SA­VOIR DU­QUER

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME - Ro­bert La­tu­lippe Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Lorsque vous jouez un contrat à sans-atout, il faut, à l’oc­ca­sion, sa­voir du­quer l’en­tame afin de rompre les com­mu­ni­ca­tions ad­verses. Dans ce cas, beau­coup de brid­geurs mettent en pra­tique la règle de 7. En re­vanche, il faut com­prendre que l’ap­pli­ca­tion de cette règle ne se fait pas de fa­çon aus­si sys­té­ma­tique que celle de la règle de 11. Ob­ser­vez à ce su­jet la main sui­vante.

D’en­trée de jeu, le dé­cla­rant dé­cide de ga­gner im­mé­dia­te­ment l’en­tame du 4 de pique prise par la dame d’Est. Il veut se ma­jo­rer ra­pi­de­ment une autre le­vée à pique. Mal­heu­reu­se­ment pour lui, il ne pour­ra réa­li­ser son contrat puisqu’il per­dra alors 3 piques et 2 trèfles. En ef­fet, quand Sud joue un trèfle à la deuxième le­vée, Est gagne du roi et re­tourne un pique pour le roi d’Ouest. Lorsque ce der­nier en­chaîne avec le 9 de pique, le dé­cla­rant ne peut plus réa­li­ser son contrat car Ouest pos­sède en­core l’as de trèfle et 2 piques maîtres.

Re­ve­nons à la pre­mière le­vée. Ouest en­tame pique. Le dé­cla­rant compte 6 cartes dans cette cou­leur (4 au mort et 2 dans sa main). Comme 7 – 6 égale 1, il a in­té­rêt à lais­ser pas­ser un tour. Sup­po­sons donc que Sud duque l’en­tame. Est peut bien re­ve­nir pique, mais lors­qu’il pren­dra à nou­veau la main, il ne pour­ra re­tour­ner la cou­leur. À ce mo­ment, le dé­cla­rant a tout le loi­sir d’en­cais­ser ses 9 le­vées puisqu’il ne perd que 2 piques et 2 trèfles.

C’est ça l’im­por­tance de sa­voir du­quer au mo­ment op­por­tun. D’en­trée de jeu, le dé­cla­rant doit com­prendre qu’il doit ab­so­lu­ment pas­ser par les trèfles pour réa­li­ser son contrat. Dès lors, il doit aus­si com­prendre qu’il doit uti­li­ser la règle de 7 pour rompre les com­mu­ni­ca­tions ad­verses.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.