L’homme aux

Cer­tains connaissent dé­jà Tom Mc­Car­thy, le réa­li­sa­teur de Chef de gare et de De pas­sage. D’autres se sou­viennent de Tom Mc­Car­thy, l’ac­teur, pour ses pres­ta­tions dans, entre autres, The Wire, Bos­ton Pu­blic, La nos­tal­gie de l’ange, Sy­rian­na, Mé­moires de nos

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Liz Braun

Ta­len­tueux à l’ex­trême, Mc­Car­thy, 45 ans, pré­sente son nou­veau long mé­trage in­ti­tu­lé Win Win, histoire de fa­mille, de lutte et de rec­ti­tude mo­rale. Win Win suit un avo­cat qui ac­cepte d’as­su­mer la tu­telle d’un vieil homme histoire de se faire un peu d’ar­gent. Dans le pro­ces­sus, il fait la connais­sance d’un étu­diant cham­pion de lutte, par­fait pour re­haus­ser le ni­veau gé­né­ral de l’équipe.

Tout va donc très bien et il est presque pos­sible d’ou­blier que le tout a dé­bu­té avec un énorme men­songe.

Tom Mc­Car­thy est ré­cem­ment al­lé à To­ron­to pour par­ler de ce Win Win et pour chan­ter les louanges d’un jeune ac­teur pré­nom­mé Alex Shaf­fer, le lut­teur du film. Shaf­fer est ar­ri­vé sur le pla­teau sans au­cune ex­pé­rience en tant qu’ac­teur, choi­si uni­que­ment pour son ta­lent à la lutte.

De­puis Win Win, par contre, volte-face com­plet, ses prio­ri­tés pas­sant de lut­teur à ac­teur.

« Il y a un an, après avoir rem­por­té le cham­pion­nat de lutte, le père d’Alex a re­çu des lettres de toutes les uni­ver­si­tés du pays qui vou­laient ab­so­lu­ment le re­cru­ter, a ex­pli­qué Mc­Car­thy. Au­jourd’hui, il a com­plè­te­ment mo­di­fié ses centres d’in­té­rêt. Les portes de la lutte se sont re­fer­mées et, pour un jeune, c’est le genre de si­tua­tion qui pour­rait don­ner un coup. Mais il a pu chan­ger d’orien­ta­tion... ce qui est très co­ol. »

VILLE NA­TALE

Mc­Car­thy a fait se dé­rou­ler l’ac­tion de Win Win dans sa ville na­tale de New Pro­vi­dence, au New Jer­sey. « Ce n’est pas du tout un long mé­trage au­to­bio­gra­phique », a pré­ci­sé le réa­li­sa­teur et scé­na­riste. « En même temps, on y trouve aus­si de nom­breux élé­ments per­son­nels, tout sim­ple­ment parce que l’histoire se passe dans une lo­ca­li­té où j’ai gran­di et qu’elle suit des gens que je connais très bien. »

C’est ain­si qu’il a de­man­dé l’aide ré­dac­tion­nelle de Joe Ti­bo­ni, an­cien condis­ciple et par­fois « co­équi­pier de lutte ». Ce der­nier est avo­cat et ha­bite tou­jours à New Pro­vi­dence, le même en­droit que dans le­quel Mc­Car­thy a gran­di au sein d’une fa­mille ca­tho­lique nom­breuse. « Au­cun de mes proches n’évo­lue dans un mi­lieu ar­tis­tique, mais mes pa­rents m’ont quand même éle­vé avec un sens du tra­vail ac­com­pli », a sou­li­gné le ci­néaste.

Pour­tant, quand est ve­nu le temps pour lui de choi­sir une car­rière, il a eu du mal à an­non­cer à ses pa­rents qu’il vou­lait de­ve­nir ac­teur. « Quand j’ai pris cette dé­ci­sion, ce­la a été dur pour mes pa­rents, dur pour moi de le leur dire et dur pour eux de l’en­tendre. Je me sou­viens du lunch avec mon père : j’étais al­lé à New York pour lui en par­ler et je me trou­vais au mi­lieu de tous ses pro­fes­sion­nels en train de lui dire que j’avais trou­vé ma vo­ca­tion », a-t-il confié avec un sou­rire.

Mc­Car­thy, qui est sor­ti de Bos­ton Col­lege avec un di­plôme en poche, dit que ses pa­rents étaient hé­si­tants au dé­but, mais lui ont of­fert leur sou­tien très ra­pi­de­ment. « J’ai fait mes pre­mières armes en im­pro­vi­sa­tion et ils sont ve­nus me voir sur scène. Puis, quand j’ai com­men­cé à jouer au théâtre, ils ont aus­si as­sis­té aux re­pré­sen­ta­tions. Ils ont consta­té que je pre­nais les choses avec sé­rieux. » Et l’un de ses condis­ciples de la Yale School of Dra­ma n’était autre que Paul Gia­mat­ti, qui est l’ac­teur prin­ci­pal de Win Win.

In­ter­ro­gé sur la ma­nière dont il gère ses trois car­rières si­mul­ta­nées, Mc­Car­thy a dé­taillé : « Je suis tou­jours en train d’écrire. Quand je peux jouer ce que je ré­dige, tant mieux. Et quand je suis en plein mi­lieu de la ré­dac­tion d’un scé­na­rio, tout prend le bord jus­qu’à ce que j’aie ter­mi­né. » Le tout pa­raît d’une telle sim­pli­ci­té !

PHO­TO COURTOISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.