado­les­cent doit choi­sir entre sa fa­mille de cri­mi­nels et un dé­tec­tive qui croit pou­voir le sau­ver, et le meilleur drame cri­mi­nel de l’an­née, si­gné Ro­man Polanski, L’écri­vain fan­tôme, qui tourne au­tour de la re­la­tion entre l’écri­vain de la bio­gra­phie du pre­mier mi­nistre bri­tan­nique et ce der­nier, qui est ac­cu­sé de crimes de guerre.

HAR­RY POT­TER ET LES RE­LIQUES DE LA MORT

ANI­MAL KINGDOM

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.