LE BON­HEUR DE PIERRE RI­CHARD

MONTRÉAL | Ima­gi­nez la scène. Au bout du fil, Pierre Ri­chard, qui est dans un ma­ga­sin, à Pa­ris. Tout à coup, aver­tis­se­ment du pro­prié­taire, car tout en me fai­sant la conver­sa­tion, il se pro­mène de­vant la porte, et une son­nette se fait en­tendre à rendre fo

Le Journal de Quebec - Weekend - - LA UNE - Mi­chelle Cou­dé-Lord MCLORD@JOURNALMTL.COM

À 76 ans, l’homme res­pire le bon­heur et la joie de vivre.

La scène le comble lit­té­ra­le­ment, et il a tour­né, il y a peu de temps, le film Si on vi­vait en­semble, avec Jane Fon­da « qui a en­core un corps d’en­fer », dit-il. Il ajoute : « elle est splen­dide ». Au ci­né­ma, il dé­plore le fait qu’on lui de­mande trop sou­vent de jouer les pé­pères fa­ti­gués…

« Moi, j’ai tel­le­ment en­core d’éner­gie que le réa­li­sa­teur doit constam­ment me dire sur le pla­teau… ‘‘Bien non, marche len­te­ment, t’es fa­ti­gué…’’ »

Ain­si, pas be­soin de vous dire que le Grand Blond se paie la traite sur scène.

« Ce spec­tacle me ra­mène à mes dé­buts, car je joue, je m’ex­prime cor­po­rel­le­ment en ra­con­tant mes aven­tures et mes mésa­ven­tures, qui sont sou­vent en­core plus in­té­res­santes. Au fait, je crois sin­cè­re­ment que je com­mu­nique mon ap­pé­tit de vivre », avoue l’unique Pierre Ri­chard.

Ain­si, dans Fran­chise pos­tale, il lit et ré­pond à cinq lettres. Au fait, ces mots ne sont qu’un pré­texte pour que l’ac­teur se mette à jouer de­vant nous.

« Les su­jets sont va­riés ; on parle des an­ni­ver­saires, de po­li­tique, des dis­traits, des dé­pres­sifs, des in­dis­pen­sables voyants, des as­tro­logues, de cé­lé­bri­té, de l’âge, de soi­rées mon­daines, de ma rage de dents et, même, de l’écharpe de Charles Az­na­vour ; des anec­dotes qui ont meu­blé ma vie, au fond. On rit, on s’émeut et on ra­conte la vie. J’adore être là, sur scène, et jouer. Je suis heu­reux et, en plus, j’ai mes deux fils mu­si­ciens qui se par­tagent des mo­ments avec moi. Quoi de- man­der de plus ? », ques­tionne l’homme qui ne vieillit pas.

Pour Pierre Ri­chard, le rire est « un mer­veilleux mo­ment de par­tage. Il peut être cor­ro­sif, tendre, mais ja­mais vul­gaire. Et si je le dis, c’est parce que je trouve ça drôle ; sans ce­la, ce n’est plus vrai », pré­cise-t-il.

LE BON­HEUR DE PIERRE

Pierre Ri­chard adore le Qué­bec et… Sa neige et sa froi­dure hi­ver­nale. « J’ai un pe­tit en­droit à moi, dans l’Ou­taouais, et j’ai ado­ré tour­ner à Chi­cou­ti­mi, sur la glace Le bon­heur de Pierre. » Lors­qu’on lui rap­pelle que le film a été mal re­çu, il ré­torque « pas trop mal, tout de même ; ce n’était pas une Palme d’or à Cannes, mais c’était une histoire char­mante ; sauf qu’un cri­tique s’est achar­né à un tel point que je me suis de­man­dé si le pro­duc­teur n’avait pas cou­ché avec sa femme… Je n’avais ja­mais vu un tel achar­ne­ment. En­fin, je n’ai pas trop com­pris, mais c’est aus­si ça, la vie ».

EM­BRAS­SER LA VIE

Il pré­sen­te­ra pour la pre­mière fois son spec­tacle Fran­chise pos­tale à New York, en fran­çais. « Le rire n’a pas de fron­tière », rap­pelle sa­ge­ment Pierre Ri­chard. Il avait sé­duit, avec Dé­tour­ne­ment de mé­moire, il y a quelques an­nées ; Pierre Ri­chard risque de ré­ci­di­ver avec Fran­chise pos­tale, un spec­tacle qu’il vient de pré­sen­ter en Rus­sie, « car là­bas, les gens m’adorent », lance-t-il. Il nous ar­ri­ve­ra donc avec sa poche de cour­rier rem­plie de bon­heur de vivre sur la scène du Théâtre Ca­pi­tole de Qué­bec, le 27 avril, à 20 h 30, ain­si qu’au Théâtre Mai­son­neuve de la Place des Arts, les 28 et 29 avril, à 20 h, à Montréal. Quant à l’âge, di­sons que le Grand Blond, en­core bien en san­té, pré­fère en rire.

PHO­TO COURTOISIE

Pierre Ri­chard pro­met d’être drôle, émou­vant, rieur, joueur, dans Fran

chise pos­tale, qu’il vient pré­sen­ter le 27 avril, à 20 h 30, au Théâtre Ca­pi­tole de Qué­bec, ain­si que les 28 et 29 avril, à 20 h, à la Place des Arts

de Montréal. L’ac­teur est pro­fon­dé­ment amou­reux de… la vie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.