Pous­ser de nou­velles ra­cines

À la suite de sept mois de tra­vaux ou presque, j’en suis main­te­nant à dé­mé­na­ger dans ma nou­velle de­meure!

Le Journal de Quebec - Weekend - - SAVEURS - Ste­fa­no Fai­ta Jo­ce­lyn Malette

Isabelle et moi avons dû faire face à une sé­rie de pro­blèmes de der­nière mi­nute, un clas­sique, qui ont fait grim­per de­puis quelque temps un mé­lange d’im­pa­tience et d’ex­ci­ta­tion. Nous ren­trons main­te­nant « à la mai­son » lit­té­ra­le­ment. C’est un sen­ti­ment agréable que ce­lui de s’en­ra­ci­ner. Nous y avons dor­mi pour la pre­mière fois jeu­di soir et je m’y sens dé­jà confor­table. Nous hé­si­tons par­fois avant de nous lan­cer dans l’in­con­nu et dans le chan­ge­ment, mais quand on fait le saut, nous sommes sou­vent sur­pris par l’agré­ment de la nou­veau­té!

Par­lant de faire un saut – un es­sai, pour­rait-on dire – je vous en pro­pose cette se­maine un tout pe­tit, en ap­prê­tant avec vous le to­pi­nam­bour, in­gré­dient qu’on met as­sez ra­re­ment ou même ja­mais au me­nu. Le to­pi- nam­bour est un vé­gé­tal de la fa­mille du tour­ne­sol dont la ra­cine co­mes­tible pos­sède un goût su­cré s’ap­pa­ren­tant à ce­lui de la pomme de terre et de l’ar­ti­chaut. En fait, la ra­cine de to­pi­nam­bour res­semble pas mal à la pa­tate, mais sa sur­face est par­se­mée de bosses ir­ré­gu­lières, ce qui la rend un peu plus dif­fi­cile à pe­ler. On garde d’ailleurs as­sez sou­vent la peau lors de la cuis­son.

Au mo­ment d’ache­ter les to­pi­nam­bours, choi­sis­sez ceux qui de­meurent fermes au tou­cher et qui ne pos­sèdent pas de taches noires ou de marques. Ils se conser­ve­ront fa­ci­le­ment une se­maine au ré­fri­gé­ra­teur, non la­vés et dans un sac de plas­tique. Le to­pi­nam­bour peut être uti­li­sé pra­ti­que­ment par­tout où on uti­lise ha­bi­tuel­le­ment des pommes de terre : il ap­por­te­ra aux plats un pe­tit goût de noix sup­plé­men­taire. La tex­ture du to­pi­nam­bour est aus­si as­sez crous­tillante, ce qui per­met de l’uti­li­ser cru dans cer­taines re­cettes de sa­lades.

En­fin, le to­pi­nam­bour est ex­trê­me­ment nu­tri­tif. Subs­ti­tuez-le à la pomme de terre ou in­té­grez-le cru dans les sa­lades, et vous ris­quez de vous rendre vous-mêmes heu­reux. La bouche pleine de bon­heur, vous pour­rez alors vous rap­pe­ler que Ste­fa­no, au pre­mier jour de sa nou­velle mai­son, man­geait une crème de to­pi­nam­bour dans son nou­veau sa­lon. Ciao!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.