IL TIRE SA RÉ­VÉ­RENCE AVEC… UNE SOI­RÉE DE PRE­MIÈRE

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Agnès Gau­det

Mi­chel Bar­rette ter­mine en beau­té une sé­rie de 150 re­pré­sen­ta­tions de son spec­tacle Drôle de jour­née, avec une… pre­mière mé­dia­tique. Un par­cours aus­si in­usi­té qu’étrange. Tout ça, à cause d’un vol en F-18.

C’est vrai qu’il n’a ja­mais fait les choses comme tout le monde. Mais, cette fois-ci, Mi­chel Bar­rette se sur­passe. Au lieu de ter­mi­ner la tour­née de Drôle de jour­née par un dis­cret au re­voir, il in­vite tout le gra­tin à un soir de pre­mière.

« C’est le fun, dit-il, je ne peux pas être ner­veux. Le show est en fin de vie et ro­dé au quart de tour. Je n’ai pas d’in­quié­tude. »

L’hu­mo­riste a une bonne rai­son de faire une pre­mière en fin de tour­née. C’est que ce spec­tacle est ve­nu au monde de ma­nière telle- ment im­pro­vi­sée, que l’hu­mo­riste n’a ja­mais eu la chance de le lan­cer of­fi­ciel­le­ment.

Sans cri­tiques des mé­dias, sans com­men­taires au­cuns, ça ne l’a pas em­pê­ché d’être pré­sen­té 150 fois à tra­vers le Qué­bec. Le pu­blic a sui­vi. Un mys­tère. « Ça fait 28 ans que je fais des shows. Les gens com­mencent à sa­voir à quoi s’at­tendre », élu­cide Mi­chel.

À PLEINE VI­TESSE

Drôle de jour­née est né par ha­sard. Mi­chel rou­lait tran­quille­ment son an­cien spec­tacle, quand un ma­laise de san­té à tout fait bas­cu­ler. Ma­niaque d’avia­tion et co­lo­nel ho­no­raire des Forces ar­mées ca­na­diennes (vous avez bien lu !), Mi­chel, un an­cien mi­li­taire, avait été in­vi­té à faire un pre­mier vol acro­ba­tique en F-18 à Ba­got­ville. Une ini­tia­tion qui s’avé­ra pas­sion­nante.

Fort de cette ex­pé­rience, Mi­chel ac­cep­ta un peu plus tard de re­faire l’ex­pé­rience lors d’un spec­tacle aé­rien pro­mo­tion­nel des Blue An­gels amé­ri­cains, à Qué­bec.

À ce mo­ment, pour ajou­ter du pi­quant, le pi­lote sug­gé­ra à Mi­chel de faire une sé­rie de vi­rages à haut G très ser­rés.

« Nor­ma­le­ment tu en fais deux ou trois et tu es ma­lade. Si tu en fais trois ou quatre, tu perds connais­sance, ra­conte Mi­chel en riant. Là, on m’a sug­gé­ré d’en faire sans oxy­gène, ni veste an­ti-G. Et, moi, le cave, j’ai dit oui. Non seule­ment j’ai dit oui, mais en plein vol, alors que le pi­lote était cer­tain que j’al­lais perdre connais­sance, je lui ai en­voyé la main ! Là, il m’a payé la traite. L’hu­mo­riste vou­lut an­non­cer lui-même l’an­nu­la­tion aux spec­ta­teurs dans la salle. L’ex­pli­ca­tion, qui de­vait du­rer cinq mi­nutes, du­ra deux heures. Il avait of­fert un spec­tacle sans s’en rendre compte.

« Drôle de jour­née est né de ce ra­do­tage-là, de cette im­pro-là, pré­cise Mi­chel. Et puis j’ai conti­nué de le faire jus­qu’à main­te­nant.». √ Drôle de jour­née se­ra pré­sen­té pour la der­nière fois au Gé­su, à Montréal, le 27 oc­tobre.

PHO­TO LES ARCHIVES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.