LE QUÉBEC, SON RE­FUGE

Au cours des pro­chaines an­nées, Alexandre Jar­din sou­haite s’ins­tal­ler au Québec pour y écrire. Il y vient au moins une fois par an­née et ad­mire cette so­cié­té où il avoue se sen­tir « beau­coup plus vrai ».

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - Marie-France Bor­nais Le Jour­nal de Québec

« J’ai des amis très proches qui ha­bitent Mon­tréal et, pour être hon­nête, j’ai du mal à ne pas ve­nir au Québec au moins une fois par an. »

Alexandre Jar­din aime pro­fon­dé­ment « l’exer­cice de la vie au Québec ». « J’aime la re­la­tion que ce peu- ple a avec la vie, qui est une re­la­tion beau­coup plus simple, beau­coup plus forte, comme si on était moins en­com­brés de my­tho­lo­gie, de men­songes. Je ne sens beau­coup plus vrai lorsque je suis à Québec ou à Mon­tréal. C’est mer­veilleux de sa­voir que sur Terre, il y a un en­droit où on est un peu plus vrai! »

L’écri­vain en­vi­sage même de s’ins­tal­ler ici dans un ave­nir plus ou moins rap­pro­ché. « Je voudrais vrai­ment ve­nir vivre un mor­ceau de vie lorsque mes en­fants se­ront tous étu­diants. » Père de trois en­fants is­sus d’un pre­mier ma­riage, d’une belle-fille et d’une pe­tite der­nière de cinq ans, is­sue d’un se­cond ma­riage, Alexandre Jar­din at­tend qu’ils gran­dissent avant de faire le grand saut. « Je ne veux pas que mon pas­sage sur Terre n’ait pas eu un épi­sode qué­bé­cois. »

« Pour moi, la so­cié­té qué­bé­coise est une réus­site as­sez ex­cep­tion­nelle. Il n’y a rien d’im­pos­sible chez vous. Il y règne un cli­mat de li­ber­té, d’as­sez grande bien­veillance en­vers au­trui. »

Alexandre Jar­din ai­me­rait bien cé­lé­brer son an­ni­ver­saire à Québec pen­dant le Sa­lon in­ter­na­tio­nal du livre. « Le 14 avril, j’au­rai l’âge de mon père à sa mort – 46 ans. Ça me fe­rait plai­sir de l’avoir chez vous », lance-t-il avant d’al­ler faire le jour­nal té­lé­vi­sé suisse.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.