LE PÉRE, LE FILS, L'HOMME ET L'AR­TISTE

Le Journal de Quebec - Weekend - - NOUVELLES - Mi­chelle Cou­dé-Lord

En pleine tour­née, Roch Voi­sine s’aper­çoit, à 48 ans, qu’il lui faut être plus sage. « Vieillir ne me dé­range pas trop, au fond. Tout ce qui compte, c’est de gar­der la san­té ; mais di­sons que je me couche plus tôt, et que faire 2 500 km en cinq jours, on le sent plus, après 40 ans » sou­ligne l’au­teur-com­po­si­teur.

Q. Tes salles sont-elles pleines ?

R. Oui, et c’est gé­nial. On re­fuse du monde. À part les hu­mo­ristes, au Qué­bec, on n’est pas beau­coup à pou­voir connaître un tel suc­cès. Je suis choyé. Q. Es-tu tan­né de te faire par­ler de cette ru­meur d’ho­mo­sexua­li­té d’il y a quelques an­nées ?

R. J’ai ré­glé ce­la lors des der­nières ap­pa­ri­tions té­lé, à Tout le monde en parle. C’est tel­le­ment con. Le monde s’en fiche, au fond, à l’ex­té­rieur de notre pe­tit mi­lieu nom­bri­liste du show­bu­si­ness. Per­sonne n’a par­lé de ce­la. C’est de la pe­tite gué­guerre in­terne, à l’in­té­rieur de notre mi­lieu, mais là, je crois que s’est ré­glé. En­fin, je l’es­père.

Q. Qu’est-ce que la vie, pour toi ?

R. On fait ce qu’on peut le temps que ça dure. Q. Tes pa­rents vivent-ils tou­jours ?

R. Mon père a 72 ans, ma mère a 70 ans. Je ne suis pas très près des miens ; nous avons une fa­mille di­vi­sée. Di­sons que nous ne sommes pas un mo­dèle de rap­pro­che­ment. Moi, dis-

ons que je suis to­ta­le­ment le contraire ; je suis très col­leux et « bé­co­teux », et un parent très dis­ci­pli­né. J’ai la garde par­ta­gée une se­maine sur deux ; j’or­ga­nise mon ho­raire en consé­quence, même si c’est dif­fi­cile. Q. Ta vie de père a-t-elle chan­gé ta vie to­ta­le­ment ?

R. Ça re­met les prio­ri­tés à la bonne place. Tout ce que je fais, c’est pour eux. Je suis un père très fier de mes gars. Q. Ce mé­tier te nour­rit-il to­ta­le­ment ?

R. Non, ce n’est pas toute ma vie, car, d’abord, ma vie, ce sont mes en­fants. Je parle plu­tôt d’une pas­sion avec mon mé­tier. À part éle­ver mes en­fants, je ne fais rien de mieux. C’est un mé­tier qui exige beau­coup de soi, et je re­tiens tou­jours cette phrase de Da­vid Fos­ter : « Si vous ne tra­vaillez pas sa­me­di soir, dom­mage, car quel­qu’un d’autre est en train de le faire. »

Q. Qu’en est-il du ci­né­ma ?

R. J’ai­me­rais y plon­ger, même avec un troi­sième rôle. Je suis cu­rieux de dé­cou­vrir ce monde-là. Q. Comme ar­tiste, quelle est la pé­riode où tu as le plus souf­fert ?

R. Je di­rais il y a quatre ou cinq ans ; j’ai été dé­sta­bi­li­sé. Je me cher­chais un peu, ar­tis­ti­que­ment par­lant. J’es­sayais de trou­ver ce che­min, jus­te­ment, vers mon pu­blic.

Q. As-tu des re­grets ?

R. Tou­jours… On se de­mande pour­quoi tel al­bum n’a pas mar­ché, pour­quoi telle chan­son. Tou­te­fois, dans

l’en­semble, je suis content et chan­ceux. Après 25 ans, je ne peux pas me plaindre. Q.Com­ment ex­pliques-tu un suc­cès à la Jus­tin Bie­ber ?

R. Mé­dia­ti­sa­tion, et il a l’in­tel­li­gence in­née d’ali­men­ter cette image-là, un peu comme Ma­don­na qui, même sans grande voix, a su mon­ter au som­met grâce à une ca­pa­ci­té in­croyable de nour­rir son image. C’est un gé­nie du mar­ke­ting. Q. Si tes gar­çons vou­laient y faire car­rière, com­ment ré­agi­rais-tu ?

R. Ils sont si jeunes ; là ils jouent au hockey dans la rue et aux jeux vi­déo. J’es­père qu’ils vont faire autre chose, car c’est plus sé­cu­ri­sant. Les chances qu’ils gagnent leur vie en chan­tant sont tel­le­ment mi­nimes. Je leur dis d’al­ler à l’école. Q. Com­ment consi­dères-tu ton pu­blic ?

R. C’est le seul juge. Le pu­blic te donne la lé­gi­ti­mi­té. Quand les gens sont der­rière soi, comme ils le sont avec Ame­ri

ca­na, c’est la plus belle éner­gie. J’ai écrit une chan­son, il y a quelques an­nées, qui dure plus de dix mi­nutes, et qui parle de cette perte de con­tact avec le pu­blic. C’est ce que je sen­tais, à ce mo­ment-là. Un jour, je trou­ve­rai un moyen de la leur chan­ter. Ça s’ap­pelle

Le che­min. Au fait, ça fait un peu co­mé­die mu­si­cale; peut-être que, dans dix ans, j’en écri­rai une. Roch Voi­sine a dé­fi­ni­ti­ve­ment re­trou­vé son che­min.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.