Mel est tou­jours ven­deur, Char­lie ne l’est plus et Lind­say ne tient plus en place. Oui mon­sieur, c’était une autre se­maine en­le­vante à « Char­me­li­lo­land », alors al­lons-y !

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Mi­chael Recht­shaf­fen

Mel Gib­son, peut-être sen­tant la pres­sion du chô­mage, a mis sa mai­son de Ma­li­bu en vente pour un beau 14,5 mil­lions $. Il avait dé­jà mis sa pro­prié­té de six chambres à cou­cher sur le mar­ché il y a un an, mais il l’avait re­ti­ré pour ef­fec­tuer quelques ré­no­va­tions.

C’est là où Mel et son ex Ro­byn ont éle­vé leurs en­fants, dans un quar­tier pro­té­gé qui a dé­jà ac­cueilli aus­si Brit­ney Spears et son ex Ke­vin Fe­der­line.

LA TOUR­NÉE DE SHEEN

Pen­dant ce temps, il semble que les billets de la pro­chaine tour­née de Char­lie Sheen ne se vendent pas très bien, mal­gré les pro­cla­ma­tions du pre­mier in­té­res­sé.

En fait, les ventes de billets pour plu­sieurs ar­rêts de sa tour­née My Violent Tor­pe­do of Truth/De­feat Is Not an Op­tion, qui dé­bute au­jourd’hui même à De­troit, sont ané­miques, si on se fie aux in­ven­taires de Ti­cket­mas­ter, StubHub et autres.

La der­nière fois que j’ai re­gar­dé, un groupe de quatre places pour Char­lie Sheen au Mas­sey Hall de To­ron­to (deux soirs) se ven­dait 62,77 $ sur eBay : pas exac­te­ment mi­ro­bo­lant.

Mais le Sheen Ex­press conti­nue son pe­tit bon­homme de che­min. La se­maine der­nière, Char­lie a avan­cé 7 mil­lions $ pour une nou­velle mai­son, si­tuée non loin de sa de­meure ac­tuelle dans les cos­sus Mul­hol­land Es­tates.

Et une date a été ar­rê­tée pour l’au­dience de sa pour­suite de 100 mil­lions $ contre War­ner Bros. et le créa­teur de Mon on

cle Char­lie, Chuck Lorre. Le 19 avril, un juge de la Cour su­pé­rieure de Los An­geles dé­ter­mi­ne­ra si Sheen pour­ra être en­ten­du dans un pro­cès pu­blic ou si tout se­ra en­voyé en ar­bi­trage à huis clos.

LO­HAN AU TRI­BU­NAL

Et tan­dis qu’on est sur le su­jet des désordres au tri­bu­nal : Lind­say Lo­han a éga­le­ment ob­te­nu un nou­veau ren­dez-vous avec la cour le 22 avril.

C’est à ce mo­ment-là qu’une au­dience pré­li­mi­naire se tien­dra en rap­port avec l’ac­cu­sa­tion de vol por­tée contre Lo­han. L’ac­trice a re­fu­sé de plai­der cou­pable en échange de six mois de pri­son, comme le lui of­frait le pro­cu­reur du com­té de L.A.

En choi­sis­sant de su­bir un pro­cès, Lind­say fait face à des sé­jours en centre de dé­ten­tion et en pri­son fé­dé­rale si elle est trou­vée cou­pable à la fois d’avoir igno­ré les condi­tions de sa li­bé­ra­tion et de vol de bi­joux.

Par ailleurs, l’agent de Lind­say dé­ment les re­por­tages, ba­sés sur un com­men­taire de sa mère Di­na, à l’ef­fet que l’en­fant ter­rible de Hol­ly­wood cherche à se dé­bar­ras­ser de son nom de fa­mille Lo­han au pro­fit de son seul pré­nom Lind­say. Même si ce­la a bien mar­ché pour Cher et Ma­don­na, le porte-pa­role de Lind­say a in­di­qué dans un com­mu­ni­qué que la ve­dette n’a pas l’in­ten­tion de perdre son Lo­han.

Heu­reu­se­ment, car on ne pour­rait alors plus par­ler de « Char­me­li­lo­land » !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.