UN DO­CU­MEN­TAIRE SUR L’HOMME ET LE MYTHE

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA WEEKEND - Isabelle Hontebeyrie Agence QMI

Pré­sen­té au Fes­ti­val du nou­veau ci­né­ma (FNC), en oc­tobre, le do­cu­men­taire Pierre Fa­lar­deau a ob­te­nu un tel suc­cès que, dès sa sor­tie en salle, les ci­né­philes dé­cou­vri­ront le por­trait d’un grand homme qui gé­nère tou­jours au­tant d’in­té­rêt.

Car­men Gar­cia, co­réa­li­sa­trice de ce long mé­trage avec son com­plice, Germán Gutierrez, rap­pelle la ge­nèse de ce pro­jet. « C’est un film dans le­quel nous sou­hai­tions don­ner le plus pos­sible la pa­role à Fa­lar­deau et à des gens qui l’ont bien connu. De plus, nous vou­lions pro­po­ser une lec­ture de tout ce ma­té- riel re­cueilli au spec­ta­teur, mais sans ex­pri­mer d’opi­nion. » Pas de nar­ra­tion donc, mais un sa­vant montage d’en­tre­vues et d’archives – y com­pris Cé­line Dion ex­pli­quant son amour d’El­vis Grat­ton! – com­pre­nant des pas­sages des dif­fé­rentes oeuvres du ci­néaste qué­bé­cois.

SORT

Dé­bu­té avec l’ac­cord de Fa­lar­deau, ce do­cu­men­taire de­vait en être un sur l’homme dans son in­ti­mi­té et sa vie de tous les jours. Mais le sort et la ma­la­die en ont dé­ci­dé au­tre­ment. Après le dé­cès de ce géant du pay­sage ci­né­ma­to­gra­phique, Car­men Gar­cia et Germán Gutierrez ont dé­ci­dé d’ache­ver le long mé­trage, tout en conser­vant cette idée de dé­part. « On vou­lait mon­trer Fa­lar­deau, l’ar­tiste, le ci­néaste, l’écri­vain, mais aus­si l’homme der­rière [cette fa­çade], qui était moins connu. » Les deux réa­li­sa­teurs ont néan­moins conser­vé les in­ter­views réa­li­sées de Fa­lar­deau et ont aus­si ajou­té des en­tre­tiens avec cer­tains de ses proches, comme sa femme, Manon Leriche, sa pro­duc­trice, et ses amis Luc Pi­card et Fran­cis Si­mard.

Trois à quatre mois de re­cherches in­ten­sives ont été né­ces­saires à la re­cherche des archives, un tra­vail gi­gan­tesque ef­fec­tué par Germán Gutierrez et la recherchiste Nan­cy Mar­cotte. « Des mi­li­tants ain­si que des gens qui ont tra­vaillé sur les films de Fa­lar­deau nous ont don­né du ma­té­riel. Ce tra­vail a été fa­ci­li­té par une grande gé­né­ro­si­té des per­sonnes que nous avons ap­pro­chées. Beau­coup nous ont don­né gra­tui­te­ment du ma­té­riel. »

DÉ­TRAC­TEURS

Quid des dé­trac­teurs? « Nous al­lions élar­gir à cer­tains de ses dé­trac­teurs, mais, au cours du montage, nous nous sommes dit que ce qui lui avait été le plus re­pro­ché, les jour­na­listes qui l’in­ter­viewent dans le film − Paul Ar­cand, Ri­chard Mar­ti­neau, De­nise Bom­bar­dier − en sou­lèvent les points prin­ci­paux. » De nom­breuses sé­quences sont ain­si res­tées sur le plan­cher de la salle de montage. « Nous avons fait une en­tre­vue avec Biz, de Lo­co Lo­cass, mais trop tard dans le pro­ces­sus, et nous avons eu du mal à l’in­sé­rer. » Ré­sul­tat : Car­men Gar­cia pro­met de nom­breux sup­plé­ments dans l’édi­tion DVD, qui to­ta­li­se­ront une bonne heure d’en­tre­vues et de sé­quences in­édites.

Lors des pro­jec­tions te­nues dans le cadre du FNC, Car­men Gar­cia a vu un pu­blic large et mul­ti­gé­né­ra­tion­nel. « On voit des jeunes, des vieux de la vieille, des in­dé­pen­dan­tistes, des fé­dé­ra­listes, etc. Le do­cu­men­taire touche les gens et plu­sieurs pleurent à la fin. » Pour la ci­néaste, Pierre Fa­lar­deau « at­tire énor­mé­ment les jeunes qui se re­trouvent dans sa fa­çon de s’ex­pri­mer et son dis­cours ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.