L’al­coo­lisme 30 ANS PLUS TARD

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - — Ke­vin William­son

LOS AN­GELES | Croyez-le ou non, il y a quelques an­nées, l’al­coo­lisme prê­tait à rire, tout comme De­nis Miller. Com­ment donc mo­der­ni­ser le Ar­thur de 1981, dans le­quel un Dud­ley Moore em­pâ­té et par­lant de tra­vers avait char­mé le pu­blic, sans faire de cette nou­velle ver­sion une histoire in­si­gni­fiante ou trop noire ?

« Le film ne pré­sente pas la vie d’un al­coo­lique de ma­nière tran­chante », ex­plique le scé­na­riste Pe­ter Bayn­ham. « Ar­thur boit, ac­ces­soi­re­ment. Au­jourd’hui, le su­jet est abor­dé de ma­nière beau­coup plus ou­verte qu’en 1981. À l’époque, il était pos­sible de faire un film dans le­quel le per­son­nage prin­ci­pal était drôle et saoul du dé­but à la fin. Cette fois-ci, nous de­vons en chan­ger l’angle, tout en nous as­su­rant de le faire de ma­nière lé­gère. »

PAS DE VERRE BRI­SÉ

Même si Ar­thur boit sans mo­dé­ra­tion, ses dé­lires sont le plus sou­vent sans consé­quences fâ­cheuses, sou­ligne Rus­sell Brand. « Il n’y a pas de verres bri­sés et de femmes en larmes », dit-il. « Il était très im­por­tant d’éta­blir un contexte dans le­quel l’al­coo­lisme était trai­té de ma­nière hu­mo­ris­tique et bon en­fant, sans être une apo­lo­gie de l’ir­res­pon­sa­bi­li­té. Nous sommes en 2011 et nous vou­lions ré­soudre son pro­blème de bois­son. »

Et, comme l’ajoute Pe­ter Bayn­ham: « J’ai été obli­gé d’en­le­ver toute ré­fé­rence au verre bri­sé et aux femmes en larmes. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.