CONVAIN­CANTE en Mi­mi la chan­teuse dé­chue

MON­TRÉAL | Jouer une chan­teuse en pleine dé­chéance, re­je­tée par son agent et par tous ceux qui croyaient en elle, fut un pur ra­vis­se­ment dans la car­rière de l’ac­trice Ge­ne­viève Brouillette. Et elle ré­pond ma­gni­fi­que­ment aux at­tentes dans ce rôle de Mi­mi.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Mi­chelle Coudé-Lord MCLORD@JOUR­NALMTL.COM

« Un tel rôle nous fait vite réa­li­ser à quel point nous sommes chan­ceux, les ac­teurs qui ont la chance de tra­vailler, de faire ce qu’on aime. Sou­dai­ne­ment, en jouant Mi­mi, je me di­sais in­té­rieu­re­ment: “mais, que fe­rais-je si un jour je de­ve­nais une has been?” C’est tel­le­ment cruel et dif­fi­cile. Mi­mi est trai­tée si in­jus­te­ment et mé­cham­ment», ra­conte, en en­tre­vue au Jour­nal, Ge­ne­viève Brouillette.

Elle est heu­reuse de voir son per­son­nage sor­tir vic­to­rieux.

«Alors que tout le monde au­tour d’elle sombre, Mi­mi sait re­ve­nir. Et ce­la, j’en suis très fière. C’est un beau mes­sage. Dans la vie, quoi qu’il nous ar­rive, il ne faut ja­mais som­brer. On peut se re­le­ver. Mi­mi est une de celles-là ».

UNE MI­MI SEN­SIBLE ET TOU­CHANTE

Elle dit avoir ai­mé la sen­si­bi­li­té de l’écri­ture de Steve Gal­lu­cio.

« Ces mots, si bien écrits, m’ont per­mis de jouer Mi­mi tout en sub­ti­li­té, mais avec une grande sin­cé­ri­té. »

De ces an­nées dis­co, elle re­tient toute cette ex­tra­va­gance, ce trop-plein et cette ex­ci­ta­tion qui fai­saient de Mon­tréal, une ville si ex­ci­tante.

« C’était l’après-Ex­po, dé­but des an­nées 70. Tout était per­mis ou presque. Ceux qui fai­saient les cos­tumes pour le film m’ont dit s’être gar­dé même quelques ré­serves si on ne vou­lait pas avoir l’air de clowns au grand écran. Amu­sant tout de même!» lance Ge­ne­viève Brouillette, en riant.

Sa Mi­mi, qui chante en fran­çais, se fait da­mer le pion par les chan­sons amé­ri­caines qui prennent d’as­saut les dis­co­thèques.

« Ça rap­pelle cette réa­li­té de ces chan­teuses qui, sou­dai­ne­ment, étaient jetées au ran­cart. Funkytown est un film ex­trê­me­ment in­té­res­sant pour ce­la. Je trouve ce­la fa­meux de voir que le ci­né­ma qué­bé­cois est ren­du là», pré­cise fiè­re­ment l’ac­trice.

Elle avoue avec hu­mi­li­té avoir eu une pe­tite dé­cep­tion, puis­qu’on a dû rac­cour­cir les pré­sences de Mi­mi dans le film, car l’his­toire était trop char­gée.

«Mais j’ai sa­vou­ré chaque mi­nute de ce tour­nage. Ma Mi­mi, je l’ai jouée avec pas­sion. J’étais tel­le­ment dé­çue pour elle et je m’ima­gi­nais que oui, des chan­teuses dans la vraie vie avaient vé­cu ce­la. Ça fait ré­flé­chir. Je me di­sais: “mais que fe­rais-je moi, si ça m’ar­ri­vait?” Je ne sais rien faire d’autre. Ce mé­tier, c’est ma vie ».

AI­MER ÊTRE UNE AC­TRICE

Mais Ge­ne­viève Brouillette est loin d’être une has been. Que non! Elle en­re­gistre ac- tuel­le­ment la pro­chaine sé­rie Ap­pa­rences, de Serge Bou­cher, réa­li­sée par Fran­cis Le­clerc, où elle a le rôle prin­ci­pal. Elle y joue d’ailleurs une ac­trice.

«Je tourne jus­qu’au prin­temps. Après, ce se­ra le re­tour sur le pla­teau de Toute la vé

ri­té. Je me sens très choyée.» Le trac l’ha­bite en­core et elle est tel­le­ment ex­ci­tée par­fois de vivre un tour­nage, que cette fé­bri­li­té du tra­vail l’em­pêche de dor­mir.

« Je me dis alors à quel point je suis chan­ceuse d’être éveillée parce que je suis ha­bi­tée par une grande pas­sion», confie Ge­ne­viève Brouillette.

Et c’est pour le grand bon­heur du ci­né­phile qui ira voir Funkytown, car son per­son­nage de Mi­mi, on y croit to­ta­le­ment.

Après 22 ans de mé­tier, Ge­ne­viève Brouillette n’a cer­tai­ne­ment pas fi­ni de nous sur­prendre.

« Cette Mi­mi, je l’ai beau­coup ai­mée, même si je trou­vais son sort tel­le­ment triste. J’es­père que ce­la ne m’ar­ri­ve­ra ja­mais », conclut l’ac­trice, heu­reuse de mon­trer qu’elle pou­vait aus­si jouer des scènes dra­ma­tiques. Ge­ne­viève Brouillette a tour­né La com­tesse de Bâ­ton Rouge, d’An­dré For­cier, Les États-Unis d’Al­bert, aus­si d’An­dré For­cier, You can thank me la­ter, au cô­té de Ge­ne­viève Bujold; Nuit de noces, d’Émile Gau­dreault; Père et fils, avec Phi­lippe Noi­ret; Miss Mé­téo; Un di­manche à Ki­ga­li, de Robert Fa­vreau; Funkytown et Fris­sondes-col­lines, tour­né l’été der­nier, du réa­li­sa­teur Ri­chard Roy.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Ge­ne­viève Brouillette in­ter­prète le rôle de Mi­mi, une chan­teuse qui est as­su­ré­ment la sa­veur du jour.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.