Et le cro­co­dile tua le kaya­kiste

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME -

Le kaya­kiste Jo­hannes Hen­drik Coet­zee avait du cha­risme et du cu­lot. En 2005, la Na­tio­nal Geo­gra­phic So­cie­ty lui a consa­cré un do­cu­men­taire parce qu’il di­ri­geait une ex­pé­di­tion qui a re­mon­té tout le Nil. En 2010, le jeune aven­tu­rier ori­gi­naire d’Afrique du Sud est mort – à l’âge de 32 ans – sur la ri­vière Lu­ku­ga, au Con­go, après avoir été « at­tra­pé » par un cro­co­dile. La bête de quelque 2 000 livres s’est pro­je­tée hors de l’eau pour re­fer­mer sa gueule sur l’épaule de Coet­zee avant de l’en­traî­ner sous l’eau. Le ma­ga­zine Out­side lui rend un vi­brant hom­mage en pu­bliant un long ar­ticle au su­jet de sa vie brève, mais mou­ve­men­tée.

À no­ter aus­si dans ce nu­mé­ro de Out­side : un re­por­tage sur la ville de Tcher­no­byl en tant que des­ti­na­tion tou­ris­tique. De­puis la ca­tas­trophe nu­cléaire de 1986, la ra­dio­ac­ti­vi­té a beau­coup di­mi­nué. L’in­té­rêt d’al­ler là ? Il est un peu ma­cabre. Au Qué­bec et aux États-Unis, il y a dé­jà eu des vil­lages fan­tômes : des lieux com­plè­te­ment aban­don­nés. Eh bien, Tcher­no­byl est une grande ville aban­don­née : avec des édi­fices, des routes, un parc d’at­trac­tions, etc. Mais at­ten­tion : une meute de loups a élu do­mi­cile dans la ville et, quand elle a faim, elle at­taque… du moins, c’est ce que ra­conte un scien­ti­fique russe in­ter­viewé par Out­side.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.