Se sou­ve­nir de Gé­rald Go­din

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - So­phie Durocher Col­la­bo­ra­tion spé­ciale sdu­ro­cher@journalmtl.com

En 2011, la population est désa­bu­sée de la po­li­tique. Les jeunes ne veulent plus en­tendre par­ler d’in­dé­pen­dance et l’an­glais en­va­hit à nou­veau le centre-ville de Montréal. Il fau­drait vrai­ment que le film Go­din, sur le dé­pu­té-poète de Mer­cier, soit mon­tré dans les cé­geps pour ré­veiller la nou­velle gé­né­ra­tion et lui faire prendre conscience des com­bats qui ont été me­nés par des gens d’ex­cep­tion, comme le pé­quiste Gé­rald Go­din.

On avait dé­jà eu un do­cu­men­taire sur Pierre Bour­gault, puis un autre sur Pierre Fa­lar­deau. Avec ce do­cu­men­taire de Si­mon Beau­lieu, on peut presque par­ler d’une tri­lo­gie sur « les forts en gueule du Qué­bec ». Le film s’ouvre sur des images de Go­din le poète, ré­ci­tant un de ses textes sur « les trous d’eau de Ra­dio-Ca­de­nas », lui qui a été mis à la porte de Ra­dio-Ca­na­da à l’époque où la so­cié­té d’État vou­lait bâillon­ner les in­dé­pen­dan­tistes.

On ne peut qu’ad­mi­rer la dé­ter­mi­na­tion de Gé­rald Go­din qui s’est en­ga­gé jus­qu’à la der­nière mi­nute dans ce qu’il ap­pe­lait « la lutte de li­bé­ra­tion nationale ». Il faut l’en­tendre ex­pli­quer à un jour­na­liste qu’il sou­hai­te­rait que le 1er jan­vier, on se sou­haite « beau pays » au lieu de se dire « bonne an­née »!

Go­din est mort en 1994, un an avant le ré­fé­ren­dum de 1995. Jour­na­liste, poète et dé­pu­té, il s’était bat­tu pour la re­con­nais­sance et le res­pect du fran­çais. Que di­rait-il au­jourd’hui de la gé­né­ra­tion qui chille avec ses best friends en re­gar­dant des films full co­ol?

Pour les dates de dif­fu­sion, con­sul­tez www.go­din-le­film.com.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.