Une liai­son par­ti­cu­lière

Ça n’en­gage à rien marque la pre­mière in­cur­sion de Na­ta­lie Port­man dans la comédie ro­man­tique. Dans ce long mé­trage, elle joue le rôle d’un mé­de­cin al­ler­gique à l’en­ga­ge­ment qui vou­drait être seule­ment une « amie et plus si af­fi­ni­tés » avec un vieux co­pai

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

L’ac­trice a-t-elle re­çu de pré­cieux conseils de ce der­nier, grand ha­bi­tué des co­mé­dies ro­man­tiques?

Pas se­lon lui. « J’ai plus ap­pris en une jour­née sur le pla­teau avec Na­ta­lie, que ce que j’au­rais pu lui ap­prendre moi-même en un mil­lion d’an­nées », dit-il. « Elle n’a peut-être ja­mais joué dans une comédie ro­man­tique, mais elle a te­nu des rôles dans des films très dif­fé­rents. Je ne pense pas qu’il y a quoi que ce soit que je puisse lui ap­prendre », pour­sui­til.

Mais il semble qu’il n’a pas été aus­si dé­fé­rent du­rant le tour­nage. Lorsque Na­ta­lie Port­man l’ac­cuse de l’avoir ta­qui­née cons­tam­ment, Ash­ton Kut­cher avoue : « C’était sur­tout des blagues par rap­port à sa taille. En­suite elle était fâ­chée après moi. Je lui ai de­man­dé si elle pou­vait at­teindre les pé­dales de la voi­ture, ce­la n’a pas très bien pas­sé… »

Mais après l’ex­té­nuante épreuve du tour­nage du Cygne noir, ce fut un sou­la­ge­ment, ad­met-elle. « Pas­ser d’un tour­nage très sé­rieux qui né­ces­si­tait une grande dis­ci­pline à un autre plus amu­sant a été une vé­ri­table bouf­fée d’air frais. Même si tout le monde a été très pro­fes­sion­nel sur le tour­nage de Ça

n’en­gage à rien, il y avait une am­biance lé­gère et lu­dique », dit-elle.

SCÈNES DE SEXE

Puisque son per­son­nage consacre ses temps libres au sexe, ce­la veut-il dire que les deux ve­dettes ont dû tour­ner beau­coup de scènes à de­mi nues?

« Je suis as­sez im­ma­ture et je me sens fa­ci­le­ment em­bar­ras­sée. Entre les prises, on es­sayait d’avoir des conver­sa­tions or­di­naires, comme “Qu’est-ce que tu fais ce wee­kend?”, pour rendre les choses un peu plus nor­males », ex­plique-t-elle.

Tou­te­fois, même si elles sont nom­breuses, les scènes de re­la­tions sexuelles ne sont pas ex­pli­cites, loin de là, as­sure le réa­li­sa­teur Ivan Reit­man. « Si les gens veulent voir de la sexua­li­té pure, ils peuvent al­ler sur In­ter­net. Le film est cen­sé être une hon­nête comédie sur la sexua­li­té », af­firme-t-il.

Peut-être bien, mais ce­la n’a pas été fa­cile à jouer pour au­tant, in­dique Ash­ton Kut­cher. « Jus­qu’où doit-on al­ler? On est tou­jours en at­tente du mo­ment où l’on en­ten­dra le mot “Cou­pez”. Et en même temps, c’est un tra­vail tech­nique, car Ivan pou­vait ar­ri­ver et me dire : “Je crois que tu de­vrais avoir un or­gasme plus vite”. Ce à quoi le mâle ma­cho en moi ré­pond : “Non, ça va me prendre beau­coup plus de temps que ça.” C’est bien plus com­pli­qué que dans la vraie vie », ra­con­tet-il.

Avant de conti­nuer : « Il y a tou­jours une pe­tite pé­riode d’em­bar­ras, et à un mo­ment don­né on fi­nit par se dire : “Fai­sons comme s’il ne s’était rien pas­sé”, et c’est là qu’on peut me­su­rer notre ta­lent d’ac­teur. »

Lors­qu’on lui de­mande si, se­lon lui, il est pos­sible d’être un « ami et plus si af­fi­ni­tés », Ash­ton Kut­cher ré­pond : « Je ne sau­rais dire. Je n’ai pas eu la chance de vivre ce genre de re­la­tion.

Mais tous les couples heu­reux que je connais, tous ceux qui ont réus­si, sont aus­si des amis. »

Plus tard, lors­qu’on lui fait re­mar­quer l’usage im­por­tant des contra­cep­tifs dans le film, Na­ta­lie Port­man ré­pond : « En ef­fet, on fai­sait sem­blant d’uti­li­ser des pré­ser­va­tifs en fai­sant sem­blant de faire l’amour. »

« Mais, a ajou­té la scé­na­riste Liz Me­ri­we­ther, les gens de­vraient uti­li­ser de vrais pré­ser­va­tifs. »

« Tout à fait. De vrais con­doms et pas des ac­ces­soires de ci­né­ma », ajoute Na­ta­lie Port­man.

UNE AN­NÉE OC­CU­PÉE

Si l’on se fie à la quan­ti­té de ses en­ga­ge­ments pro­fes­sion­nels, il est clair que Na­ta­lie Port­man n’a pas peur de plon­ger tête bais­sée dans le tra­vail. Fai­sons le dé­compte des films dans les­quels on ver­ra l’ac­trice de 29 ans en 2011.

Cette an­née, on pour­ra non seule­ment la voir dans Ça n’en­gage à

rien, mais aus­si dans la farce mé­dié­vale Your High­ness avec James Fran­co et Dan­ny McB­ride; Thor, le su­per hé­ros sor­ti de l’uni­vers de Mar­vel Comics; le drame The Other Wo­man. Et c’est sans par­ler du poi­gnant Cy

gne noir dans le­quel elle in­carne une dan­seuse ano­rexique et per­fec­tion­niste à ou­trance… Pas de doute, l’ac­trice n’a au­cun pro­blème à dire « oui »…

Dans la vraie vie, Na­ta­lie Port­man a aus­si ré­cem­ment an­non­cé ses fian­çailles avec le dan­seur et cho­ré­graphe Ben­ja­min Mille­pied, ren­con­tré sur le tour­nage du film Le Cygne noir, dont elle est éga­le­ment en­ceinte.

Et quand on lui de­mande quels sont ses pro­chains pro­jets, l’ac­trice ré­pond : « J’ai un en­fant en pré­pa­ra­tion… »

Pour quelle rai­son son an­née pro­fes­sion­nelle a-t-elle été si char­gée? « Vous avez sû­re­ment en­ten­du par­ler de l’apo­ca­lypse, non? 2012? Le ca­len­drier maya? J’es­pé­rais pou­voir ter­mi­ner tous ces pro­jets juste avant », dit-elle.

Plus sé­rieu­se­ment, elle ex­plique : « Ce­la a été une an­née riche en op­por­tu­ni­tés. Je sens que j’ai beau­coup ap­pris en tour­nant suc­ces­si­ve­ment tous ces films si dif­fé­rents les uns des autres. Parce qu’on peut se ser­vir de la dis­ci­pline ac­quise dans un drame pour un film comme Thor, ou ame­ner l’hu­mour et la fan­tai­sie de

Your High­ness dans Le Cygne noir. » « J’ai tour­né d’abord Your High­ness, puis Le Cygne noir, et en­suite Thor et pour fi­nir Ça n’en­gage à rien. C’était très in­té­res­sant. Je crains seule­ment que le pu­blic ne se lasse de me voir. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.