MÉ­TIER : PO­LI­CIER

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Serge Drouin SERGE.DROUIN@JOUR­NAL­DE­QUE­BEC.COM

En­fant, Réal Bos­sé rê­vait d’être Clint East­wood. Il en rê­vait en se pro­me­nant à che­val à la ferme fa­mi­liale. Cette se­maine, un peu à la ma­nière du cô­té jus­ti­cier d’East­wood, Bos­sé entre dans la peau d’un po­li­cier dans la nou­velle sé­rie 19-2.

Non seule­ment, Bos­sé joue un des rôles prin­ci­paux de la sé­rie — ce­lui de Nick Ber­rof — mais l’ac­teur a écrit la sé­rie po­li­cière en com­pa­gnie de son ami, le co­mé­dien Claude Legault. « Claude et moi, on tra­vaille sur ce pro­jet de­puis quatre ans, dit Réal Bos­sé. On vou­lait pré­sen­ter un por­trait le plus réa­liste pos­sible du mé­tier de po­li­cier. »

En cours d’écri­ture, l’aven­ture a connu ses hauts et ses bas. Même un ar­rêt d’écri­ture à un mo­ment don­né... De plus, 19-2 de­vait s’in­ti­tu­ler au dé­part Deux beux et, plus tard, Po­lice. Fi­na­le­ment, tout le monde a fait des com­pro­mis et s’est ar­rê­té sur le titre 19-2. « Il fal­lait que tout le monde soit sa­tis­fait. 19-2 est le nu­mé­ro de l’équipe que forment Nick (Bos­sé) et Ben Char­tier (Claude Legault) », ex­plique Réal Bo­sé.

RÉA­LISTE

Plus pré­ci­sé­ment, la sé­rie ra­conte la vie de deux po­li­ciers, un trans­fuge de la SQ qui s’amène à Mon­tréal (Legault) et un ha­bi­tué de sa ville, Mon­tréal, son quar­tier, sa clien­tèle...(Bos­sé). « Au mo­ment où dé­bute la sé­rie, Nick vient de vivre une tra­gé­die. Il est de re­tour au bu­reau et croit qu’il se­ra seul dans son au­to­pa­trouille. Or, il ap­prend qu’il au­ra un co­équi­per en la per­sonne de Ben, un po­li­cier qui rêve de­puis des an­nées de ve­nir tra­vailler à Mon­tréal. Ça ne fait pas son af­faire évi­dem­ment. »

La sé­rie per­met­tra au pu­blic de connaître l’uni­vers po­li­cier. « Je veux que les gens aient l’im­pres­sion qu’ils sont as­sis dans

l’au­to­pa­trouille de Nick ou Ben ou croient qu’ils sont dans le bu­reau des gars. »

POUR­QUOI ON LES DÉ­TESTE

Tout au long de l’écri­ture de 19-2, Réal Bos­sé s’est de­man­dé pour­quoi on dé­tes­tait les po­li­ciers. « Ils nous ra­mènent à nos fautes. Par­fois, on se fait ar­rê­ter pour avoir rou­lé 70 km dans une zone de 30 km. On chiale ou on dit qu’ils étaient ca­chés... Mais si nous avions rou­lé à la li­mite per­mise, per­sonne ne nous au­rait ar­rê­té. »

Pour Bos­sé, le mé­tier de po­li­cier est très exi­geant. « On leur de­mande d’être pro­tec­teurs, doc­teurs, psy­cho­logues... Ce sont des hu­mains. Ils ont par­fois peu de temps pour ré­agir lors d’une si­tua­tion, moins de trois se­condes et, par la suite, les spé­cia­listes au­ront trois ans pour ana­ly­ser s’ils ont bien fait ou non. »

Par­lant plus par­ti­cu­liè­re­ment de son per­son­nage, Réal Bos­sé dit que « Nick se dé­fi­nit beau­coup par son tra­vail. Son tra­vail, c’est un re­fuge pour lui ». Pour in­ter­pré­ter leur per­son­nage, Bos­sé et Legault — Ju­lie Per­reault éga­le­ment — ont fait de la pa­trouille, ont ac­com­pa­gné des po­li­ciers dans leur ho­raire de tra­vail. « Tout le monde peut le faire. Ils ap­pelent ça faire du co­bra. » Cette fa­çon de tra­vailler a per­mis aux co­mé­diens d’en­trer da­van­tage dans leurs rôles res­pec­tifs.

D ans la nou­velle sé­rie 19-2 qui se­ra en ondes à comp­ter du 2 fé­vrier à Ra­dio-Ca­na­da, Ju­lie Per­reault et Réal

Bos­sé in­ter­prètent un couple dé­pa­reillé. Elle se veut une car­rié­riste in­tran­si­geante, alors que lui est han­té par le fan­tôme d’une bé­vue pro­fes­sion­nelle. Pas fa­cile pour la vie de couple. En­tre­vues avec deux per­son­nages d’une nou­velle sé­rie qui pour­rait bien de­ve­nir LA sé­rie de la sai­son.

Ju­lie Per­reault

PHOTOS COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.