Une ÉQUIPE, une CHI­MIE, un AL­BUM

La Ca­na­dienne k. d. Lang est em­bal­lée par la pa­ru­tion de son nou­vel al­bum avec le groupe qu’elle vient de créer, le Siss Boom Bang, mais sa voix s’illu­mine vrai­ment quand elle évoque son in­ter­pré­ta­tion d’Hal­le­lu­jah, de Leo­nard Co­hen, lors des cé­ré­mo­nies d

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger

« La plus im­por­tante per­for­mance live de toute ma car­rière », dit-elle de cette pres­ta­tion qui lui a va­lu une no­mi­na­tion aux Ju­no.

« D’abord, ex­plique-t-elle, cette chan­son est si belle et je la chante de­puis long­temps. Je sen­tais que j’avais une re­la­tion par­ti­cu­lière avec elle. Qu’on me de­mande de la chan­ter à Van­cou­ver, chez moi, était très spécial. C’est de­ve­nu un des grands mo­ments dans ma vie, le sum­mum de ma car­rière pro­fes­sion­nelle. »

Mais, avoue-t-elle, Dieu qu’elle était ner­veuse avant de mon­ter sur la scène du BC Place.

« Je suis ar­ri­vée au stade à 14 h et je chan­tais au­tour de 21 h 30. J’ai dû pa­tien­ter des heures et des heures. J’ai fait de la mé­di­ta­tion et j’ai prié. Juste avant de chan­ter, il y a eu une pause com­mer­ciale de deux mi­nutes et je priais pour que mes nerfs se calment », ra­conte k. d. Lang, qui a fi­na­le­ment réus­si à re­trou­ver toute sa concen­tra­tion.

« Je me suis mise à chan­ter et ce fut sur­réa­liste. J’étais hy­per consciente de tout, de la mu­sique, de la foule, des pa­roles, de mon pas­sé, du pré­sent. Je crois que je pour­rais écrire un livre à pro­pos de cette per­for­mance », blague-t-elle.

Quant à Leo­nard Co­hen, il était « en­chan­té » de son tour de chant, mais, ri­gole Lang, « je crois qu’il vou­drait qu’il y ait un mo­ra­toire sur les re­prises de Hal­le­lu­jah ».

LE GROUPE IDÉAL

Quoi qu’il en soit, Hal­le­lu­jah ne fi­gure pas sur Sing It Loud, l’al­bum que l’icône les­bienne fait pa­raître ce mar­di, trois ans après

Wa­ter­shed. On y re­trouve une re­prise des Tal­king Heads, Hea­ven, ain­si qu’une collection de nou­veaux titres, dont le pre­mier ex­trait, I Con­fess, qu’elle a écrits avec les mu­si­ciens du Siss Boom Bang, dont le mul­tiins­tru­men­tiste Joe Pi­sa­pia, co­pro­duc­teur de l’al­bum avec Lang. C’était la pre­mière fois en 20 ans que l’ar­tiste ca­na­dienne tra­vaillait avec un groupe.

« J’ai ren­con­tré Joe lors d’un spec­tacle et je suis ins­tan­ta­né­ment tom­bée en amour avec lui. Il y avait une chi­mie évi­dente. Nous avons mon­té un groupe et, à la se­conde où les mu­si­ciens sont en­trés en stu­dio, c’était pal­pable que c’était LE groupe. Nous avons en­re­gis­tré huit chan­sons en trois jours. »

Lang a su dès lors que cet al­bum ne pour­rait pas por­ter que son seul nom. Mais ce n’est que quelques mois après les ses­sions d’en­re­gis­tre­ment qu’elle a trou­vé une ap­pel­la­tion à son col­lec­tif de cinq mu­si­ciens.

« À la base, Siss Boom Bang est un terme qui dé­crit les feux d’ar­ti­fice du 4 juillet et c’est à cette époque que nous avons en­re­gis­tré Sing It Loud. Quelques mois après, j’ai fait en­tendre le disque à ma meilleure amie pour avoir sa cri­tique. Elle m’a dit : ça com­mence comme du k. d. Lang ty­pique. C’est très beau et puis, Siss Boom Bang, le groupe dé­barque. J’avais trou­vé le nom. »

« MA­GIQUE »

K.d. est tom­bée sous le charme de son Siss Boom Bang. « C’était si na­tu­rel. On se sen­tait tous sur la même pla­nète et on par­lait le même lan­gage. C’était très gra­ti­fiant d’un point de vue créa­tif », dit Lang, qui sou­haite que son nou­veau groupe ait un ave­nir.

« Mais ça dé­pen­dra d’un pa­quet de trucs. Si le disque a du suc­cès, si nous sur­vi­vons tous. Je ne pré­dis pas l’ave­nir, mais, pour l’ins­tant, c’est ma­gique. »

√ Sing It Loud se­ra dis­po­nible en ma­ga­sin et en ligne ce mar­di 12 avril.

K. D. LANG

PHO­TO COURTOISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.