30 ans de mu­sique avec le Zou­lou blanc

Quatre ans après son der­nier pas­sage au Fes­ti­val d’été de Qué­bec, John­ny Clegg le « Zou­lou blanc » est de re­tour chez nous pour of­frir Spi­rits Is the Jour­ney, le concert du 30e an­ni­ver­saire.

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - De­nise Martel DE­NISE.MARTEL@JOUR­NAL­DE­QUE­BEC.COM

Iro­ni­que­ment, il re­vient à deux pas de là où tout avait com­men­cé, il y a une ving­taine d’an­nées, avec le pu­blic de Qué­bec, un soir de Fes­ti­val d’été. Mas­sés sur la place D’You­ville où se trou­vait la prin­ci­pale scène du Fes­ti­val à l’époque, les spec­ta­teurs at­ten­daient im­pa­tiem­ment le Zou­lou blanc, mal­gré la pluie di­lu­vienne qui s’abat­tait sur Qué­bec.

Mal­heu­reu­se­ment, les vents vio­lents avaient contraint les or­ga­ni­sa­teurs à an­nu­ler le spec­tacle au grand dam du pu­blic et du chan­teur, frus­tré et dé­çu de ra­ter ce pre­mier ren­dez-vous. Clegg ne garde tou­te­fois au­cun sou­ve­nir de cette soi­rée où la fé­bri­li­té était pal­pable.

« Quand je pense à Qué­bec, je re­vois tou­jours un soir d’hi­ver où il fai­sait très froid et il y avait beau­coup de neige », confie le Zou­lou blanc au cours d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique alors qu’il ve­nait de lan­cer, la veille, la tour­née nord-amé­ri­caine de son spec­tacle en ban­lieue de Wa­shing­ton.

« Le spec­tacle, c’est 30 ans de mu­sique! Il y a quelques nou­velles chan­sons ti­rées de mon der­nier DC Hu­man, mais ce sont sur­tout des clas­siques comme Asim­bo­nan­ga et I Call Your Name, des chan­sons que les gens vont re­con­naître sans peine. Il y en a pour tous les goûts », sou­tient le chan­teur. In­ter­ro­gé à sa­voir s’il lui ar­rive de ne pas chan­ter Asim

bo­nan­ga, la chan­son qui l’a pro­pul­sé sur la scène in­ter­na­tio­nale, Clegg avoue que c’est im­pos­sible. « Elle fait tou­jours par­tie du show, en fait elle fait par­tie de moi. »

MÉ­TIS­SAGE MU­SI­CAL

En­tou­ré de sept mu­si­ciens dont un per­cus­sion­nis­te­dan­seur et d’une dan­seuse, la même de­puis le dé­but il y a 30 ans, le Zou­lou blanc pré­cise que le spec­tacle est le mé­tis­sage de dif­fé­rentes cultures et in­fluences. De la mu­sique tri­bale à la mé­lo­die, en pas­sant par les rythmes la­ti­no, le rock, le rai, la mu­sique amé­ri­caine et ir­lan­daise sans ou­blier, bien sûr, la mu­sique zou­lou.

Bien qu’il soit né au Royaume-Uni, John­ny Clegg n’est qu’un pou­pon quand il ar­rive en Rho­dé­sie avec ses pa­rents et un ado, quand il met le cap sur l’Afrique du Sud, seul, dé­ter­mi­né à faire sa vie. Il a 15 ans quand il com- mence à grat­ter la gui­tare. Sa ren­contre avec un mu­si­cien zou­lou se­ra dé­ter­mi­nante et mar­que­ra sa mu­sique à ja­mais, ce qui lui vau­dra d’être sur­nom­mé le Zou­lou blanc.

CONNEC­TER AVEC LES GENS

Si son style mu­si­cal est de­meu­ré le même, il sou­tient que le conte­nu de ses chan­sons a chan­gé.

« J’ai un nou­veau pro­duc­teur qui m’a ame­né à ex­plo­rer d’autres voies en stu­dio, plus or­ga­niques, plus hu­maines. Quand j’ar­rive sur scène, ce que j’aime le plus, c’est connec­ter avec les gens. Avoir la sen­sa­tion de par­ta­ger des sen­ti­ments, des idées. Pour moi, c’est vi­tal », confie le chan­teur, qui, s’il a per­du quelques che­veux et pris un peu de poids, ne se gêne pas pour dan­ser comme il l’a tou­jours fait.

Après avoir com­plé­té la tour­née nord-amé­ri­caine qui l’amè­ne­ra dans 32 villes dont Montréal, le 9 avril, et Qué­bec, le 10, au len­de­main d’une autre tour­née au Ma­roc et en France, toute la troupe ren­tre­ra à la mai­son en Afrique du Sud pour un re­pos bien mé­ri­té avant de re­prendre, vrai­sem­bla­ble­ment en Aus­tra­lie.

« Je n’aime pas beau­coup prendre l’avion, mais j’aime bien dor­mir dans le bus de tour­née, c’est très confor­table, c’est comme un hô­tel sur roues », conclut-il. John­ny Clegg est en spec­tacle au Mé­tro­po­lis de Montréal ce soir et au Théâtre Ca­pi­tole de Qué­bec de­main.

JOHN­NY CLEGG

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.