À la dé­cou­verte des fèves eda­mame

Dans la chro­nique de la se­maine der­nière, pour ceux qui ont une pro­ver­biale mé­moire d’élé­phant, nous avons par­lé d’un in­gré­dient, en gé­né­ral, peu uti­li­sé dans nos cui­sines qué­bé­coises : le to­pi­nam­bour. Je sais que nous sommes par­fois un brin crain­tifs, qu

Le Journal de Quebec - Weekend - - SAVEURS -

Ain­si, cette se­maine, j’ai dé­ci­dé de pour­suivre dans cette voie de « dé­fri­cheur », en vous pro­po­sant un autre in­gré­dient mé­con­nu : le ha­ri­cot eda­mame. En fait, il y a moins d’un an, je ne connais­sais, moi-même, rien de ce lé­gume, jus­qu’à ce Ri­chard Bé­li­veau m’en parle. Je dois avouer que cette ren­contre en­ri­chis­sante a eu de grandes ré­per­cus­sions dans ma vie « cu­li­naire »…

Par le pas­sé, je li­sais les chro­niques de Ri­chard dans le jour­nal, de temps à autre, et j’avais même ache­té son pre­mier livre de re­cettes. C’est tou­te­fois lorsque nous avons com­men­cé à tra­vailler en­semble pour Kampaï que son ap­proche a vrai­ment com­men­cé à faire chan­ger mes ha­bi­tudes ali­men­taires. Les haricots eda­mame, no­tam­ment, c’est sa faute! Un beau jour, au cours d’une réunion de pro­duc­tion, il me pro­pose d’uti­li­ser des eda­mame… « Qu’est-ce que ça mange en hi­ver? », que je lui ré­ponds! De­puis ce temps, nous man­geons, chez nous, des haricots eda­mame une fois ou deux par se­maine, et même ma fille de deux ans en raf­fole.

Par­lons donc un peu de cette mer­veille. Ori­gi­naire de l’est de l’Asie, l’eda­mame est, en fait, un ha­ri­cot de so­ja qu’on ré­colte avant sa pleine ma­tu­ri­té, au faîte de son mû­ris­se­ment, juste avant qu’il ne dur­cisse. C’est pour­quoi il a une belle cou­leur verte. Lit­té­ra­le­ment, le terme eda­mame si­gni­fie « haricots sur la branche » : il va donc de soi qu’il pousse sur des branches, en pe­tites grappes, sur les plants. Pour en pré­ser­ver la fraî­cheur maxi­male, on lui donne ha­bi­tuel­le­ment une précuisson dans l’eau bouillante, avant de le conge­ler à très basse tem­pé­ra­ture. C’est ain­si qu’on le re­trouve gé­né­ra­le­ment dans nos su­per­mar­chés.

En Asie, la fève de soya est uti­li­sée de­puis plus de 2 000 ans comme source de pro­téines. On consomme l’eda­mame comme plat d’ac­com­pa­gne­ment ou dans les soupes. On peut même les trans­for­mer en frian­dises su­crées. Pour une col- la­tion ra­pide, on peut aus­si faire bouillir la cosse en­tière dans l’eau sa­lée et on mange les fèves en pres­sant la cosse avec les doigts, di­rec­te­ment dans la bouche. C’est de cette ma­nière que Ri­chard Bé­li­veau les avait ap­prê­tées pour me les faire dé­cou­vrir.

Les haricots eda­mame sont ex­trê­me­ment fa­ciles à pré­pa­rer : vous n’au­rez qu’à les trem­per cinq mi­nutes dans l’eau bouillante. Ils ac­com­pa­gne­ront bien pra­ti­que­ment tous les plats de viande, de vo­laille ou de pois­son. Cette se­maine, par contre, pour vous les faire dé­cou­vrir sous un jour « ita­lien », j’ai dé­ci­dé de les in­té­grer à un clas­sique des clas­siques, le ri­sot­to. J’es­père que vous en ti­re­rez du plai­sir. Ciao!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.