Fon­cer pour réus­sir

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

(CB) Gas­pé­sien d’ori­gine main­te­nant éta­bli à Montréal, le jeune An­toine Oli­vier Pi­lon a réa­li­sé un rêve de pe­tit gars en ob­te­nant le pre­mier rôle dans Frisson des Col­lines.

« J’ai trou­vé l’ex­pé­rience gé­niale, la plus belle de ma vie », lance d’en­trée de jeu l’ado­les­cent de 13 ans, qui n’avait qu’une pu­bli­ci­té à son ac­tif avant d’être re­pé­ré par le réa­li­sa­teur Ri­chard Roy.

« Quand nous étions en Gaspésie, se sou­vient An­toine Oli­vier, ma soeur et moi re­gar­dions la té­lé et on voyait des jeunes qui jouaient dans des émis­sions et on se di­sait qu’on pour­rait faire la même chose. Plus tard, nous sommes dé­mé­na­gés à Montréal et là, plus rien ne nous re­te­nait de faire du ci­né­ma. Nous sommes al­lés pas­ser des au­di­tions pour une agence et nous avons été ac­cep­tés. »

Le jeune co­mé­dien as­sure que ce pre­mier tour­nage n’a pas été éprou­vant, hor­mis une scène où il de­vait crier sa souf­france seul sur une col­line. Pour le reste, il a pu bé­né­fi­cier des conseils de Louise La­pa­ré et Guillaume Le­may-Thi­vierge. Anick Le­may, qui jouait sa mère, est tom­bée sous le charme.

« Je l’ai trou­vé gé­né­reux, ou­vert. Il se lais­sait di­ri­ger, se vi­rait sur un 10 cents, re­com­men­çait s’il se trom­pait. Dès la septième jour­née de tour­nage, il était hy­per pro­fes­sion­nel », dit-elle.

Ça tombe bien puisque main­te­nant qu’il a goû­té au ci­né­ma, ce grand fan de Jim Car­rey en­tend en faire une car­rière. Mais pas ques­tion de jouer la grosse tête.

« À mon école, tout le monde de mon ni­veau, se­con­daire 2, sait que je joue dans un film et sont im­pres­sion­nés. Je de­mande quand même sou­vent à mes amis s’ils trouvent que je me vante trop. Ils me ré­pondent qu’au contraire, j’es­saye de ne trop pas me van­ter. »

AN­TOINE OLI­VIER PI­LON

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.