Bruce Kirk­land

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

1. Meilleur film ce­lui qui le mé­rite le plus :

Le ré­seau so­cial : ce film de Da­vid Fin­cher est sans nul doute le meilleur de la cu­vée 2010. Su­per­be­ment construit, di­ri­gé et joué, ce n’est pas seule­ment un di­ver­tis­se­ment, c’est aus­si un aper­çu in­tel­li­gent de la fa­çon dont notre so­cié­té a évo­lué à l’ère nu­mé­rique.

ce­lui qui le mé­rite le moins :

The Town : ce thril­ler de Ben Af­fleck est bon, mais pas gé­nial, et au­rait bien be­soin d’une ver­sion pro­lon­gée sur Blu-ray pour com­bler les trous du scé­na­rio.

3. Meilleure per­for­mance celle qui le mé­rite le plus :

Co­lin Firth, dans Le dis­cours du roi : l’ac­teur ne fait pas qu’hu­ma­ni­ser le roi George VI, il illustre ma­gni­fi­que­ment com­ment la ca­pa­ci­té de com­mu­ni­quer peut chan­ger le cours de l’his­toire.

4.Meilleure per­for­mance celle qui le mé­rite le moins :

Angelina Jo­lie, Le tou­riste. J’ap­pré­cie Angelina Jo­lie pour sa vi­va­ci­té, son ta­lent et sa jo­lie per­sonne… Mais si on lui re­met cet os­car uni­que­ment pour rendre un peu plus « gla­mour » la cu­vée des os­cars 2011, je me mets à hur­ler!

5. Ac­teur/ac­trice qui risque d’être sno­bé(e) :

Jim Broadbent et Ruth Sheen, pour

Ano­ther Year. Les deux ac­teurs sont in­croya­ble­ment bons, mais l’in­ter­pré­ta­tion plus tape-à-l’oeil de Les­ley Man­ville risque hé­las de les éclip­ser to­ta­le­ment.

6. No­mi­na­tion «C’est à son tour » :

Ch­ris­tian Bale dans Le coup de grâce. Il a dé­jà re­çu son Gol­den Globe, il se­ra sû­re­ment can­di­dat dans la ca­té­go­rie du meilleur ac­teur dans un se­cond rôle. Et il pour­rait bien rem­por­ter ce titre, grâce à la culpa­bi­li­té qu’éprouve l’Aca­dé­mie de l’avoir sno­bé dans des

rôles an­té­rieurs, comme Ame­ri­can Psy­cho et Bat­man : le com­men­ce­ment.

7. La scène la plus sexy, si cette ca­té­go­rie exis­tait :

Ryan Gos­ling et Mi­chelle Williams dans Blue Va­len­tine : l’in­ten­si­té est ce qui ca­rac­té­rise les scènes sexuelles entre cet homme et cette femme unis pour le meilleur et pour le pire, jus­qu’à ce que le di­vorce les sé­pare... Car au lieu de nous ti­tiller, ces scènes illus­trent avec jus­tesse l’état d’es­prit d’un couple ma­rié.

8. Une preuve sup­plé­men­taire que l’Aca­dé­mie est me­née par des vieux dé­con­nec­tés de la réa­li­té :

Ori­gine de Ch­ris­to­pher No­lan ne re­ce­vra cer­tai­ne­ment pas les ré­com­penses que ce film ma­gis­tral mé­ri­te­rait. Il se­ra sans doute no­mi­né dans plu­sieurs ca­té­go­ries pres­ti­gieuses, no­tam­ment celle du meilleur film, mais ce­la ne se­ra que sym­bo­lique. Ori­gine est bien trop au­da­cieux et tech­ni­que­ment no­va­teur pour ob­te­nir le vote d’une bande de vieux gâ­teux…

9. Film ou ac­teur ca­na­dien le plus digne de re­ce­voir une no­mi­na­tion:

Paul Gia­mat­ti dans Le monde de Bar

ney. Bien qu’Amé­ri­cain, l’ac­teur aime le Ca­na­da. Et il joue un Ca­na­dien (l’al­ter ego de l’écri­vain mont­réa­lais Mor­de­cai Ri­chler) dans un bon film ca­na­dien. Il mé­rite lar­ge­ment une no­mi­na­tion dans la ca­té­go­rie du meilleur ac­teur.

10. Le film qui re­ce­vra le plus de nominations:

Le ré­seau so­cial et Le dis­cours du roi se­ront à éga­li­té avec dix nominations. Ce n’est pas un re­cord, mais ils mè­ne­ront sans doute le bal, loin de­vant d’autres pré­ten­dants comme Le cygne noir, Ori­gine, Le vrai cou­rage,

127 Heures et Une fa­mille unique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.