Les pe­tits plai­sirs de la vie

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS -

Vous vous sou­ve­nez, il y a 15 ans, quand l’au­teur fran­çais Phi­lippe De­lerm avait sor­ti La pre­mière gor­gée de bière et autres plai­sirs mi­nus­cules? Ça s’était ven­du comme des pe­tits pains chauds et on avait été des mil­liers à ado­rer son livre rem­pli de fines ob­ser­va­tions sur les pe­tits bon­heurs de la vie quo­ti­dienne. De­lerm a au­jourd’hui 60 ans, il est main­te­nant grand-père, il aime tou­jours au­tant les choses simples et il vient d’écrire un bou­quin ab­so­lu­ment char­mant qui s’in­ti­tule Le trot­toir au so­leil (éd. Gallimard).

De­lerm est un gour­mand et il nous ra­conte dans de courts cha­pitres (presque des chro­niques) le plai­sir qu’il éprouve à dé­gus­ter une poi­gnée de ce­rises noires à Bu­ra­no, à ob­ser­ver un li­las en fleurs près d’un quai de gare, à voir la lu­mière qui s’al­lume dans les yeux de son pe­tit-fils avec qui il va pas­ser la jour­née, ou à as­sis­ter à une séance de ci­né­ma en plein air à Ve­nise, où on pré­sente Huit et

de­mi, de Fel­li­ni, avec Mar­cel­lo Mas­troian­ni.

Mais De­lerm est aus­si un fin ob­ser­va­teur des choses hu­maines et il nous dé­crit avec beau­coup de jus­tesse la très jo­lie fille qui veut qu’on la voie, mais qui « n’a pas le droit de voir qu’on la voit »; le ma­riage en­nuyant où tout le monde se sent obli­gé de faire sem­blant de s’amu­ser et dont on se dit, quand on passe de­vant, qu’on est vrai­ment chan­ceux de ne pas y être in­vi­té; la vente de ga­rage où deux jeunes filles vendent un por­trait de leur grand­père qui a l’air fâ­ché de se re­trou­ver entre un car­ton de vieux VHS et une boîte de Lego.

Dans son pre­mier livre, Phi­lippe De­lerm nous avait mon­tré com­ment nous émer­veiller de­vant des choses toutes simples comme la pre­mière gor­gée de bière par un soir d’été qui a bien meilleur goût que toutes les gor­gées qui suivent. Dans ce livre-ci, il nous parle du plai­sir de tra­ver­ser la rue pour al­ler sur le trot­toir qui est du cô­té du so­leil. À 60 ans, il sait qu’il est ren­du au sol­stice de sa vie : il lui faut donc pro­fi­ter au maxi­mum de tous les plai­sirs, même les plus mi­nus­cules.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.