DÉ­LI­RANTS

Des per­son­nages Per­du dans ses dé­lires mys­tiques, Da­niel ap­pa­raît néan­moins comme le seul té­moin po­ten­tiel, mais où se trouve la vé­ri­té entre ses vi­sions de l’ar­change Ga­briel et le meurtre d’An­gèle Ther­rien, sur­ve­nu il y a 37 ans?

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - De­nise Mar­tel Le Jour­nal de Québec

«C’est un beau per­son­nage, un ca­deau! Quand j’ai lu les textes pour l’au­di­tion, je vou­lais l’avoir parce que des rôles de com­po­si­tion comme ce­lui-là sont très rares. J’ai eu un plai­sir fou à l’in­ter­pré­ter», confie De­nis La­mon­tagne, qui in­carne Da­niel Gaboury dans Cha­botte et fille.

«Il a une per­son­na­li­té forte, mais pas à la bonne place. Il aime beau­coup Lar­ry Mo­rel, qui est en quelque sorte son de­mi-frère, et il est por­té à le pro­té­ger», ra­conte le co­mé­dien qu’on a vu au théâtre, entre autres, dans Cy­ra­no, Cendres de cailloux et Fan­fare.

«Avec le réa­li­sa­teur Louis Bolduc, on s’est beau­coup in­ter­ro­gés pour ar­ri­ver à cer­ner sa per­son­na­li­té. Il ne fal­lait sur­tout pas en faire une ca­ri­ca­ture. Pa­ra­doxa­le­ment, son prin­ci­pal dé­mon, c’est l’ar­change Ga­briel... Un jour, on s’est dit qu’il se­rait ta­toueur et j’ai eu l’idée de lui ra­ser la tête et de lui faire un tatoo sur le cô­té. La sug­ges­tion a tout de suite plu au réa­li­sa­teur», ajoute le na­tif du Bas-du-fleuve.

«C’était drôle, parce que j’ai pas­sé l’été chauve et les gens ne me re­con­nais­saient pas, mais ça a été ex­tra­or­di­naire avec Da­niel et toute l’équipe de Cha­botte et fille », ajoute le co­mé­dien, qui a eu une quin­zaine de jours de tour­nage.

COMME L’AL­COOL

De son cô­té, Sylvain Bros­seau, éga­le­ment de Québec, a aus­si été choi­si par au­di­tion pour in­ter­pré­ter Lar­ry Mo­rel, ce­lui qui se­rait le vé­ri­table meur­trier d’An­gèle Ther­rien. «Ils ont ai­mé mon air bête na­tu­rel», lance-t-il en riant.

Re­pre­nant à sa fa­çon les pa­roles pro­non­cées par son per­son­nage dans un des épi­sodes vi­sion­nés par les jour­na­listes, il ajoute: «Son pro­blème avec les femmes, c’est comme l’al­cool, ça peut re­ve­nir n’im­porte quand... Une chose est sûre, Lar­ry Mo­rel n’a pas le goût de jouer, mais ce n’est pas un per­son­nage qui parle beau­coup.»

Mon tra­vail est vrai­ment axé sur l’at­ti­tude, l’in­ten­si­té de sa pré­sence et sur ce qu’il dé­gage. Je n’ai pas beau­coup de ré­pliques, mais Lar­ry Mo­rel est très pré­sent et ils ont bien dé­ve­lop­pé le per­son­nage», sou­tient le co­mé­dien, qui se ré­jouit de voir une sé­rie té­lé tour­née à Québec, ma­jo­ri­tai­re­ment avec des gens de Québec.

Plus ac­tif au théâtre au mi­lieu des an­nées 80, on l’a vu entre autres dans Ro­méo et Ju­liette, de même que Mac­beth au Tri­dent, il a aus­si don­né des ate­liers de théâtre, mais Cha­botte et fille est la pre­mière té­lé­sé­rie à la­quelle il par­ti­cipe de fa­çon aus­si im­por­tante.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.