En hom­mage à ALAIN COR­NEAU

Pour sou­li­gner la sor­tie en DVD cette se­maine de Crime d’amour d’Alain Cor­neau, me­dia­film.ca vous pro­pose un re­tour sur la car­rière de ce ci­néaste fran­çais, dis­pa­ru le 29 août der­nier à l’âge de 67 ans, en bra­quant le pro­jec­teur sur cinq de ses plus grand

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

SÉ­RIE NOIRE (1979)

Pa­trick De­waere est fa­bu­leux en ven­deur iti­né­rant mi­nable qui tire pro­fit de sa ren­contre avec une ado­les­cente (la re­gret­tée Ma­rie Trin­ti­gnant), pous­sée à la pros­ti­tu­tion par sa grand-mère. L’adap­ta­tion du ro­man po­li­cier de l’Amé­ri­cain Jim Thomp­son par Cor­neau et l’écri­vain ico­no­claste Georges Pé­rec donne lieu à des perles d’hu­mour noir et ab­surde. Il en ré­sulte un film lu­dique à la fois im­pres­sion­nant par la qua­li­té de sa mise en scène et ef­frayant par la du­re­té de l’ac­tion ra­con­tée.

NOC­TURNE IN­DIEN (1989)

Chan­ge­ment ra­di­cal de re­gistre pour Cor­neau qui signe une oeuvre mé­di­ta­tive, fas­ci­nante, ad­mi­ra­ble­ment fil­mée, sur le voyage in­té­rieur d’un homme par­ti en Inde à la re­cherche d’un ami dont il est sans nou­velles. Jean-Hugues An­glade campe in­tel­li­gem­ment le pro­ta­go­niste avec une neu­tra­li­té dé­li­bé­rée qui donne prise à di­verses in­ter­pré­ta­tions.

TOUS LES MA­TINS DU MONDE (1992)

Gros suc­cès cri­tique et pu­blic pour le réa­li­sa­teur avec ce film d’époque somp-

tueux et en­voû­tant sur la re­la­tion ten­due entre le vir­tuose de la viole de gambe Sainte-Co­lombe (su­blime JeanPierre Ma­rielle) et son am­bi­tieux élève Ma­rin Ma­rais (joué avec sen­si­bi­li­té par les De­par­dieu père et fils), le­quel tourne un peu trop au­tour de sa fille Ma­de­leine. Sur un mode aus­tère, en adé­qua­tion avec le su­jet, le film est en outre re­haus­sé par la ma­gni­fique mu­sique des deux gam­bistes.

LE COU­SIN (1997)

À la suite du sui­cide de son par­te­naire, un po­li­cier (so­lide Alain Cha­bat) prend sous sa pro­tec­tion l’in­di­ca­teur, ou le « cou­sin » de ce­lui-ci, un in­di­vi­du fan­tasque et peu fiable. Re­tour au po­lar pro­bant pour Alain Cor­neau avec ce drame de mi­lieu bien do­cu­men­té co­écrit par Mi­chel Alexandre. Dans le rôle-titre, Pa­trick Tim­sit offre une pres­ta­tion éner­gique et haute en cou­leur.

LES MOTS BLEUS (2005)

En peu de mots, mais avec des si­lences évo­ca­teurs, Cor­neau ra­conte ici l’histoire tou­chante d’une jeune femme vo­lon­tai­re­ment illet­trée qui ins­crit sa fillette mu­tique à une école pour sourds-muets di­ri­gée par un en­sei­gnant, lui aus­si meur­tri par la vie. Quelques ex­cès mé­lo­dra­ma­tiques, at­tri­buables à la su­ru­ti­li­sa­tion de la chan­son-titre et de la par­ti­tion mu­si­cale de Christophe, at­té­nuent un peu le plai­sir res­sen­ti par le spec­ta­teur de­vant ce film tra­ver­sé de char­mantes touches poé­tiques, et in­ter­pré­té de fa­çon sen­ti par Syl­vie Tes­tud, le tou­jours juste Ser­gi Lo­pez et la pe­tite Ca­mille Gau­thier, dont le re­gard éton­nam­ment ma­ture ex­prime des émo­tions sou­vent com­plexes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.