TOU­JOURS ÉMUE PAR SON OVI­LA ET SON ÉMI­LIE

MONTRÉAL | La pre­mière de l’opé­ra-folk Les filles de Ca­leb au­ra lieu mer­cre­di pro­chain au Théâtre SaintDe­nis à Montréal. Une des femmes les plus ner­veuses et heu­reuses ce soir-là se­ra Ar­lette Cousture, l’au­teure des Filles de Ca­leb. Dé­jà que les co­mé­diens

Le Journal de Quebec - Weekend - - NOUVELLES - Mi­chelle Cou­dé-Lord MCLORD@JOURNALMTL.COM

« Ils ont tous fait un tra­vail ex­tra­or­di­naire, confiait-elle, cette se­maine, en en­tre­vue. Da­niel Bou­cher fait un Ovi­la émou­vant, ex­quis, et les spec­ta­teurs dé­cou­vri­ront un ex­cellent co­mé­dien ; Luce Du­fault, en Émi­lie, est vraie, gé­né­reuse et ex­trê­me­ment en­tière. J’aime bien aus­si ce qu’Yves Sou­tière a fait de mon Dou­ville, drôle et dé­jan­té, et que dire de Blanche ! »

« Ils sont tous bons. Mi­chel Ri­vard est ma­gique en chef d’or­chestre et Mi­che­line Lanc­tôt a écrit un li­vret d’une fine in­tel­li­gence ; je di­rais qu’elle a su faire une jo­lie acro­ba­tie en nous pré­sen­tant sur scène ha­bi­le­ment cent ans d’histoire. Les per­son­nages vieillissent sous nos yeux. Je suis très tou­chée », pré­cise l’au­teure, l’unique Ar­lette Cousture, qui s’en ira en mai écrire dans son chez-soi à Pa­ris.

Car faut-il le rap­pe­ler, son ro­man d’Émi­lie Bor­de­leau l’a ren­due cé­lèbre et a été ven­du à 4 mil­lions d’exem­plaires juste en Eu­rope et au Qué­bec ; sans comp­ter que la sé­rie té­lé­vi­sée Les filles de Ca­leb a été pré­sen­tée dans 50 pays.

UNE IDÉE DE JEAN BES­RÉ

Elle nous dé­voile alors un beau se­cret.

« En 1986, le co­mé­dien tant ai­mé Jean Bes­ré m’avait dit qu’il y avait tout dans cette histoire pour faire un su­per spec­tacle sur scène. Je crois que je me dois de lui rendre hom­mage au­jourd’hui, car au fond, c’est lui qui a eu la pre­mière idée », af­firme sur un ton ad­mi­ra­tif Ar­lette Cousture.

Elle aime que son Ovi­la soit aus­si amou­reux de son Émi­lie.

« On a ici de l’amour in­con­di­tion­nel de part et d’autre. Il y a au­tant d’amour que de souf­frances. Et je crois que Da­niel Bou­cher et Luce Du­fault nous le font sen­tir avec une telle grâce, juste en se pre­nant les mains, tout est en sub­ti­li­té. Le plus grand dé­fi de cette pro­duc­tion et du met­teur en scène Yvon Bi­lo­deau est ce grand voyage dans le temps, ce qui n’est pas évident, car il lui a fal­lu mettre ce­la dans un es­pace li­mi­té. Mais je crois que le dé­fi est re­le­vé. Je se­rai ex­trê­me­ment émo­tive lorsque tous ces per­son­nages dé­fi­le­ront de­vant moi sur la scène du Théâtre Saint-De­nis. Ça donne un spec­tacle très émou­vant et d’une grande vé­ri­té. C’est la force des mots qui viennent du coeur », af­firme Ar­lette Cousture, en­core tel­le­ment at­ta­chée à ces per­son­nages que c’en est émou­vant.

« Ils ont fait par­tie de ma vie », di­telle.

GAS­TON L’HEU­REUX

Autre anec­dote in­té­res­sante, le dé­funt ani­ma­teur-ve­dette Gas­ton L’Heu­reux avait par­ti­ci­pé à un fo­cus group sur Les filles de Ca­leb et il avait dit ce­ci, nous rap­pelle l’au­teure : « Des Ovi­la Pro­no­vost, il y en au­ra tou­jours, sauf qu’au lieu d’être dans le bois, ils sont au gym. Il di­sait tel­le­ment la vé­ri­té. Ovi­la et Émi­lie, c’est l’amour in­con­di­tion­nel jus­qu’à la fin de ses jours, j’en suis convain­cue », conclut Ar­lette Cousture. Les filles de Ca­leb, l’un des spec­tacles les plus at­ten­dus de l’an­née, se­ra pré­sen­té dans plu­sieurs villes du Qué­bec. Plus de 50 000 billets ven­dus. Pre­mière ce mer­cre­di 13 avril à Montréal. « Je pense que les spec­ta­teurs de­vront s’abon­ner aux klee­nex », conclut une Ar­lette Cousture, qui a très hâte.

Une dis­tri­bu­tion convain­cante et une Ar­lette Cousture, l’au­teure des Filles de Ca­leb, tout sim­ple­ment ra­vie de voir re­vivre sur scène ses per­son­nages.

PHO­TOS COURTOISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.