Deux chefs ra­con­tés PAR LE ME­NU

Fils d’une mère en­sei­gnante et d’un père po­li­cier, rien ne pré­des­ti­nait Ma­thieu Cloutier à de­ve­nir le chef ré­pu­té qu’il est au­jourd’hui. Un em­ploi d’été lui a don­né la pi­qûre de sa vo­ca­tion.

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Serge Drouin SERGE.DROUIN@JOUR­NAL­DE­QUE­BEC.COM

Ils font ac­tuel­le­ment la pluie et le beau temps à Ça va chauf­fer!,,

la nou­velle té­lé­réa­li­té cu­li­naire pro­duite et ani­mée en voix hors champs par Chantal La­croix. Les juges de l’émis­sion, Jo­na­than Garnier et Ma­thieu Cloutier, ne font pas l’una­ni­mi­té. Cer­tains les ju­gents trop sé­vères; d’autres pas as­sez. En­tre­vues avec ces nou­velles stars de la té­lé.

Le chef Jo­na­than Garnier a dé­ve­lop­pé son art en cui­sine dans dif­fé­rents éta­blis­se­ments... de la Côte d’Azur.

« J’ai ap­pris mon mé­tier sur le tas comme on dit; on le pra­ti­quant. J’ai dé­bu­té comme plon­geur et j’ai mon­té les éche­lons en termes de par­cours pro­fes­sion­nel », ra­conte le chef et co­pro­prié­taire de La Guilde cu­li­naire, ré­pu­tée école de cui­sine de Mon­tréal de­puis plus de deux ans.

Jo­na­than Garnier est né en France, dans la ré­gion de la Côte d’Azur. Doué, il a été chef pri­vé pen­dant des an­nées au dé­but de sa car­rière. Il a cui­si­né pour un émir, des am­bas­sa­deurs, mi­nistres et autres in­vi­tés de marque.

AVEC CHANTAL LA­CROIX

Jon­ta­han Garnier a par­ta­gé long­temps sa vie entre le Québec et la France. Il y a quelques an­nées tou­te­fois, il a dé­ci­dé d’ins­tal­ler au Québec. Sa par­ti­ci­pa­tion à Ça va

chauf­fer!, il la doit à sa ren­contre avec Chantal La­croix. « J’ai eu l’oc­ca­sion de tra­vailler avec Chantal (La­croix) sur dif­fé­rents pro­jets. Les deux pre­mières sai­sons de

Re­cettes en ve­dette, pro­duites par Chantal, ont été en­re­gis­trées chez nous (à La Guilde cu­li­naire).

Au fil des ans, l’ani­ma­trice-pro­duc­trice et le chef Garnier ont dé­ve­lop­pé une col­la­bo­ra­tion har­mo­nieuse et « Chantal a pen­sé que j’avais l’image d’un juge qu’elle sou­hai­tait avoir lors­qu’elle a dé­ci­dé d’adap­ter le concept de cette émis­sion aus­tra­lienne au Québec».

SÉ­VÈRE

Le chef sait que cer­tains té­lé­spec­ta­teurs trouvent que les com­men­taires émis par lui et son confrère Ma­thieu Cloutier sont par­fois sé­vères. « Pour­tant, je re­marque que les com­men­taires des autres concur­rents et même le poin­tage des autres équipes sont sou­vent plus sé­vères que les nôtres. Au Québec, on a un peu de dif­fi­cul­té avec ça, la cri­tique », note M. Garnier.

Le juge men­tionne aus­si que les concur­rents eux­mêmes sont très conscients de leur er­reurs. «Sou­vent, ils les disent avant qu’on en fasse men­tion. »

LA CUI­SINE

Se­lon Jo­na­than Garnier, tout le monde peut cui­si­ner. « Certes, il y a des pa­lais dif­fé­rents, mais si on s’ap­plique, tout le monde peut y ar­ri­ver. Une bonne soupe faite à la mai­son est tou­jours meilleure qu’une soupe ache­tée.»

Pour le chef, l’im­por­tant, pour être heu­reux en cui­sine, c’est de dis­po­ser d’in­gré­dients fa­ciles à trou­ver dans notre fri­go. « S’il faut re­tour­ner 30 fois à l’épi­ce­rie avant de com­men­cer à cui­si­ner, ce n’est pas agréable. »

Serge Drouin

Le Jour­nal de Québec

« J’ai tou­jours ai­mé cui­si­ner et c’est du­rant mes études en sciences pures que j’ai com­men­cé à tra­vailler dans la res­tau­ra­tion pour payer mes études. J’ai­mais être dans l’ac­tion, toute l’adré­na­line que pro­cure le tra­vail en cui­sine, ex­plique Cloutier en en­tre­vue. Un jour, alors que je tra­vaillais dans un res­tau­rant grec, le chef de l’en­droit m’a dit: ‘’Tu sais, tu peux al­ler plus loin si tu veux.’’ C’est à ce mo­ment-là qu’il m’a par­lé de l’Ins­ti­tut de tou­risme de d’hô­tel­le­rie du Québec (ITHQ). »

LES VOYAGES

Le jeune chef en de­ve­nir s’est ins­crit à l’ITHQ et a par­ti­ci­pé à un stage en France. À par­tir de ce voyage, le chef a tra­vaillé en Nor­vège, en An­gle­terre, en Aus­tra­lie... «Quand je voya­geais, je ci­blais les meilleurs res­tau­rants du pays et j’of­frais mes ser­vices», ra­conte-t-il.

La pé­riode «voyages» de Ma­thieu Cloutier s’est éche­lon­née sur une di­zaine d’an­nées. Puis, en 2006, en com­pa­gnie de Jean-Phi­lippe SaintDe­nis, il a ou­vert un pre­mier Kit­chen Ga­le­rie. Un tout pe­tit res­tau­rant où les deux gars font tout, de la cui­sine au ser­vice. Par un concours de cir­cons­tances, les deux com­pères ont aus­si été co­pro­prié­taires de Chez Ro­ger pen­dant un temps. En plus de leur Kit­chen Ga­le­rie, ils sont éga­le­ment pro­prié­taires de Kit­chen Ga­le­rie, pois­sons.

En 2009, Ma­thieu Cloutier a rem­por­té la mé­daille d’or au Ca­na­dian Cu­li­na­ry Cham­pion­ships, une com­pé­ti­tion qui réunis­sait les meilleurs chefs du pays.

ÇA VA CHAUF­FER!

Ma­thieu Cloutier adore son ex­pé­rience à Ça va chauf­fer! «même si les gens sont par­fois of­fus­qués et peuvent nous trou­ver raides dans nos com­men­taires. Il y a un ni­veau de stress dans ce type de concours. Il faut ap­prendre à vivre avec», men­tionne Cloutier.

Ma­thieu Cloutier est par­ti­cu­liè­re­ment heu­reux de tra­vailler avec Ke­nya, la mai­son de pro­duc­tion de Chantal La­croix. «Ils ont tout fait pour nous mettre à l’aise, nous mon­trer com­ment être à notre avan­tage à la té­lé», sou­ligne le chef. «J’avais tra­vaillé avec Chantal à l’émis­sion Re­cettes de chefs et dans quelques autres émis­sions ( Des ki­wis et des hommes, Les

Chefs!). Mais c’est la pre­mière fois que j’ai une par­ti­ci­pa­tion ré­gu­lière à une émis­sion.»

Le chef a tel­le­ment ai­mé son ex­pé­rience qu’il ai­me­rait bien avoir une émis­sion de té­lé bien à lui. Pour lui, la cui­sine, c’est une ques­tion d’es­sai­ser­reurs. «Les gens ont peur de se trom­per lors­qu’ils cui­sinent. Même nous, dont c’est le mé­tier, on en fait des er­reurs. Il ne faut pas avoir peur de re­com­men­cer», dit Cloutier.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.