Pa­tience et in­sis­tance

Le réa­li­sa­teur Ri­chard J. Le­wis était lit­té­ra­le­ment ob­sé­dé par Le monde de Bar­ney de­puis qu’il avait lu le ro­man de Mor­de­cai Ri­chler, en 1999, et sur­tout de­puis que son ami, le pro­duc­teur Robert Lan­tos, avait ob­te­nu les droits.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Bruce Kirk­land Agence QMI

« Dès que j’ai su que Robert avait ache­té les droits, je l’ai har­ce­lé pour faire ce film avec lui, a dit Le­wis en sou­riant, tout en sa­chant que ce ne se­rait vrai­ment pas fa­cile de le convaincre. »

Les deux hommes avaient dé­jà tra­vaillé en­semble sur le film Whale Mu­sic, dans les an­nées 90. Donc, Le­wis sa­vait qu’il pour­rait me­ner de nou­veau un pro­jet avec le pro­duc­teur de To­ron­to, qui est un pro­fes­sion­nel exi­geant et en­ga­gé dans ce qu’il fait. Il sa­vait qu’en­semble, ils étaient ca­pables de faire du Monde de Bar­ney un grand film.

PRÉ­PA­RA­TION

« Je me suis mon­tré pa­tient tout en étant in­sis­tant au fil des an­nées, je n’ai ja­mais aban­don­né mon ob­jec­tif. » Ri­chard Le­wis a même écrit lui-même un scé­na­rio pré­pa­ra­toire pour convaincre son ami, en sa­chant qu’il ne se­rait pas payé pour ce­la.

Robert Lan­tos a lu son scé­na­rio et l’a fi­na­le­ment em­bau­ché comme scé­na­riste et réa­li­sa­teur. Ils ont en­suite es­sayé de re­tra­vailler le texte tous les deux pour l’amé­lio­rer, mais sans ja­mais être vrai­ment sa­tis­faits. Lan­tos a donc confié l’écri­ture du scé­na­rio fi­nal, qui de­vait être tour­né à Rome et à Mon­tréal, à Mi­chael Ko­nyves.

« Robert te­nait à faire les choses en grand pour être fi­dèle à l’his­toire ori­gi­nale, dit Le­wis. Il es­ti­mait, comme moi, que Le monde de Bar­ney était le meilleur ro­man de Mor­de­cai, après avoir lu l’oeuvre in­té­grale de l’écri­vain mont­réa­lais. »

Les pré­cé­dentes adap­ta­tions des ro­mans de Mor­de­cai, L’ap­pren­tis­sage de Dud­dy Kra­vitz et Jo­shua au pas­sé, au pré­sent, réa­li­sées par Ted Kot­cheff, sont très réus­sies, mais je crois qu’il y a quelque chose en plus dans Le monde de Bar­ney, a es­ti­mé Le­wis Ri­chard. Le scé­na­rio est par­fait, le film est bien réa­li­sé, les per­son­nages sont ex­cel­lents, tout comme dans Dud­dy Kra­vitz, mais l’his­toire de Bar­ney est plus pro­fonde, plus in­tense. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.