Le Père Noël pro­longe son sé­jour au parc Elo­land

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME - Lise Gi­guère

Vous croyez que le Père Noël, ses rennes et ses lu­tins ont re­pris le che­min du Pôle Nord jus­qu’à l’an pro­chain? Eh bien, dé­trom­pez­vous. Ins­tal­lés au parc Elo­land, dans la Beauce de­puis no­vembre, ils ont plu­tôt choi­si de pro­lon­ger leur sé­jour jus­qu’à la fin jan­vier. Pour le plus grand bon­heur des pe­tites fa­milles!

Après nous avoir éton­nés avec ses sculp­tures de dinosaures qui montent la garde au­tour du Res­tau­rant Madrid sur l’au­to­route 20, Éloi Thi­bo­deau, un an­cien fonc­tion­naire de­ve­nu pro­prié­taire de l’en­tre­prise Di­noET, réa­li­sait le sque­lette du di­no­saure ani­mé du film amé­ri­cain Une nuit au mu­sée. Il lui res­tait ce­pen­dant un autre rêve à réa­li­ser, ce­lui d’un parc thé­ma­tique où ses sculp­tures en fibre de verre se­raient mises en va­leur pour le plus grand plai­sir des en­fants.

De­puis 18 ans, je tra­vaille la fibre de verre pour en faire des dé­cors pour les cam­pings, des mi­ni­golfs, des pis­cines en forme d’ani­maux et j’ai re­pro­duit près de 4 000 ani­maux. Mais une fois que mes sculp­tures quittent mon ate­lier, il ne me reste plus rien. J’ai eu en­vie de faire quelque chose pour moi et pour mon coeur d’en­fant!

UNE FO­RÊT EN­CHAN­TÉE

En 2002, alors qu’il cherche un en­droit pour s’éta­blir et ins­tal­ler son ate­lier, il fait l’ac­qui­si­tion de ce qu’il ap­pelle son « pe­tit pa­ra­dis » dans une fo­rêt de 3,5 mil­lions de pieds car­rés. Il com­mence alors à sculp­ter des ob­jets des­ti­nés à son Vil­lage du Père Noël, un en­droit qu’il veut em­preint de magie.

La vi­site dé­bute au gros cham­pi­gnon qui sert de gui­chet. On entre en­suite dans la fo­rêt en pas­sant sous l’arc-en-ciel pour suivre un sentier de 500 pieds (152 mètres) le long du­quel on peut ad­mi­rer les dif­fé­rents ani­maux qui vivent en Amé­rique du Nord (che­vreuils, ori­gnaux, etc.).

Puis, c’est le Pôle Nord, où se trouve le vil­lage des lu­tins, qu’il faut tra­ver­ser (on en pro­fite bien en­ten­du pour ad­mi­rer les lu­tins au tra­vail) pour at­teindre le châ­teau du Père Noël dans le­quel trône le seul per­son­nage bien vi­vant de toute cette fée­rie (tous les autres sont des ro­bots ani­més) : le Père Noël. Sou­riant, ce der­nier ac­cueille les en­fants et re­met à cha­cun un pe­tit ca­deau.

En­core tout ex­ci­tés par cette ren­contre, les en­fants peuvent en­suite s’amu­ser dans l’igloo ou la glis­sade ou se faire prendre en photo dans le traî­neau géant.

L’AVE­NIR

Dès la fer­me­ture de son parc à la fin du mois, M. Thi­bo­deau se re­met­tra au tra­vail pour bo­ni­fier son pro­duit. « J’ai­me­rais ou­vrir en oc­tobre l’an pro­chain, avec une fo­rêt han­tée, une am­biance mys­té­rieuse et des per­son­nages ty­piques de l’Hal­lo­ween. J’ai­me­rais aus­si ajou­ter des sen­tiers, une sec­tion ayant pour thème les contes de fées en 3D, une ca­fé­té­ria et un mu­sée in­ter­ac­tif où je re­pro­dui­rais le T-Rex d’Une nuit au mu­sée et dans le­quel se­rait ex­po­sée ma col­lec­tion de fos­siles. » Une his­toire à suivre…

Note : Ou­vert tous les jours, de 10 h à 20 h (fer­mé le 1er jan­vier), jus­qu’au 9 jan­vier. Par la suite, jus­qu’au 30 jan­vier, le parc ne se­ra ou­vert que les sa­me­dis et di­manches, de 10 h à 20 h.

PHOTOS CLD ROBERT-CLICHE ET PARC ELO­LAND

1. Le Père Noël at­tend les pe­tits pour leur re­mettre un pe­tit ca­deau en sou­ve­nir de leur vi­site. 2. L’en­trée qui mène au Vil­lage des lu­tins et au Châ­teau du Père Noël. 3. En se col­lant le nez aux fe­nêtres, on peut ad­mi­rer les lu­tins au tra­vail. 4. Dans les sen­tiers, on fait la ren­contre de nom­breux ani­maux vi­vant en Amé­rique du Nord.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.