De bien étranges évé­ne­ments

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES -

L'écri­vain an­glais An­drew Tay­lor pré­sente en­fin au Qué­bec son plus ré­cent ro­man po­li­cier, Le diable danse à Blee­ding Heart Square, ro­man brillam­ment construit comme le sont les grands clas­siques.

Moins connu ici, Tay­lor est tou­te­fois une des fi­gures de proue de la lit­té­ra­ture an­glaise bien en place. D’ailleurs, il est sou­vent com­pa­ré à Aga­tha Ch­ris­tie, grâce à son style et à sa vir­tuo­si­té dans l’art de cap­ti­ver le lec­teur. Tay­lor a re­çu bon nombre de prix, dont le très pres­ti­gieux Crime Wri­ter’s As­so­cia­tion re­mis par l’As­so­cia­tion des écri­vains de ro­mans po­li­ciers et ce­lui dont le nom sai­si quelque peu, le prix Car­tier Dia­mond Dag­ger, pour l’en­semble de son oeuvre.

An­drew Tay­lor a écrit des ro­mans po­li­ciers (la tri­lo­gie Re­quiem pour un ange), des ou­vrages pour la jeu­nesse et la té­lé­vi­sion. Cer­tains le re­con­naî­tront sous les pseu­do­nymes d’An­drew Sa­ville et de John Ro­bert Tay­lor. Plu­sieurs noms, mais une seule plume.

FUIR L’ARIS­TO­CRA­TIE

1934, à Londres. Ly­dia Lang­stone trouve re­fuge dans une pe­tite pen­sion de fa­mille sise à Blee­ding Heart Square afin de fuir la haute so­cié­té aris­to­cra­tique an­glaise et un ma­ri violent. Dans ces condi­tions, elle tente de re­nouer avec une vie plus mo­deste, plus in­dé­pen­dante, mais loin des pri­vi­lèges que lui confé­rait son sta­tut so­cial. Ra­pi­de­ment, Ly­dia se trouve face à d’étranges évé­ne­ments. Qu’est de­ve­nue Miss Pen­how, l’an­cienne pro­prié­taire de la pen­sion de fa­mille, mys­té­rieu­se­ment dis­pa­rue quatre ans plus tôt? Pour­quoi un jour­na­liste, de re­tour de l’Inde, veut-il à tout prix la re­trou­ver? Qui est cet homme qui sur­veille en tout temps les al­lées et ve­nues dans la mai­son?

LÉ­GENDE LON­DO­NIENNE

En­fin, qui en­voie des mor­ceaux de coeur en dé­com­po­si­tion à Jo­seph Ser­ridge, l’un des oc­cu­pants de la pen­sion de fa­mille, le der­nier à avoir vu Miss Pen­how vi­vante? Voi­là pour­quoi la lé­gende lon­do­nienne existe, c’est que le diable danse à Blee­ding Heart Square, et cette fois, il se­rait bien plu­tôt ca­ché dans la pé­nombre, at­ten­dant son heure.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.