Après­la­pluie, le beau­temps

Foi de Joey San­tia­go, elle est bien loin l’époque où Kim Deal et Black Fran­cis se re­gar­daient comme chiens de faïence et où l’ani­mo­si­té avait at­teint un som­met tel que les Pixies n’avaient eu d’autre choix que de se sé­pa­rer. La deuxième vie des Pixies se

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger

Joint par Le Jour­nal de Qué­bec à sa ré­si­dence de Los An­geles, à l’aube d’une tour­née ca­na­dienne de 21 spec­tacles qui les mè­ne­ra à Qué­bec et Montréal, le gui­ta­riste du my­thique qua­tuor (com­plé­té par le bat­teur Da­vid Lo­ve­ring) a re­con­nu que le suc­cès était peut-être ar­ri­vé trop ra­pi­de­ment pour les Pixies à la fin des an­nées 80.

« À nos dé­buts, nous étions d’as­sez bons amis. Il nous ar­ri­vait de sor­tir dans les bars, d’al­ler prendre un verre. Mais nous n’avons pas eu le temps de nous te­nir en­semble parce que tout est ar­ri­vé si vite. Un an après notre pre­mier spec­tacle, nous étions en Eu­rope. Main­te­nant, nous rat­tra­pons le temps per­du. C’est pai­sible, ami­cal. Il n’y a pas de pres­sion sur nous », ra­conte San­tia­go, se­lon qui les quatre mu­si­ciens passent plus que ja­mais du temps en­semble.

« Il nous ar­rive d’al­ler prendre un ca­fé, d’al­ler au mu­sée, ce genre de trucs. À l’époque, on n’avait pas le temps de faire ça. »

QUAND LA RU­MEUR DE­VIENT RÉA­LI­TÉ

Créa­teurs des al­bums Sur­fer Ro­sa, Doo

lit­tle et Bos­sa No­va, qui sont en­trés dans la my­tho­lo­gie du rock, les Pixies étaient au som­met de leur gloire quand ils ont mis un terme à leur éprou­vante aven­ture, en 1993.

Cha­cun des membres a consa­cré la dé­cen­nie sui­vante à des pro­jets so­los jus­qu’à ce que les ru­meurs d’une réunion se concré­tisent en­fin, en 2004.

« Quand Charles (Black Fran­cis) m’a ap­pe­lé, j’étais à moi­tié pré­pa­ré à notre re­tour en rai­son des ru­meurs qui cir­cu­laient de­puis un bout de temps. La pre­mière chose qui m’est ve­nue à l’es­prit, c’est: mon Dieu, com­ment va-t-on son­ner? Ça fai­sait long­temps que je n’avais pas joué les chan­sons. Je ne les écou­tais même pas, ce qui est nor­mal, je crois. Écou­tez, je n’ai même pas de pho­to de moi », blague Joey San­tia­go, qui ne croyait pas que cette réunion du­re­rait aus­si long­temps.

« Le temps a sim­ple­ment pas­sé. Kim pen­sait que nous ne fe­rions que quelques concerts et que ce se­rait tout. À notre grande sur­prise, les gens ont conti­nué de vou­loir nous voir. »

DEUX ANS DE DOO­LIT­TLE

En 2009, le groupe a vou­lu sou­li­gner le 20e an­ni­ver­saire de la pa­ru­tion de Doo­lit­tle, sa pièce maî­tresse qui contient les De­ba­ser et

Mon­key Gone To Hea­ven, en met­tant sur pied une tour­née du­rant la­quelle le groupe joue l’al­bum au com­plet. En­core une fois, le suc­cès a été au ren­dez-vous au point où, deux ans plus tard, le Doo­lit­tle tour rem­plit en­core des salles.

« L’idée était de jouer l’al­bum à l’in­té­rieur, dans des salles ayant une bonne acous­tique », ex­plique San­tia­go à pro­pos de ces spec­tacles du­rant les­quels sont pro­je­tés 11 films sur des écrans.

« C’est une par­tie de la pro­duc­tion, un truc pour rendre l’ex­pé­rience plus plai­sante pour le pu­blic. Ça sem­blait une bonne idée d’avoir un écran pro­je­tant des images de films plu­tôt que des images de nous. »

L’ES­POIR D’UN NOU­VEL AL­BUM

Quant à un nou­vel al­bum, le sou­hait de tous les fans, rien de concret pour l’ins­tant, même si des in­fos concer­nant un pro­jet mê­lant mu­sique et ci­né­ma (le nom de Quen­tin Ta­ran­ti­no a même été évo­qué) ont cir­cu­lé sur le Web.

« Ce se­rait in­té­res­sant, dit San­tia­go, sû­re­ment une bonne fa­çon de s’y re­mettre d’im­pli­quer une autre dis­ci­pline. Un nou­vel al­bum se­rait co­ol, mais nous n’en avons pas par­lé de­puis un mo­ment. Pour l’ins­tant, nous nous concen­trons sur la tour­née. »

En at­ten­dant, une nou­velle gé­né­ra­tion de fans dé­couvre la mu­sique des Pixies, à com­men­cer par les en­fants du gui­ta­riste, qui sont âgés de six et huit ans.

« Ouais, ils en écoutent un peu. Tous les en­fants aiment Mon­key Gone To Hea­ven; ça les fait rire. Ils sont ve­nus à un concert, mais ils sont par­tis après deux chan­sons. C’était trop fort pour eux. »

√ Les Pixies sont en spec­tacle le 12 avril, à la salle Al­bert-Rous­seau, à Qué­bec, de même que les 13 et 14 avril, au Mé­tro­po­lis, à Montréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.