Ryan Rey­nolds dans Green Lantern

La quête d’un ac­teur pour te­nir le rôle prin­ci­pal dans Green Lantern s’est avé­rée très fas­ti­dieuse.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Agence QMI

«Nous avons au­di­tion­né quelques ac­teurs, dont cer­tains deux fois plu­tôt qu’une», a ré­vé­lé l’été der­nier le réa­li­sa­teur Martin Camp­bell ( Ca­si­no Royale), à l’oc­ca­sion du congrès Co­mic-Con In­ter­na­tio­nal.

« C’est une ques­tion qui exi­geait tout notre sé­rieux. Il ne s’agit pas que d’un seul film, puisque si le pre­mier fait bonne fi­gure, ce suc­cès en­gen­dre­ra cer­tai­ne­ment des suites. On parle donc d’une en­tre­prise qui peut po­ten­tiel­le­ment s’éti­rer dans le temps.»

Les ac­teurs Brad­ley Coo­per et Jus­tin Tim­ber­lake fi­gu­raient ap­pa­rem­ment par­mi les can­di­dats fi­na­listes au rôle-titre. C’est tou­te­fois le Ca­na­dien Ryan Rey­nolds qui au­ra pour tâche de por­ter sur ses épaules d’ac­teur cette pro­duc­tion de 150mil­lions$, dont la sor­tie en salle est pré­vue le 17 juin pro­chain.

Rey­nolds in­car­ne­ra Jor­dan, un hu­main choi­si pour se joindre à un ordre in­ter­ga­lac­tique dont les membres sont ar­més d’an­neaux ma­ni­pu­la­teurs d’éner­gie contrô­lés par la vo­lon­té. Blake Lively, Pe­ter Sars­gaard et Mark Strong sont éga­le­ment de la dis­tri­bu­tion.

«Le pro­ces­sus d’au­di­tion a été le même pour moi que pour tous les autres», s’est rap­pe­lé Rey­nolds. «J’ai ren­con­tré Martin et suis tom­bé en amour avec l’idée, le concept. Il m’a fait vi­si­ter le dé­par­te­ment ar­tis­tique du pro­jet, ce qui fut pour moi une ex­pé­rience mé­mo­rable. Je n’ai pas seule­ment vi­si­té le dé­par­te­ment créa­tif, j’y ai vé­cu une vé­ri­table ex­pé­rience. Le monde en créa­tion pour ce per­son­nage, ce film, dé­pas­sait tout ce dont j’ai pu être té­moin en termes de mo­ments cap­tés sur pel­li­cule. Ce fut pour moi un mo­ment fan­tas­tique. C’est ce qui m’a don­né en­vie d’en faire par­tie. »

EX­CEP­TION­NEL

Les res­pon­sables du film ont éga­le­ment été im­pres­sion­nés par Rey­nolds. « Tout le monde au­di­tion­né était ex­cellent », re­late Camp­bell. « Ryan était ex­cep­tion­nel. »

Et le pro­duc­teur Do­nald DeLine ajoute : « Ryan a su­perbe al­lure sous le masque. »

« Il y avait un as­pect Cen­drillon à tout ce­la, ra­conte Rey­nolds. Le dé­par­te­ment des ef­fets spé­ciaux res­pon­sable de créer le masque doit réa­li­ser ce que l’on ap­pelle un mou­lage sur mo­dèle vi­vant. Ils font ce­la sur votre tête et ce moule de la tête de l’ac­teur per­met en­suite de gui­der la fa­bri­ca­tion de la pro­thèse fa­ciale… »

« Le dé­par­te­ment à qui l’on a de­man­dé de fa­bri­quer le masque de Green Lantern n’avait au­cune idée des ac­teurs au­di­tion­nés pour le rôle, mais ils ont op­té au ha­sard pour ma bouille après avoir consul­té leur vaste ca­ta­logue de têtes d’ac­teurs. Quand je me suis poin­té sur le pla­teau, le masque m’al­lait mieux qu’à qui­conque au­di­tion­nait ce jour-là. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.