BEATLES FO­RE­VER

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

Grâce à un sa­vant mé­lange de charme, de cha­risme, d’au­dace et bien sûr de ta­lent, les Beatles ont mar­qué l’his­toire de la mu­sique po­pu­laire et de la culture du XXe siècle. Du reste, ils se sont éga­le­ment aven­tu­rés du cô­té du sep­tième art, avec des ré­sul­tats sou­vent en­thou­sias­mants, en plus d’ins­pi­rer de nom­breux ci­néastes après leur sé­pa­ra­tion en 1970. À l’oc­ca­sion de la pa­ru­tion en DVD de Now­here Boy, Me­dia­film.ca vous convie à un voyage dans l’uni­vers ci­né­ma­to­gra­phique des Beatles.

AU SECOURS! (HELP!) (1965)

Un an après le sym­pa­thique mais mo­deste Quatre gar­çons dans le vent, Ri­chard Les­ter re­fait équipe avec le Fab Four pour une pro­duc­tion plus am­bi­tieuse, une comédie mu­si­cale sur fond de pour­suite en­dia­blée à tra­vers le monde, pro­vo­quée par le bat­teur Rin­go, qui porte à son in­su une bague sa­cri­fi­cielle convoi­tée par une secte orien­tale. L’ac­tion ne manque pas, les pay­sages sont ma­gni­fiques et les quatre membres font montre de bonne hu­meur dans leur jeu.

LE SOUS-MA­RIN JAUNE (YELLOW SUBMARINE) (1968)

Ce film d’ani­ma­tion du Ca­na­dien George Dun­ning ra­conte com­ment les Beatles, par la seule force de leurs chan­sons, ont réus­si à chas­ser du royaume de Pep­per­land de vi­laines créa­tures bleues ré­frac­taires au bon­heur et à la mu­sique. Réa­li­sé au plus fort de la vague psy­ché­dé­lique, le film se pré­sente comme un feu d’ar­ti­fice vi­brant de cou­leurs et de trou­vailles vi­suelles épous­tou­flantes.

SGT. PEP­PER’S LO­NE­LY HEARTS CLUB BAND (1978)

Mi­chael Schultz a eu la main moins heu­reuse avec ce film s’ins­pi­rant du plus cé­lèbre disque des Beatles, ra­con­tant les ex­ploits d’un groupe de vé­té­rans de la Pre­mière Guerre mon­diale doués pour la mu­sique, en lutte contre un es­croc qui ex­ploite les ha­bi­tants de leur vil­lage na­tal. Le ton de fausse naï­ve­té agace, les per­son­nages sont ca­ri­ca­tu­raux et l’in­ter­pré­ta­tion est han­di­ca­pée par le fait que la bande so­nore est com­po­sée uni­que­ment de chan­sons, re­liées par une nar­ra­tion in­éga­le­ment drôle. Tout de même une cu­rio­si­té à dé­cou­vrir.

CINQ GAR­ÇONS DANS LE VENT (BACKBEAT) (1993)

Réa­li­sé avec convic­tion, ce drame bio­gra­phique de Iain Soft­ley a le mé­rite de faire sor­tir de l’ombre un per­son­nage mé­con­nu de l’his­toire du Fab Four. Ami de John Len­non à Li­ver­pool en 1960, le bas­siste Stu Sut­cliffe a vé­cu les dif­fi­ciles an­nées d’ap­pren­tis­sage du groupe dans un Hambourg mal­fa­mé, pour en­suite se consa­crer à la pein­ture, jus­qu’à sa mort en avril 1962. Dans le rôle de John Len­non, l’éner­gique Ian Hart vole la ve­dette à Ste­phen Dorff, qui com­pose un Sut­cliffe un peu in­do­lent.

À TRA­VERS L’UNI­VERS (ACROSS THE UNI­VERSE) (2007)

Ju­lie Tay­mor (Fri­da) émer­veille avec cette très ima­gi­na­tive fan­tai­sie mu­si­cale im­pré­gnée de l’oeuvre des Beatles qui, pa­ra­doxa­le­ment, se dé­roule dans un monde où John, Paul, George et Rin­go n’ont ja­mais exis­té. Cer­tains ta­bleaux, dont ce­lui sur le thème de la chan­son I Want You, sont tout sim­ple­ment in­ou­bliables.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.