Beau­coup de bruit pour pas grand-chose

Code source

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

Un film de Dun­can Jones.

Avec Jake Gyl­len­haal, Mi­chelle Mo­na­ghan et Ve­ra Far­mi­ga.

Sous des de­hors at­trayants, Code

source n’est qu’un di­ver­tis­se­ment grand pu­blic qui, une fois l’ex­ci­ta­tion du vi­sion­ne­ment pas­sée, ne laisse rien de mé­mo­rable.

Par­fois, même de bons réa­li­sa­teurs s’égarent au pays du conve­nu et du fa­cile. C’est le cas de Dun­can Jones qui, dans ce long mé­trage à mi-che­min entre la science-fic­tion et le thril­ler, fait dans le pré­mâ­ché.

Col­ter Ste­vens (Jake Gyl­len­haal) se ré­veille dans un train. De­vant lui, Ch­ris­ti­na War­ren (Mi­chelle Mo­na­ghan) qui lui parle de tout et de rien pen­dant huit mi­nutes. Après, c’est l’ex­plo­sion.

Tout aus­si bru­ta­le­ment, Col­ter Ste­vens se re­trouve dans une es­pèce de cap­sule. Il fait froid, il est déso­rien­té et son der­nier sou­ve­nir est ce­lui d’une at­taque en Af­gha­nis­tan. Sur l’écran de­vant lui : Col­leen Good­win (Ve­ra Far­mi­ga), sa su­pé­rieure qui lui parle de mis­sion et d’ob­jec­tif.

La pré­misse est in­té­res­sante, sorte de mé­lange entre La matrice (la réa­li­té n’est pas celle que l’on croit) et Le

jour de la mar­motte (re­vivre un pan de sa vie à l’in­fi­ni). Mal­heu­reu­se­ment, au bout d’en­vi­ron 45 mi­nutes de ce long mé­trage qui en dure 93, on a com­pris le noeud de l’in­trigue et nous n’avons plus qu’à at­tendre pas­si­ve­ment la fin, en es­pé­rant une grande ré­vé­la­tion qui ne vient pas.

MÉ­LANGE DES GENRES

Sans doute est-ce le mé­lange des genres qui fait de Code source un film qui ne reste pas en tête après le vi­sion­ne­ment.

Entre l’histoire d’amour (fran­che­ment un peu cucu), le sol­dat à qui on de­mande de se sa­cri­fier pour son pays et le mé­chant ter­ro­riste, on a l’im­pres­sion d’as­sis­ter à une énième dé­cli­nai­son de thèmes dé­jà ex­plo­rés en mieux (pen­sons à Dé­jà vu avec Den­zel Wa­shing­ton que j’en pro­fite pour vous conseiller).

On au­rait ai­mé une ré­flexion plus pous­sée sur ce fa­meux pro­gramme in­for­ma­tique qui per­met de re­vivre les huit der­nières mi­nutes de la vie d’au­trui, on au­rait sou­hai­té un épi­logue moins conve­nu.

Ces manques n’en­lèvent rien à l’at­trait en­tiè­re­ment di­ver­tis­sant de Co

de source. Si vous dé­ci­dez de vous rendre au ci­né­ma pour le voir, sa­chez que vous en pren­drez plein les yeux et les oreilles. Vous pas­se­rez un bon mo­ment, mais votre plai­sir s’ar­rê­te­ra là. Dom­mage.

PHO­TO COURTOISIE

Jake Gyl­len­hall est le hé­ros de ce long mé­trage à mi-che­min entre la science-fic­tion et le thril­ler fait dans le pré­mâ­ché.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.