Un Pe­tit co­chon dou­ble­ment dingue!

Le deuxième Pe­tit Co­chon Dingue, si­tué au Com­plexe Jules-Dal­laire, vous ac­cueille à l’heure du dé­jeu­ner, pour le lunch, lors de la pause ca­fé ou quand votre en­vie de dé­gus­ter un des­sert co­chon de­vient in­con­trô­lable.

Le Journal de Quebec - Weekend - - SAVEURS WEEKEND -

Sur le bou­le­vard Cham­plain, à quelques pas du Co­chon Dingue, se trouve le Pe­tit Co­chon Dingue, pre­mier du nom. C’est dans ce ca­fé-pâ­tis­se­rie que les des­serts co­chons sont concoc­tés de fa­çon ar­ti­sa­nale, que se soit la Tarte sur­prise au fro­mage à la crème et fraises fraîches, la Tarte au sucre à la crème, le Gâ­teau Royale Dingue ou le Gâ­teau aux ca­rottes.

De­puis oc­tobre der­nier, Le Pe­tit Co­chon Dingue a un frère ca­det, si­tué dans le com­plexe Ju­lesDal­laire, sur le bou­le­vard Lau­rier, tout près de son cou­sin, le Paris Grill. « Il y a deux ou trois ans, lors­qu’on a com­men­cé à par­ler du dé­mé­na­ge­ment du Paris Grill dans le com­plexe, les gens de Co­mi­nar nous avaient fait part de leur sou­hait d’y voir aus­si s’ins­tal­ler une en­tre­prise d’ici, de type ca­fé et sand­wi­che­rie », sou­ligne Pierre Mo­reau, di­rec­teur gé­né­ral du Groupe Res­tos Plai­sirs.

C’est ain­si que ce der­nier-né a pu voir le jour, mais sans d’abord s’as­su­rer qu’il mè­ne­rait une belle vie. « Nous pri­vi­lé­gions une crois­sance très ré­flé­chie et mo­dé­rée, en fonc­tion des op­por­tu­ni­tés qui s’offrent à nous et de nos ca­pa­ci­tés, car une de nos forces est notre per­son­nel. Il faut s’as­su­rer que des gens de la re­lève, for­més, soient prêts à re­le­ver un nou­veau dé­fi », dit M. Mo­reau.

Le Pe­tit Co­chon Dingue pro­pose une res­tau­ra­tion de type fast ca­sual, comme disent les an­glo­phones. « On ne sert pas du fast food dans un en­vi­ron­ne­ment qui in­cite les gens à par­tir ra­pi­de­ment. Tout est frais et fait ici de fa­çon ar­ti­sa­nale. Les gens qui n’ont pas tou­jours le temps de s’as­seoir une heure pour man­ger y trouvent un type de res­tau­ra­tion qui cor­res­pond à leur rythme de vie, tout comme ceux qui vou­draient res­ter plus long­temps », ajoute M. Mo­reau.

En plus des des­serts co­chons, on y re­trouve des quiches, des sand­wichs, des vien­noi­se­ries, du pâ­té à la viande, de la tourte de ca­nard confit, du sucre à la crème, des beignes faits mai­son, des bûches de Noël, du pain aux can­ne­berges, des bons­hommes de pain d’épices, etc., que vous pou­vez aus­si em­por­ter à la mai­son.

PE­TITS POTS

Il y a quelques se­maines, le Groupe Res­tos Plai­sirs a lan­cé sa troi­sième col­lecte de fonds au pro­fit du Pi­gnon Bleu, un or­ga­nisme qui contri­bue à la sé­cu­ri­té ali­men­taire et sou­tient le dé­ve­lop­pe­ment des en­fants et des fa­milles.

Tous les pro­fits de la vente des Pots Plai­sirs, qui se dé­roule toute l’an­née, se­ront re­mis au Pi­gnon Bleu et ser­vi­ront à fi­nan­cer la dis­tri­bu­tion de col­la­tions aux jeunes élèves pro­ve­nant de mi­lieux dé­fa­vo­ri­sés, ain­si que la for­ma­tion de jeunes pro­fes­sion­nels en dif­fi­cul­té d’in­té­gra­tion. L’an der­nier, le Groupe Res­tos Plai­sirs a re­mis 51 000 $ à l’or­ga­nisme. Alors faites des provisions de beurre de pommes, de confi­tures fraises et fram­boises, ain­si que de beurre de fram­boises, puis of­frez-en à ceux que vous ai­mez.

PHOTO STEVENS LE­BLANC

Le chef Jean-François Si­mard et la di­rec­trice Ju­lie For­tin, du Pe­tit Co­chon Dingue si­tué au Com­plexe Jules-Dal­laire.

PHOTO STEVENS LE­BLANC

Un ser­vice ra­pide, mais un plai­sir gour­mand qui dure long­temps.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.