Le « faire-va­loir » de PEN­THOUSE 5-0

De­puis sa sor­tie de l’UQAM en 1998 et du Conser­va­toire d’art dra­ma­tique de Mon­tréal en 2002, Jean-François Na­deau a ac­cor­dé au­tant d’im­por­tance au jeu qu’à l’écri-l’écri­ture dans l’exer­cice de son mé­tier. Cette sai­son, il joue, entre autres, François-Oliv

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Serge Drouin Le Jour­nal de Québec

« Au dé­part, le per­son­nage de­vait être mé­tro­sexuel, hy­per­cons­cient de son image. Puis, après dis­cus­sions avec l’au­teur, le réa­li­sa­teur, l’équipe de cos­tumes... il a été dé­ci­dé que François-Olivier se­rait un gars qui prend soin de lui, sans au­cune am­bi­va­lence sexuelle... Il est l’ad­joint de Lou­lou (Isabelle Vincent), pas son chien de poche, car il est trop fier pour ça. C’est un tra­vail qui n’existe pas beau­coup au Québec, mais plu­tôt ré­pan­du aux États-Unis », sou­tient Na­deau.

AR­RI­VISTE

Plus pré­ci­sé­ment, François-Olivier est co­or­don­na­teur mar­ke­ting chez DM Cos­mé­tiques. « Il est en ado­ra­tion de­vant Louise, car elle lui res­semble beau­coup. Louise est une ver­sion fé­mi­nine de lui. C’est un jeune ar­ri­viste », ajoute l’ac­teur. C’est à la suite d’une au­di­tion que Jean-François Na­deau a ob­te­nu ce rôle. « J’avais dé­jà tra­vaillé avec Claude (Des­ro­siers, le réa­li­sa­teur) sur Sophie Pa­quin, mais les gens ne s’en sou­viennent pas. C’était un pe­tit rôle. Ça a cli­qué entre lui et moi », ra­conte Na­deau. Rap­pe­lons que Claude Des­ro­siers a aus­si réa­li­sé Aveux et Les res­ca­pés...

ÉCRI­TURE

À la pre­mière sai­son, l’au­teur de Pen­thouse 5-0, Ri­chard Blai­mert, met­tra sur­tout l’ac­cent sur les deux hé­roïnes de la sé­rie, Es­telle (Élyse Guil­bault) et Louise (Isabelle Vincent). « Nous ver­rons sur­tout François-Olivier au bu­reau. On ap­pren­dra peu de choses de sa vie hors tra­vail. Ce se­ra peut-être pour une pro­chaine sai­son s’il y a lieu. Cette sai­son, je suis sur­tout un faire-va­loir », note Na­deau.

Sor­ti du Conser­va­toire d’art dra­ma­tique de Mon­tréal en 2002, Jean-François Na­deau a tou­ché à de nom­breuses fa­cettes du mé­tier. Si la réa­li­sa­tion l’a te­nu oc­cu­pé au dé­part, il a peu à peu aban­don­né ce mé­tier. « C’est un tra­vail où t’es beau­coup dans ta tête. Dans ce tra­vail, il faut que tu maî­trises plein de choses ( le montage, la mu­sique, la di­rec­tion d’ac­teurs...). Moi, je suis un gars qui aime bou­ger, un spor­tif. Il y a plein de bons réa­li­sa­teurs », dit-il.

Tou­te­fois, il n’a ja­mais aban­don­né l’écri­ture. « Ça (l’écri­ture) re­pré­sente 40 % de mon tra­vail », dit ce­lui qui a no­tam­ment si­gné au théâtre les spec­tacles P.R.O.U.N. et Sac à sacs. Il écrit aus­si pour Tac­tik et Dieu mer­ci!. Il fait d’ailleurs par­tie de l’équipe de co­mé­diens-mai­son de cette sé­rie ani­mée par Éric Sal­vail à TVA.

Outre Pen­thouse 5-0 et Dieu mer­ci!, il fait par­tie de la dis­tri­bu­tion de l’émis­sion jeu­nesse Ka­boum, à Té­lé-Québec. Il s’adonne de­puis huit ans à l’im­pro dans la LNI - un stress dif­fé­rent de jeu « où tu peux jouer tout ce que tu portes en toi ». Jean-François Na­deau tra­vaille ac­tuel­le­ment à un pro­jet d’écri­ture d’un long mé­trage et s’adonne au spo­ken word (slam) à l’in­té­rieur du groupe Avec pas d’casque. Jean-François Na­deau est de Pen­thouse 5-0, le lun­di, à 21 h 30, à Ra­dio-Ca­na­da; de Ka­boum, à Té­lé-Québec, du lun­di au jeu­di, à 18 h; et de Dieu mer­ci!, dont le re­tour reste à confir­mer, à TVA.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.