IN­DIA­NA JONES FAIT SON EN­TRÉE AU MU­SÉE

Le plus cé­lèbre ar­chéo­logue du monde fait son en­trée au mu­sée avec In­dia­na Jones et l’aven­ture de l’ar­chéo­lo­gie, la toute pre­mière ex­po­si­tion consa­crée au po­pu­laire hé­ros hol­ly­woo­dien. Cette ex­po­si­tion de ca­libre in­ter­na­tio­nal, en­tiè­re­ment conçue au Québe

Le Journal de Quebec - Weekend - - LA UNE - Maxime De­mers MAXIME.DE­MERS@JOURNALMTL.COM

« Sa place est dans un mu­sée », ré­pète sou­vent In­dia­na Jones à pro­pos des pré­cieuses re­liques qu’il re­trouve aux quatre coins du monde. Trente ans après la sor­tie du pre­mier film re­la­tant ses aven­tures, c’est à son tour d’être ex­po­sé au mu­sée. La boucle est donc bou­clée.

De­puis quelques an­nées, le ci­néaste et pro­duc­teur George Lu­cas (créa­teur du per­son­nage) ca­res­sait le pro­jet d’éla­bo­rer une ex­po­si­tion au­tour de son cé­lèbre « In­dy ».

Il y a un peu plus de trois ans, il a donc lan­cé un ap­pel d’offres à quelques firmes dans le monde en leur don­nant le man­dat de dé­ve­lop­per un concept d’ex­po­si­tion sur l’uni­vers de l’ar­chéo­lo­gie des­ti­née aux mar­chés eu­ro­péens et asia­tiques.

UNE ÉQUIPE MONT­RÉA­LAISE

Contre toute at­tente, c’est une firme mont­réa­laise – X3 Pro­duc­tions, qui re­groupe les boîtes Gsm­pr­jct, Spec­tra et Bleu­Blan­cRouge – qui a dé­cro­ché le contrat.

« X3 est ar­ri­vé avec le concept le plus com­plet et le plus in­té­res­sant à tous les ni­veaux », ex­plique Ky­ra Bow­ling, di­rec­trice des ex­po­si­tions chez Lu­cas­film, jointe plus tôt cette se­maine à son bu­reau en Ca­li­for­nie.

« Leur pro­jet ma­riait par­fai­te­ment le monde d’In­dia­na Jones et l’uni­vers de l’ar­chéo­lo­gie, tout en trai­tant le su­jet avec sé­rieux et ori­gi­na­li­té. »

Se­lon Jacques-An­dré Du­pont, pro­duc­teur exé­cu­tif chez X3 Pro­duc­tions, les gens de Lu­cas­film ont aus­si été ras­su­rés éga­le­ment par l’équipe d’ar­chéo­logues de re­nom re­cru­tés par la firme mont­réa­laise. Par­mi eux, Mi­chel For­tin, pro­fes­seur en ar­chéo­lo­gie à l’Uni­ver­si­té La­val, et Fre­drik Hie­bert, ar­chéo­logue pour la Na­tio­nal Geo­gra

phic So­cie­ty, qui a col­la­bo­ré à l’ex­po­si­tion en four­nis­sant des ob­jets per­son­nels.

« C’était très im­por­tant pour nous de faire une ex­po­si­tion de qua­li­té mu­séale qui al­lait com­prendre de vrais ob­jets, sou­ligne-t-il. On ne pou­vait pas faire une ex­po­si­tion sur l’ar­chéo­lo­gie en mon­trant seule­ment des ac­ces­soires et des cos­tumes de ci­né­ma. Il fal­lait al­ler plus loin. »

Se­lon lui, les ar­chéo­logues ont em­bar­qué tout de suite dans le pro­jet mal­gré le cô­té fri­vole que peut re­pré­sen­ter In­dia­na Jones à leur mé­tier.

« Tous les ar­chéo­logues s’en­tendent pour dire que les films ont ins­pi­ré beau­coup de gens à se lan­cer là-de­dans, in­dique Jacques-An­dré Du­pont.

« Fre­drik Hie­bert, qui a en­sei­gné l’ar­chéo­lo­gie dans des uni­ver­si­tés, ra­conte sou­vent que lors­qu’il de­man­dait dans ses cours qui avait eu l’idée de faire ce mé­tier après avoir vu les

In­dia­na Jones, tous les étu­diants le­vaient la main.

« Bien sûr, ce qu’on voit dans les films, c’est l’ar­chéo­lo­gie telle qu’on la pra­ti­quait à une autre époque et le mé­tier ne res­semble plus du tout à ce­la. C’est pour­quoi, dans l’ex­po­si­tion, on fait la dif­fé­rence entre les mythes et les réa­li­tés de ce mé­tier. On uti­lise en fait la no­to­rié­té d’In­dia­na Jones pour ex­pli­quer la science de l’ar­chéo­lo­gie. »

PRE­MIÈRE MON­DIALE

Très at­ten­due, l’ex­po­si­tion In­dia­na Jones et l’aven­ture de l’ar­chéo­lo­gie se­ra dé­voi­lée en pre­mière mon­diale jeu­di au Centre des sciences de Montréal ou elle res­te­ra à l’af­fiche jus­qu’en sep­tembre. L’ex­po­si­tion par­ti­ra en­suite en tour­née pour six ans, dans une dou­zaine de villes en Eu­rope et en Asie-Pa­ci­fique.

La di­rec­trice et chef de la di­rec­tion de la So­cié­té du Vieux-Port de Montréal, Claude Be­noît voit grand, avec cet évé­ne­ment de ca­libre in­ter­na­tio­nal. Le Centre des sciences, qui cé­lèbre cette an­née son 10e an­ni­ver­saire, a même ré­no­vé les salles de son rez-de-chaus­sée pour pou­voir ac­cueillir l’uni­vers d’In­dia­na Jones.

« Nous nous sommes fixé l’ob­jec­tif d’en­trer dans le grand ré­seau des block­bus­ters in­ter­na­tio­naux et cette ex­po­si­tion-évé­ne­ment s’ins­crit par­fai­te­ment dans cette dé­marche, sou­ligne Mme Be­noît.

« Nous nous sommes fixé un ob­jec­tif as­sez conser­va­teur de 200000 vi­si­teurs, ce qui re­pré­sen­te­rait notre plus gros suc­cès de­puis la contro­ver­sée ex­po­si­tion Le monde du corps qui avait at­ti­ré 370000 per­sonnes en 2007. »

L’ex­po­si­tion In­dia­na Jones

et l’aven­ture de l’ar­chéo­lo­gie est pré­sen­tée au Centre des sciences de Montréal du 28 avril au 18 sep­tembre 2011.

PHO­TO LE JOUR­NAL

Jacques-An­dré Du­pont, pro­duc­teur exé­cu­tif chez X3

Pro­duc­tions, la firme mont­réa­laise der­rière l’ex­po­si­tion In­dia­na Jones et l’aven

ture de l’ar­chéo­lo­gie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.