LEROMANTISME VUPARASHTON KUT­CHER

Quand on joue dans une comédie ro­man­tique, il y a cer­taines choses aux­quelles on doit s’at­tendre. Par exemple une course ef­fré­née (en gé­né­ral de ou vers un aé­ro­port ou un ma­riage) pour re­joindre l’être cher, après que l’un des deux pro­ta­go­nistes ait réa­li

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

Ou en­core, lors­qu’on donne des en­tre­vues des mois plus tard, un jour­na­liste qui vous de­mande quelle est la chose la plus ro­man­tique qu’on a ja­mais faite pour quel­qu’un.

« Oh, pour­quoi c’est tou­jours sur moi que tombent ces ques­tions? », gé­mit Ash­ton Kut­cher en confé­rence de presse. Rap­pe­lons-nous que l’ac­teur est le ma­ri de De­mi Moore.

« C’est dif­fi­cile à dire… Je crois que le ro­man­tisme naît des ef­forts. Et même si on se plante com­plè­te­ment, du mo­ment que l’on fait des ef­forts, c’est ro­man­tique. Alors, ce­la peut être quelque chose de très simple. Par exemple, si vous êtes quel­qu’un qui ne cui­sine pas, vous pour­riez pré­pa­rer le re­pas. En fait, c’est tout ce qui met un peu en évi­dence notre vul­né­ra­bi­li­té et qui nous de­mande un ef­fort. »

COURSE VERS L’AÉ­RO­PORT

Croyez-le ou non, l’un des grands mo­ments ro­man­tiques dans la vie d’Ash­ton Kut­cher com­prend une course ef­fré­née vers un aé­ro­port. « Je suis un peu ma­niaque de tra­vail. Je tour­nais dans un autre pays et j’avais un jour de congé. Alors, j’ai sau­té dans un avion juste pour voir une per­sonne pen­dant une heure, et en­suite je suis re­par­ti », avoue-t-il.

Ash­ton Kut­cher est un ha­bi­tué des co­mé­dies ro­man­tiques.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.