JU­LIE VOUS IN­VITE AUX AU­DI­TIONS

MONTRÉAL | Ju­lie Sny­der, avec son équipe des Pro­duc­tions J, em­brasse cette cin­quième édi­tion des au­di­tions de Star Aca­dé­mie, qui dé­bu­te­ra le 10 mai, à Montréal, avec l’ex­ci­ta­tion du dé­bu­tant, mais aus­si en étant très consciente que le suc­cès amène d’énor

Le Journal de Quebec - Weekend - - LA UNE - Mi­chelle Cou­dé-Lord MCLORD@JOURNALMTL.COM

« Au fait, je crois que notre com­pé­ti­tion, c’est main­te­nant nous-mêmes. Nous sommes ha­bi­tués à nous dé­pas­ser et nous avons entre les mains l’émis­sion la plus écou­tée de la der­nière dé­cen­nie, tous les ré­seaux confon­dus, donc il nous fau­dra être en­core plus ori­gi­naux et dy­na­miques. C’est très mo­ti­vant », ex­pri­mait cette se­maine au Jour­nal l’au­da­cieuse pro­duc­trice.

Star Aca­dé­mie, c’est d’abord « un trem­plin pour la re­lève », rap­pelle Ju­lie Sny­der.

« Nous avons ac­tuel­le­ment une tren­taine d’ar­tistes qui font des car­rières après avoir pas­sé à Star Aca­dé­mie. Ma­rie Mai, qui a fait le Centre Bell cinq fois, ça mo­tive cer­tai­ne­ment bien des jeunes. »

UN TREM­PLIN

Pour ex­pli­quer le suc­cès de Star Aca­dé­mie, qui se­ra pré­sen­té à l’hi­ver 2012, après des mois d’au­di­tions, Ju­lie Sny­der se rap­pelle alors ce que lui avait dit Claude Lé­veillé.

« En 2003, il avait re­fu­sé de ve­nir, vou­lant voir ce que tout ce­la al­lait don­ner. Puis, il a dit oui l’an­née sui­vante en me di­sant “je sais main­te­nant que Star Aca­dé­mie va di­rec­te­ment dans le coeur des gens.” C’est ce qu’il faut re­te­nir de cette émis­sion et son suc­cès. Tout comme lorsque la pro­duc­trice De­nise Ro­bert me dit que sa fille a com­men­cé à écou­ter et dé­cou­vrir la mu­sique des grands com­po­si­teurs d’ici grâce à Star Aca­dé­mie. Cette émis­sion est, oui, un trem­plin pour la re­lève, mais c’est aus­si une grande fête de la mu­sique. »

La pro­duc­trice Ju­lie Sny­der se sou­vient en­core des ré­ti­cences d’un mi­lieu cultu­rel qué­bé­cois qui re­gar­dait de haut Star Aca­dé­mie. Au­jourd’hui, c’est une tout autre histoire. On a qu’à se rap­pe­ler les suc­cès de Maxime Lan­dry, Sté­pha­nie La­pointe, Ma­rie Mai, William Des­lau­riers, Bri­gitte Bois­jo­li. Or, Ju­lie Sny­der évoque le mot té­lé­réa­li­té, qui fai­sait peur au dé­but.

« Au­jourd’hui, les gens se sont ha­bi­tués et l’ont adop­té, car di­sons que Ra­dioCa­na­da fait plus té­lé­réa­li­té main­te­nant que TVA. Et les gens ont vu que cette émis­sion était un sti­mu­lant pour l’in­dus­trie cultu­relle. Il n’y a pas une émis­sion qui fait vendre au­tant de billets à tous les pro­duc­teurs de spec­tacles, qui rem­plit les salles et fait vendre des disques. C’est une force in­croyable. »

Elle avoue que, sou­vent, la pro­duc­tion a eu plus de mi­sère à boo­ker des ar­tistes d’ici que des La­dy Ga­ga et Bryan Adams.

« Au­jourd’hui, c’est dif­fé­rent. Les preuves sont faites. »

Lors­qu’on lui de­mande si Re­né An­gé­lil se­ra de la pro­chaine pro­duc­tion, elle dit qu’elle ne lui en a pas en­core par­lé.

« Nous pre­nons la route du Qué­bec et du Nou­veau-Bruns­wick à la re­cherche des ta­lents. J’in­vite les par­ti­ci­pants de 18-30 ans à être eux-mêmes. On re­cherche des per­son­na­li­tés, des voix, du hi­phop, du rock, du clas­sique… Tous les genres, tous les styles. »

À no­ter que les gens pour­ront suivre les au­di­tions en di­rect sur le site de Star Aca­dé­mie.

CONSEILS DE STÉ­PHANE LA­PORTE… L’ÉCLAI­REUR

C’est Sté­phane La­porte et Es­ther Te­man qui se­ront les juges pour ces au­di­tions. Ce sont des ha­bi­tués et c’est à eux à qui on doit tous les aca­dé­mi­ciens qui font car­rière au­jourd’hui. En en­tre­vue, Sté­phane La­porte rap­pelle un fait im­por­tant: « Il n’y a pas de se­cret dans ce mé­tier. Il faut, oui, le ta­lent, mais aus­si la vo­lon­té. La com­bi­nai­son des deux est es­sen­tielle. Au cours des der­nières an­nées, j’ai eu la chance de suivre la car­rière de Cé­line Dion, et je vous as­sure que, oui, c’est un ta­lent d’ex­cep­tion, mais cette femme est ha­bi­tée par une énorme vo­lon­té. C’est la re­cette de son suc­cès. Donc, je dis à ceux qui vien­dront d’être gui­dés par cet élan vo­lon­taire et dé­ter­mi­né. C’est aus­si im­por­tant que leur voix. » Autre con­seil de Sté­phane La­porte, ex­ci­té d’en­tre­prendre une nou­velle aven­ture de Star Aca­dé­mie: il in­vite ceux qui se pré­sen- te­ront aux au­di­tions de pré­sen­ter une chan­son qui leur va, de ne pas es­sayer de chan­ger de style.

« Ce n’est pas le temps d’in­ven­ter une chan­son. Je me sou­viens d’Émi­lie Bé­gin qui nous avait pré­sen­té Le plus fort, c’est mon père, puis on lui avait de­man­dé si elle pou­vait nous faire une autre chan­son dans un autre style. Elle avait alors in­ter­pré­té Ce soir on danse à Na­zy­land. C’était elle. C’est pour­quoi je conseille aux par­ti­ci­pants de tou­jours ar­ri­ver avec deux chan­sons », conclut ce­lui qui dit ai­mer beau­coup ce rôle d’éclai­reur qui lui per­met de tou­cher et dé­cou­vrir l’im­mense ta­lent de chez nous. √ Pour les dates des au­di­tions, vous pou­vez al­ler sur le site de Star Aca­dé­mie. Le pre­mier ren­dez-vous est du 10 au 14 mai, à Montréal, à TVA, au 1425, rue Alexandre-de-Sève ; les 17 et 18 mai, à Chi­cou­ti­mi, à l’Hô­tel Chi­cou­ti­mi ; à Qué­bec, du 1er au 4 juin, au centre com­mer­cial Lau­rier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.