Rien ne l’ar­rête!

Abon­née au Ral­lye Aï­sha des Ga­zelles, qu’elle a fait quatre fois, Clau­dine Dou­ville a fait l’as­cen­sion du mont Ki­li­mand­ja­ro avec les «femmes du Ca­na­dien», ga­gné le camp de base de l’Éve­rest. Dans l’ouest amé­ri­cain, elle a vi­si­té le Grand Ca­nyon, Mo­nu­ment

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - Marie-France Bor­nais

Sur place, l’écri­vaine, qui est bonne ca­va­lière, en a eu pour son ar­gent : un che­val « rock’n’roll » lui a fait faire du ro­déo, elle a as­sis­té le vé­té­ri­naire lors de la vac­ci­na­tion des veaux et des « as­sez sa­lis­sants » tests de gros­sesse des vaches, et dé­cou­vert le bon­heur des grandes che­vau­chées au coeur des pay­sages gran­dioses du Big Sky Coun­try.

« Le Mon­ta­na, c’est un en­droit où je peux par­fois me ré­fu­gier dans ma tête. Je rêve de re­par­tir avec mon che­val et de ga­lo­per dans ces contrées-là! », s’ex­cla­met-elle.

Cer­taines per­sonnes ren­con­trées au Dry­head Ranch lui ont ins­pi­ré des per­son­nages du ro­man. C’est le cas de Spry Mit­chell, un cow-boy de l’Ala­ba­ma en va­cances au Mon­ta­na à qui elle a em­prun­té le nom et l’ha­bi­tude de coin­cer des cure-dents dans le ru­ban de son cha­peau.

OUI À LA FIC­TION

Elle consi­dère que l’écri­ture lit­té­raire dif­fère to­ta­le­ment de son tra­vail, qui l’a ame­née à cou­vrir six fois les Jeux olym­piques, six fois les Jeux du Ca­na­da et au moins au­tant de fois les Jeux du Québec. « On a cal­cu­lé, à un mo­ment don­né, et, à RDS, j’ai tou­ché à une qua­ran­taine de sports dif­fé­rents. »

Clau­dine Dou­ville ga­ran­tit qu’elle peut écrire n’im­porte où. « Il le faut parce que je ne peux pas me per­mettre d’avoir une rou­tine d’écri­vain. J’ai une job. En écri­vant Une his­toire de cow-boy, j’ai fait en même temps les Jeux olym­piques de Van­cou­ver et les Jeux pa­ra­lym­piques pour RDS. J’avais trou­vé un pe­tit ca­fé su­per à Whist­ler pour écrire. J’écri­vais aus­si à l’Aqua­rium de Van­cou­ver. Je trouve les places quand je peux! », as­sure-t-elle en pré­ci­sant que la té­lé lui a ap­por­té une grande ca­pa­ci­té de concen­tra­tion.

L’écri­ture de fic­tion lui as­sure la li­ber­té to­tale, sans contrainte bud­gé­taire, sans sou­ci des lon­gueurs. « Pour moi, c’est comme un hob­by. Je fais aus­si de l’aqua­relle et je dis sou­vent qu’écrire, c’est peindre une his­toire avec des mots plu­tôt qu’avec des pin­ceaux. »

Pour son pro­chain pro­jet - une tri­lo­gie - une par­tie de l’ac­tion se dé­rou­le­ra à Mo­nu­ment Val­ley, où elle a dé­jà fait de l’équi­ta­tion et se sen­tait « comme dans un film de John Wayne », et en Ama­zo­nie. Pour être à l’aise avec son su­jet, rien ne vaut une vi­site sur le ter­rain : Clau­dine Dou­ville part donc de­main pour Li­ma, au Pé­rou, d’où elle ga­gne­ra en­suite Iqui­tos, au coeur de la fo­rêt ama­zo­nienne. « Nate, un per­son­nage que j’aime beau­coup, va re­ve­nir dans la tri­lo­gie... »

La ma­man de Ga­briel, 18 ans, de Marc-An­toine, 23 ans, et de Ni­co­las, 27 ans, a de l’éner­gie à re­vendre. « Je ne suis pas ca­pable de dire non à un dé­fi ou à une offre quand elle passe et quand il n’y en a pas, j’avoue que j’en cherche! Il y a deux ans, j’ai fait Mon­tréal-Québec en kayak. Ça a pris qua-tre jours et c’était su­per! »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.