Une en­sei­gnante re­belle et dé­vouée

Après Vir­gine, Fa­bienne La­rouche don­ne­ra la pa­role à une autre en­sei­gnante dans sa nou­velle sé­rie, 30 vies. Ma­ri­na Or­si­ni, qui y est en ve­dette, roule à un train d’en­fer par les temps qui courent. Quo­ti­dienne à la té­lé, quo­ti­dienne à la ra­dio, mais avant

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Serge Drouin

« C’est vrai qu’il y a beau­coup de choses en même temps. Dans ces mo­ments-là, il n’y a qu’un mot : or­ga­ni­sa­tion », lance l’ac­trice et ani­ma­trice.

Les jour­nées com­mencent tôt pour l’ac­trice de­puis le dé­but des en­re­gis­tre­ments de 30 vies, il y a quelques se­maines. La quo­ti­dienne est en­re­gis­trée entre 7 h et 14 h. Par la suite, Ma­ri­na Or­si­ni doit se rendre à Rock Dé­tente, où elle coanime La vraie vie, en com­pa­gnie d’Alain Du­mas. À tra­vers tout ça, il faut mé­mo­ri­ser des textes, être près de fis­ton et de son amour.

30 VIES

Au cours des pro­chains jours, Ma­ri­na Or­si­ni se­ra Gabrielle For­tin, la nou­velle hé­roïne de 30 Vies, deuxième quo­ti­dienne de Fa­bienne La­rouche, en ondes à Ra­dio-Ca­na­da.

La sé­rie ra­conte l’his­toire de Gabrielle For­tin, une en­sei­gnante de fran­çais en 5e se­con­daire, et de ses élèves. « C’est une pro­fes­seure mis­sion­naire, qui adore ses élèves, sou­ligne Ma­ri­na Or­si­ni. Dire qu’elle est une mère Te­re­sa se­rait exa­gé­rée, mais il est cer­tain qu’elle va au-de­là de son man­dat d’en­sei­gner avec ses élèves. C’est une femme qui se dé­voue, qui a un grand sens hu­ma­ni­taire », dit Ma­ri­na Or­si­ni.

CONTEM­PO­RAINE

Se­lon Ma­ri­na Or­si­ni, Gabrielle For­tin est aus­si une femme contem­po­raine. « C’est une mère de trois en­fants, un gar­çon, deux filles, ma­riée de­puis une quin­zaine d’an­nées; en re­la­tion stable de­puis des an­nées. Sa fa­mille est heu­reuse. Ça fait du bien de voir une fa­mille comme la sienne à la té­lé. »

Ce­pen­dant, Gabrielle For­tin a un cô­té re­belle. « Elle s’en prend au sys­tème. Elle n’aime pas vrai­ment les conven­tions. Étant don­né qu’elle a une classe de jeunes en dif­fi­cul­té sco­laire, elle met ses éner­gies à ses élèves. L’ado­les­cence n’est pas une pé­riode de vie né­ces­sai­re­ment fa­cile pour tout le monde. C’est comme un pas­sage obli­gé. »

LANCE ET COMPTE

Pour Ma­ri­na Or­si­ni, 30 vies, c’est aus­si un hom­mage au mé­tier d’en­sei­gnant. « La sé­rie rend hom­mage aux profs. Ce sont des gens tel­le­ment dé­voués, qui aiment leur mé­tier. On les cri­tique sou­vent, mais dans le fond, c’est plu­tôt toute la ma­chine qui les en­toure qu’on cri­tique. »

Les en­re­gis­tre­ments de 30 vies tien­dront Ma­ri­na Or­si­ni oc­cu­pée jus­qu’en avril, mo­ment où dé­bu­te­ra le tour­nage de la hui­tième sé­rie de Lance et compte - La dé­chi­rure (ou Le dé­chi­re­ment). Dans ce pro­chain vo­let de la po­pu­laire sé­rie de Ré­jean Trem­blay, Su­zie Lambert se­ra re­mise de son can­cer. Avec son amour Marc Ga­gnon (Marc Mes­sier), Su­zie ai­me­rait bien adop­ter un en­fant...

La co­mé­dienne s’est, par ailleurs, ré­jouie des chiffres en­re­gis­trés par Lance et compte, le film au box of­fice de­puis sa sor­tie. « Je pense que nous sommes près de 1,8 M$. On est bien contents », ter­mine celle qui res­pire le bon­heur.

30 vies, dès le 10 jan­vier, à 19 h, à Ra­dio-Ca­na­da.

PHOTOS COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.