PaulGia­mat­ti

L’aven­ture ca­na­dien­nede

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Bruce Kirk­land

L’ac­teur amé­ri­cain Paul Gia­mat­ti a sou­vent tra­vaillé au Ca­na­da dans le cadre de pro­duc­tions hol­ly­woo­diennes comme Les pa­piers du Pen­ta­gone, ou en­core Cin­de­rel­la Man, ce film sur le monde de la boxe avec Rus­sel Crowe, et qui a pro­cu­ré à Paul Gia­mat­ti sa seule no­mi­na­tion aux os­cars.

L’ac­teur se dit fas­ci­né par la culture ca­na­dienne, très à l’aise avec celle-ci, et bien ac­cueilli par les Ca­na­diens quand il se trouve au pays.

Mais il a trou­vé par­ti­cu­lière, voire même étrange, l’in­vi­ta­tion qui lui a été lan­cée de faire un saut à Mon­tréal pour in­car­ner le per­son­nage prin­ci­pal dans Le

monde se­lon Bar­ney, dont l’ac­tion se dé­roule prin­ci­pa­le­ment à Mon­tréal et dans les en­vi­rons. Le film est adap­té du ro­man de l’au­teur ca­na­dien Mor­de­cai Ri- chler, pa­ru en 1997.

« J’ai pris le temps d’y pen­ser, a ex­pli­qué Paul Gia­mat­ti en en­tre­vue. J’ai dit : “Ne vou­lez-vous pas en­ga­ger un co­mé­dien ca­na­dien pour ce rôle?” »

Le pro­duc­teur Robert Lan­tos, qui avait dé­jà tra­vaillé sur le pro­jet avec Ri­chler et qui pro­duit une autre adap­ta­tion d’un de ses ro­mans, a réus­si à convaincre l’ac­teur de par­ti­ci­per à l’aven­ture.

« Robert Lan­tos est cap­ti­vant, et tel­le­ment pas­sion­né par son film, a pré­ci­sé Paul Gia­mat­ti. Et il y avait Ri­chard Le­wis à la réa­li­sa­tion, c’était for­mi­dable. Alors, il n’y avait au­cune rai­son de re­fu­ser. »

Mor­de­cai Ri­chler, qui est dé­cé­dé en 2001, de­meure une grande fi­gure ca­na­dienne de la lit­té­ra­ture, même s’il est très contro­ver­sé en rai­son de ses es­sais sur l’an­ti­sé­mi­tisme et sur les dé­rives du na­tio­na­lisme. Le per­son­nage gran­di­lo­quent et au­to­cri­tique de Bar­ney, per­son­nage prin­ci­pal du film, est un al­ter ego de l’au­teur.

Un au­teur pra­ti­que­ment in­con­nu pour Paul Gia­mat­ti : « C’était un peu stu­pide de ma part, je le pre­nais pour le Phi­lippe Roth ca­na­dien, ce qu’il n’est pas du tout. »

Mor­de­cai Ri­chler a exa­mi­né la so­cié­té ca­na­dienne à tra­vers le mi­lieu juif an­glo­phone de Mon­tréal, où il a gran­di. « Ce que j’ai bien ai­mé dans le scé­na­rio, a in­di­qué l’ac­teur, c’est qu’il y avait une touche ca­na­dienne au­then­tique. Je me suis dit que je vou­lais vrai­ment faire ce film qui sem­blait en­foui pro­fon­dé­ment dans la conscience ca­na­dienne. »

« Mon­tréal est une ville fol­le­ment fas­ci­nante, a-t-il ajou­té. Quand j’ai mis le pied à Mon­tréal, j’ai com­pris : “C’est une ville fran­çaise! Du fran­çais par­tout! Je n’étais ja­mais al­lé dans un en­droit aus­si bi­lingue.” »

DIF­FÉ­RENTS ÂGES

Paul Gia­mat­ti a éga­le­ment dé­cro­ché le rôle parce que le pro­duc­teur et le réa­li­sa­teur n’avaient trou­vé au­cun ac­teur juif ou ca­na­dien qui pour­rait in­car­ner le per­son­nage de Bar­ney dans les dif­fé­rentes tranches d’âge re­quises par le scé­na­rio.

Le co­mé­dien, âgé de 43 ans, peut jouer avec convic­tion des per­son­nages entre 28 et 68 ans. Dus­tin Hoff­man avait été en­vi­sa­gé, mais étant consi­dé­ré trop âgé, il a fi­na­le­ment in­ter­pré­té le rôle de Iz­zy, le père bour­ru de Bar­ney.

Tout comme les ac­teurs qui sont fi­na­le­ment prêts à s’at­ta­quer au per­son­nage de Ham­let, Paul Gia­mat­ti sent qu’il peut main­te­nant se per­mettre des rôles comme ce­lui de Bar­ney. « Dans ma car­rière, j’ar­rive en­fin à l’âge idéal, a-t-il in­di­qué. J’ai tou­jours joué des per­son­nages plus vieux que moi et je suis main­te­nant dans la bonne pé­riode pour in­ter­pré­ter un rôle de mon âge. »

L’ac­teur est dé­jà en no­mi­na­tion aux Gol­den Globes pour son rôle dans Le monde

se­lon Bar­ney. Le pro­duc­teur Robert Lan­tos et son équipe s’ac­tivent afin d’en ob­te­nir une autre aux os­cars.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Paul Gia­mat­ti est no­mi­né aux Gol­den Globes pour son rôle dans Le monde se­lon Bar­ney.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.