C’est le prin­temps à Pa­ris!

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME - PHO­TOS JEAN-RI­CHARD GAU­THIER

Ça y est, c’est of­fi­ciel, de­puis le 21 mars, le prin­temps s’est ins­tal­lé dans la ca­pi­tale. Et avec lui, le so­leil qui re­vient. Il était temps !

L’hi­ver pa­ri­sien 2010-2011 fut certes moins en­nei­gé que ce­lui de Montréal, mais n’em­pêche, il fut long, hu­mide, gris et par­fois blanc. Dans la ca­pi­tale, il au­ra donc fal­lu at­tendre jus­qu’à la mi-mars pour pro­fi­ter à nou­veau des beaux jours. Es­pé­rons que ça va du­rer…

LA MÉ­TA­MOR­PHOSE

La mé­ta­mor­phose a dé­jà com­men­cé. Une es­pèce de nos­tal­gie semble ga­gner les ci­ta­dins. Les sou­rires s’af­fichent sur les vi­sages, rem­pla­çant l’hu­meur triste de la fin de l’hi­ver. Les tou­ristes, sur­pris par la hausse des tem­pé­ra­tures, semblent éga­le­ment ra­vis.

En quelques jours, les bour­geons se mul­ti­plient sur les branches, les pre­mières fleurs ap­pa­raissent, Pa­ris re­trouve sa ver­dure et ses cou­leurs. Ce­la suf­fit pour don­ner à la ca­pi­tale un nou­vel as­pect.

Même les rayons des li­brai­ries par­ti­cipent à cette mé­ta­mor­phose: les livres sur le jar­di­nage et les herbes pour balcons re­gagnent leur place d’hon­neur. Chez les fleu­ristes, on peut à nou­veau se pro­cu­rer des an­nuelles, des vi­vaces et, si son jar­din ou sa ter­rasse le per­mettent, de pe­tits ar­bustes, dont les très ap­pré­ciés for­ti­tias, qui, dès le dé­but du prin­temps, pro­duisent des fleurs jaunes en abon­dance.

L’heure n’est donc plus aux flâ­ne­ries dans les an­ciens pas­sages cou­verts ni même dans les mu­sées. En­core moins dans les centres com­mer­ciaux. Il est temps de pro­fi­ter des plai­sirs ex­té­rieurs qu’offre Pa­ris.

ES­PACES VERTS

Ce sont sans doute les en­droits qui bé­né­fi­cient le plus de l’ar­ri­vée du prin­temps. Avec un ciel qui se fait de plus en plus bleu et des tem­pé­ra­tures qui grimpent au­des­sus de 15 de­grés, les quelque 450 parcs, jar­dins et squares que compte la ca­pi­tale sont pris d’as­saut. D’au­tant plus qu’en peu de temps ils re­prennent leurs cou­leurs es­ti­vales, aban­don­nant cet as­pect mo­no­tone im­po­sé par l’hi­ver.

Sur l’heure du mi­di et les wee­kends, les grands es­paces verts, dont le jar­din du Luxem­bourg et ce­lui des Tui­le­ries, sont bon­dés. On vient y jouer, y lire un bou­quin ou tout sim­ple­ment s’y re­po­ser. Les grandes pe­louses, comme celles du Champs de Mars ou des In­va­lides, bou­dées de­puis des mois, re­con­quièrent les ama­teurs de bron­zette, de pique-nique ou les joueurs de foot qui y im­pro­visent des pe­tits matchs entre amis.

TER­RASSES

La fin de la trêve hi­ver­nale sonne éga­le­ment le re­tour des joueurs de pé­tanques dans les parcs et les jar­dins. On les re­voit, par pe­tits groupes, at­ten­tifs au pe­tit co­chon­net.

Que se­rait Pa­ris sans ses ter­rasses? D’ailleurs, plu­sieurs sont ou­vertes toute l’an­née.

Même par temps froid, cer­tains y prennent un « p’tit noir » (ca­fé), histoire de pou­voir fu­mer. Mais en cette sai­son, elles sont sou­vent bon­dées, et ce, à toute heure. Et le nou­veau maître des lieux est le « de­mi » (250 ml de bière), qui, comme chaque an­née à cette pé­riode, dé­trône le p’tit noir.

Des ter­rasses dont la grande ca­rac­té­ris­tique est leur res­sem­blance. En ef­fet, elles sont presque toutes iden­tiques, avec leurs ran­gées de chaises, toutes orien­tées vers le trot­toir et, entre elles, de pe­tites tables gué­ri­dons. On s’y as­soit, on re­garde les pas­sants tout en ap­pré­ciant l’ar­chi­tec­ture en­vi­ron­nante.

La place de la Con­tres­carpe, le quar­tier de la Butte-aux-Cailles et ce­lui du Ma­rais font par­tie des en­droits à pri­vi­lé­gier pour si­ro­ter un verre ou prendre un re­pas, bien ins­tal­lé sur une ter­rasse.

SORTIES AVEC LES EN­FANTS

Et avec le re­tour des beaux jours, l’éven­tail d’ac­ti­vi­tés à faire avec les en­fants s’agran­dit. Pour une sor­tie en fa­mille, ren­dez­vous au Jar­din des plantes. Il re­groupe no­tam­ment la Mé­na­ge­rie, qui est le plus an­cien zoo du monde. Et pour da­van­tage de sen­sa­tions, op­tez pour le Jar­din d’ac­cli­ma­ta­tion. En plus de voir des ani­maux, vous pour­rez faire des tours de ma­nège pour le plus grand bon­heur des pe­tits.

La sai­son est éga­le­ment idéale pour se ba­la­der le long des quais, vous y dé­cou­vri­rez no­tam­ment les bou­qui­nistes. Et pour­quoi ne pas vous of­frir une croi­sière sur la Seine, que ce soit à bord d’un ba­teau-mouche ou d’une na­vette Ba­to­bus.

Mais tout ce­la reste au condi­tion­nel, car qui sait quel temps il fe­ra lors de votre pas­sage? Peu­têtre de­vrez-vous vous ré­fu­gier à l’in­té­rieur!

1. Les parcs et jar­dins re­trouvent leurs cou­leurs es­ti­vales. 2. Les joueurs de pé­tanque res­sortent les boules.

3. Par beau temps, op­tez pour une croi­sière sur la Seine. 4. Le Jar­din d’ac­cli­ma­ta­tion, une bonne adresse pour une sor­tie fa­mi­liale.

1

3

2

4

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.