15 IN­CON­TOUR­NABLES DE L’ÉTÉ

« L’été com­mence ! » an­nonce la cam­pagne pré­cé­dant la sor­tie de Ra­pides et dan­ge­reux 5, et qui sommes-nous pour contre­dire Vin Die­sel ? Le nou­veau vo­let de la fran­chise Ra­pides et dan­ge­reux ar­rive en salle ven­dre­di, ça n’em­pêche pas les stu­dios de se mett

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Ke­vin William­son

1 › 6 MAI Thor QUI : Ch­ris Hem­sworth, Na­ta­lie Port­man, Tom Hidd­les­ton, An­tho­ny Hop­kins et Rene Rus­so. QUOI : L’ar­ro­gant Thor (Hem­sworth) est ban­ni du royaume d’As­gard et en­voyé sur Terre, où il doit dé­fendre les deux mondes de son si­nistre fran­gin, Lo­ki (Hidd­les­ton). POUR­QUOI : Mar­vel et Dis­ney, le nou­veau pro­prié­taire, ne peuvent comp­ter éter­nel­le­ment sur Ro­bert Dow­ney Jr. CE QUE ÇA VA DON­NER : Ça va dé­pendre si Mar­vel réus­sit ou non à convaincre le pu­blic que son Dieu du Ton­nerre est aus­si co­ol qu’Iron Man.

2 › 20 MAI Pi­rates des Ca­raïbes : La Fon­taine de Jouvence QUI : John­ny Depp, Pe­né­lope Cruz, Ian McS­hane et Geof­frey Rush. QUOI : Or­lan­do Bloom et Kei­ra Knight­ley ont quit­té le na­vire, ce qui veut dire que le ca­pi­taine Jack Spar­row de John­ny Depp a de nou­veaux ad­ver­saires et de nou­veaux al­liés : Pe­né­lope Cruz en spé­cia­liste de la com­bine res­sor­tie du pas­sé de Jack, Ian McS­hane en si­nistre Barbe Noire et Geof­frey Rush qui re­vient en Bar­bos­sa. POUR­QUOI : Le der­nier film de la fran­chise a gé­né­ré des re­ve­nus bruts de 960 mil­lions $ à tra­vers le monde. Peu im­porte le sa­laire de Depp, c’est une au­baine ! CE QUE ÇA VA DON­NER : Même s’il y a un nou­veau réa­li­sa­teur (Rob Mar­shall), ça reste une vie de pi­rate et Dis­ney a dé­jà des pro­jets de suites gra­vi­tant plus au­tour de Spar­row. En plus, c’est en 3D, ce qui veut dire des billets qui coûtent plus cher.

3 › 26 MAI Len­de­main de veille 2 QUI : Brad­ley Coo­per, Ed Helms, Zach Ga­li­fia­na­kis, Jef­frey Tam­bor, Mike Ty­son, Jus­tin Bar­tha et Ken Jeong. QUOI : La gang, Phil (Coo­per), Stu (Helms), Alan (Ga­li­fia­na­kis) et Doug (Bar­tha), se rend en Thaï­lande pour le ma­riage de Stu, mais un brunch pré­ma­riage dé­raille com­plè­te­ment. Quand la pous­sière re­tombe, ils doivent re­prendre suf­fi­sam­ment leurs

es­prits pour ar­ri­ver à re­trou­ver le fu­tur beau-frère de Stu qui a dis­pa­ru. POUR­QUOI : L’ori­gi­nal est l’une des co­mé­dies ayant gé­né­ré le plus de re­ve­nus bruts de toute l’histoire. CE QUE ÇA VA DON­NER : Il est cer­tain que le week-end d’ou­ver­ture se­ra un énorme suc­cès, mais est-ce que l’élé­ment de sur­prise se­ra à la hau­teur du pre­mier ? Et puis, il semble y avoir des nuages à l’ho­ri­zon. Au dé­but, Mel Gib­son de­vait ap­pa­raître dans la peau d’un ta­toueur, puis on l’a rem­pla­cé par Liam Nee­son. Main­te­nant, on a cou­pé Nee­son. A-t-on le temps de tour­ner (en­core) avec Char­lie Sheen ?

4 › 27 MAI Kung Fu Panda 2 QUI : Jack Black, Ga­ry Old­man, Dus­tin Hoff­man, An­ge­li­na Jo­lie et Seth Ro­gen. QUOI : Po le Panda (Black) a maî­tri­sé le Kung Fu, mais main­te­nant il doit le dé­fendre contre un autre ter­rible en­ne­mi (Old­man). POUR­QUOI : L’ori­gi­nal a gé­né­ré des re­cettes brutes de 630 mil­lions $ dans le monde, en plus de ré­chap­per la car­rière de Black (en­fin, presque…). CE QUE ÇA VA DON­NER : Dé­fi­ni­ti­ve­ment mieux que Les voyages de Gul­li­ver.

5 › 3 JUIN X-Men : Pre­mière classe QUI : James McA­voy, Mi­chael Fass­ben­der, Ke­vin Ba­con et Ja­nua­ry Jones. QUOI : Les fu­turs frères en­ne­mis Charles Xa­vier (McA­voy) et Ma­gne­to (Fass­ben­der) com­battent un en­ne­mi com­mun (Ba­con) pen­dant la crise des mis­siles cu­bains. POUR­QUOI : Parce qu’un pré­am­bule ar­ri­ve­ra peu­têtre à re­don­ner un peu de son lustre à la fran­chise après le ré­sul­tat, somme toute, très or­di­naire de X-Men : L’en­ga­ge­ment ul­time et X-Men les ori­gines : Wol­ve­rine. CE QUE ÇA VA DON­NER : La seule fran­chise de su­per­hé­ros de l’été qui a dé­jà fait ses preuves. Et la po­pu­la­ri­té de la bande-an­nonce en ligne a été énorme, ce qui dé­montre qu’il y a en­core beau­coup d’in­té­rêt pour les mu­tants de Mar­vel.

6 › 11 JUIN Su­per 8 QUI : Joel Court­ney, Elle Fan­ning et Kyle Chand­ler. QUOI : E.T. ren­contre Clo­ver­field. Dans les an­nées 1970, un dé­raille­ment de train dans une pe­tite ville amé­ri­caine li­bère un mys­té­rieux conte­nu pro­ve­nant d’Area 51. Le scé­na­riste-réa­li­sa­teur J.J. Abrams ( Star Trek) veut que ce soit un hom­mage aux films clas­siques de Spiel­berg qui datent de cette époque. Ce n’est donc pas un ha­sard si ce der­nier est pro­duc­teur. Le titre fait ré­fé­rence aux ca­mé­ras su­per 8 des en­fants qu’on suit dans ce long mé­trage, eux qui les uti­lisent pour tour­ner un film mai­son. POUR­QUOI : Parce qu’Abrams et Spiel­berg font ce qu’ils veulent. CE QUE ÇA VA DON­NER : Comme Ori­gine l’a prou­vé, le pu­blic ap­pré­cie l’ori­gi­na­li­té. ›

7 22 JUIN Green Lantern QUI : Ryan Rey­nolds, Blake Li­ve­ly, Pe­ter Saars­gard et Mark Strong. QUOI : La guerre des étoiles ren­contre Su­per­man. Le pi­lote d’es­sai de l’ar­mée de l’air, Hal Jor­dan (Rey­nolds), de­vient un hé­ros in­ter­ga­lac­tique ar­mé d’une bague d’éner­gie. POUR­QUOI : Parce que War­ner Bros., qui pos­sède DC Comics, veut ca­pi­ta­li­ser sur ses per­son­nages comme Mar­vel a su le faire. CE QUE ÇA VA DON­NER : Un gros point d’in­ter­ro­ga­tion vert. Le réa­li­sa­teur Mar­tin Camp­bell a beau avoir lan­cé deux films de James Bond (Pierce Bros­nan dans L'oeil de feu : Gol­de­neye et Da­niel Craig dans Ca­si­no Roya

le), il n’a ja­mais réa­li­sé une pro­duc­tion né­ces­si­tant une aus­si forte dose d’ef­fets spé­ciaux par or­di­na­teur. La pre­mière ban­dean­nonce nous lais­sait sur notre faim, mais les plus ré­centes images semblent pro­met­teuses.

8

› 24 JUIN

Les bagnoles 2

QUI : Owen Wil­son, Lar­ry the Cable Guy, Mi­chael Caine.

QUOI : Alors qu’ils par­ti­cipent au grand prix mon­dial, Light­ning McQueen (Wil­son) et le ca­mion de re­mor­quage Ma­ter (Lar­ry the Cable Guy) sont re­cru­tés pour de­ve­nir des es­pions. POUR

QUOI : Parce que Les bagnoles de 2006 a en­gran­gé 460 mil­lions $ à tra­vers le monde. CE QUE ÇA

VA DON­NER : En tant que marque, Pixar est im­bat­table, et la suite, avec l’ac­cent mis sur l’ac­tion et l’hu­mour, de­vrait faire tout aus­si bien que l’ori­gi­nal. Mais bon, y a-t-il vrai­ment quel­qu’un qui vou­lait une suite pour Les bagnoles ?

9

› 1 er JUILLET

Trans­for­mers: Dark Of The Moon

QUI : Shia LaBeouf, Ro­sie Hun­ting­ton-Whi­te­ley, Josh Du­ha­mel, Pa­trick Demp­sey, Ty­rese Gib­son, John Mal­ko­vich et Frances Mc­Dor­mand.

QUOI : De fi­chus de grands ro­bots géants, voi­là ce que c’est !

POUR­QUOI : Trans­for­mers : la re­vanche a ra­flé plus de 800 mil­lions $ mon­dia­le­ment. CE

QUE ÇA VA DON­NER : LaBeouf et le réa­li­sa­teur Mi­chael Bay ont ad­mis que la der­nière suite était nulle. Ima­gi­nez ce qu’ils vont em­po­cher si celle-ci est sim­ple­ment po­table.

10

› 15 JUILLET

Har­ry Pot­ter et re­liques de la mort : 2e par­tie

QUI : Da­niel Rad­cliffe, Ru­pert Grint, Em­ma Wat­son, Ralph Fiennes, He­le­na Bon­ham Car-

ter et Alan Ri­ck­man.

QUOI : Le jeune ma­gi­cien com­bat Lord Vol­de­mort dans la se­conde moi­tié de l’adap­ta­tion du livre fi­nal de J.K. Row­ling. POUR­QUOI : La fran­chise Har­ry Pot­ter est la plus lu­cra­tive de tous les temps. CE QUE ÇA VA

DON­NER : Ça va faire beau­coup mieux que les cadres des stu­dios qui de­vront main­te­nant se cas­ser la tête pour voir com­ment ils vont payer les comptes sans la ma­gie de Pot­ter.

11

› 15 JUILLET

Winnie l’ourson

QUI : Jim Cum­mings, Craig Fer­gu­son, John Cleese et Bud Lu­ckey. QUOI : Un film d’ani­ma­tion tra­di­tion­nel (lire ici sans or­di­na­teur ou 3D) ba­sé sur l’ado­rable ourson. POUR­QUOI : Parce que le monde a be­soin d’un film de Dis­ney qui ne met pas en ve­dette la voix de Lar­ry the Cable Guy. CE QUE

ÇA VA DON­NER : Winnie l’ourson est ai­mé de tous, mais comme le fe­rait re­mar­quer Bour­ri­quet, les temps sont durs pour les films d’ani­ma­tion

en 2D.

12

› 29 JUILLET

Cow­boys And Aliens

QUI : Da­niel Craig, Har­ri­son Ford, Oli­via Wilde, Adam Beach et Sam Ro­ck­well. QUOI : On ne risque pas trop de se trom­per en te­nant pour ac­quis qu’il y au­ra des cow­boys et des ex­tra-ter­restres. POUR­QUOI : Parce que per­sonne n’avait pen­sé à combiner un wes­tern avec un film sur les ex­tra-ter­restres au­pa­ra­vant. CE QUE

ÇA VA DON­NER : Es­pé­rons que ce se­ra mieux que Les mys­tères de

l’ouest. La com­bi­nai­son Da­niel Craig et Har­ri­son Ford est ir­ré­sis­tible. Sans ou­blier le fait que le réa­li­sa­teur Jon Fa­vreau ( Iron Man, Za­thu­ra) sait combiner scé­na­rio et ef­fets spé­ciaux.

13

› 29 JUILLET

Cra­zy Stu­pid Love

QUI : Steve Ca­rell, Ryan Gos­ling, Ju­lianne Moore et Em­ma Stone.

QUOI : Steve Ca­rell est pris sous l’aile d’un Ryan Gos­ling éter­nel­le­ment sé­duc­teur. Mais les meilleurs plans peuvent se re­trou­ver en lam­beaux, no­tam­ment parce que Ca­rell aime tou­jours sa femme, Ju­lianne Moore, et que Gos­ling trouve chaus­sure à son pied quand Em­ma Stone ne tombe pas sous le charme ins­tan­ta­né de ses ab­dos. POUR­QUOI : Parce que, de temps à autre, les adultes vont au ci­né­ma. CE QUE ÇA VA DON­NER : Ça pour­rait être en plein le suc­cès dont Ca­rell a be­soin après la té­lé­sé­rie

The Of­fice. Il en est de même pour Gos­ling, qui s’est sur­tout concen­tré sur des pro­duc­tions in­dé­pen­dantes der­niè­re­ment. La bande-an­nonce semble à la fois tou­chante et drôle, sans tom­ber dans le si­ru­peux et le ri­di­cule.

14

› 29 JUILLET

Les Sch­troumpfs

QUI : Neil Pa­trick Har­ris, Hank Aza­ria, Ka­ty Per­ry et George Lo­pez.

QUOI : Les Sch­troumpfs se re­trouvent à New York, où ils de­viennent amis avec un hu­main in­ter­pré­té par Neil Pa­trick Har­ris. POUR­QUOI : Parce que si Al­vin et les Chimp­munks peut em­po­cher plus de 700 mil­lions $ à tra­vers le monde, il doit bien y avoir une pe­tite place pour des créa­tures bleues, hautes comme trois pommes, non ? CE QUE ÇA VA DON­NER : Je donne ma langue au Schtroumpf. Comme Yo­gi l’ours l’a dé­mon­tré, ce n’est pas parce qu’Al­vin a très bien mar­ché que n'im­porte quelle autre vieille bande des­si­née té­lé­vi­sée, re­mise au goût du jour, va faire de même.

15

› 5 AO Û T

The Rise Of The Pla­net Of The Apes

QUI : James Fran­co, Frei­da Pin­to, John Li­th­gow, Brian Cox, Tom Fel­ton et An­dy Ser­kis. QUOI : Vous êtes­vous dé­jà de­man­dé com­ment les pri­mates en sont ve­nus à me­ner le mon- de ? À cause d’ex­pé­riences pour aug­men­ter leurs ca­pa­ci­tés men­tales, me­nées par un James Fran­co, en scien­ti­fique peu scru­pu­leux. POUR­QUOI : Parce que La pla­nète des singes, mal­gré la dé­plo­rable réa­li­sa­tion de Tim Bur­ton en 2001, de­meure l’une des marques les plus vé­né­rables de l’histoire de Hol­ly­wood. Et parce que WE­TA, la boîte d’ef­fets spé­ciaux de Pe­ter Jack­son, n’a pas be­soin de ces fou­tus masques de ca­ou­tchouc. CE QUE ÇA

VA DON­NER : Une sé­quence met­tant en ve­dette Cae­sar (gé­né­ré par CGI et in­ter­pré­té par An­dy Ser­kis), le singe qui mène la ré­volte contre l’hu­ma­ni­té, est épous­tou­flante. Dis­trict 9 a prou­vé qu’il y a un pu­blic pour une science-fic­tion in­tel­li­gente et so­cia­le­ment pro­vo­cante.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.