Un dé­lin­quant au bal des fi­nis­sants

Quand on est un ac­teur suf­fi­sam­ment sombre et trou­blant pour être choi­si par Tim Bur­ton, il se peut fort bien qu’on soit sur­qua­li­fié pour in­car­ner le mau­vais gar­çon d’un film pour ado­les­cents des stu­dios Dis­ney!

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Jim Slo­tek

Vi­si­ble­ment choi­si pour son phy­sique, Tho­mas McDo­nell a une voix de basse et il n’était pas des plus ba­vards avec l’Agence QMI lors de sa conver­sa­tion té­lé­pho­nique à par­tir de Los An­geles, en­droit où il ne se sent pas né­ces­sai­re­ment très bien. Il s’est un peu dé­ten­du au fil de l’en­tre­vue qui s’est ter­mi­née par les mots : « Tout ce ma­chin Hol­ly­wood, c’est de la m**** », ré­flexion qui a pous­sé la per­sonne char­gée des re­la­tions pu­bliques à in­ter­rompre la dis­cus­sion su­bi­to pres­to !

En fait, McDo­nell ne fai­sait que ci­ter ce que son frère, l’au­teur Nick McDo- nell, lui avait don­né comme con­seil. Mais, quoi qu’il en soit, ce type de lan­gage ne sem­blait pas ap­pro­prié dans le cadre d’une en­tre­vue Dis­ney, même quand il s’agit de l’ac­teur qui tient le rôle du re­belle de ser­vice.

Dans Le grand soir, McDo­nell prête ses traits à Jesse, un dé­lin­quant mo­to­cy­cliste qui, au lieu de re­te­nues, se voit obli­gé d’ai­der No­va (Ai­mee Tee­gar­den) à or­ga­ni­ser le bal de fi­nis­sants. No­va est, de plus, la pré­si­dente de la classe et prend la soi­rée très au sé­rieux. Évi­dem­ment, les deux jeunes vont tom­ber amou­reux, style Ro­méo et Ju­liette, dans la me­sure où le père de la jeune fille s’op­pose vio­lem­ment au fait qu’el- le sorte avec un gar­çon qui vaut moins qu’elle.

Pas fa­cile pour Tho­mas McDo­nell de sai­sir l’es­sence de ce « per­son­nage mésa­dap­té clas­sique ». Et quand on lui a men­tion­né qu’il joue un ado alors qu’il a 24 ans, il a ré­pon­du : « Je peux sim­ple­ment par­ler de mon ex­pé­rience sur le pla­teau du film. Nous étions une équipe d’en­vi­ron 15 ac­teurs et étions tous mé­lan­gés, le plus jeune d’entre nous avait 13 ans et in­car­nait un ado de… 13 ans. »

« De très jeunes ado­les­cents in­car­naient les élèves, tan­dis que les rôles des fi­nis­sants étaient te­nus par des jeunes et des vieux. L’ac­teur le plus âgé avait 29 ans et nous étions tous en­semble, un mé­lange d’âges et d’ex­pé­riences de jeu. »

Est-ce que, loin des ca­mé­ras, les co­mé­diens se re­grou­paient spon­ta­né­ment par âge ? « On ap­pré­cie qui on ap­pré­cie », a-t-il dit.

TIM BUR­TON

Après Le grand soir, McDo­nell se di­ri­ge­ra vers le pla­teau de Dark Sha­dows de Tim Bur­ton, qui l’a choi­si pour in­car­ner John­ny Depp jeune. Le film est une adap­ta­tion dé­jan­tée du soap des an­nées 1960 sur le vam­pire Bar­na­bas Col­lins et sa fa­mille.

« Le tour­nage a dé­jà com­men­cé. Je vais être sur le pla­teau à la toute fin, donc ce­la veut dire que je se­rai de­vant la ca­mé­ra à la fin de l’été. » Une pé­riode oc­cu­pée pour le jeune homme. « C’est quand même co­ol. Le type que j’in­carne n’est pas en­core un vam­pire. Il se fait mordre par une chauve-sou­ris et est en­fer­mé pen­dant quelques cen­taines d’an­nées, etc., etc. »

« J’ai été em­bau­ché parce que je suis cen­sé res­sem­bler à John­ny Depp. »

McDo­nell dé­crit son par­cours pro­fes­sion­nel et son cas­ting dans Le grand soir comme « bi­zarre et en­core plus

bi­zarre ». Il a dé­bu­té sa car­rière dans la pièce Rhi­no­cé­ros de Io­nes­co avant de pas­ser une au­di­tion et d’être choi­si pour Le

royaume in­ter­dit, film de 2008 avec Jet Li et Ja­ckie Chan.

« J’ai vé­cu en Chine pour ce film et, quand je suis re­ve­nu à New York, j’ai eu un rôle dans une sé­rie té­lé­vi­sée ( La loi et l’or

dre : In­ten­tions cri­mi­nelles) et en­suite, j’ai tra­vaillé sur une adap­ta­tion d’un ro­man de mon frère ( Twelve de Joel Schu­ma­cher). Joel est vrai­ment un mec in­té­res­sant et très très co­ol, mais aus­si étrange que faire se peut. »

Sans plan de car­rière pré­cis, McDo­nell a pré­vu de re­tour­ner à New York cette se­maine, no­tam­ment pour pas­ser du temps dans un stu­dio à en­re­gis­trer des chan­sons avec son groupe Moon (mé­lange de rock et de pop dont les pièces sont ven­dues sur iTunes).

UN PRE­MIER RÔLE ?

Et, en pa­ral­lèle (il garde les doigts croi- sés), il pour­rait bien ob­te­nir son pre­mier rôle prin­ci­pal cette an­née dans une pro­duc­tion in­dé­pen­dante ap­pe­lée The Spec­ta­cu­lar

Now, réa­li­sée par Lee To­land Krie­ger. Eh oui ! Il y tient en­core le rôle d’un élève du se­con­daire !

« C’est l’histoire d’un jeune qui passe son temps à boire et qui vit dans l’ins­tant pré­sent, d’où le titre de The Spec­ta­cu­lar Now » [NDLR : ex­pres­sion qu’on peut tra­duire par « le main­te­nant spec­ta­cu­laire »]. Le film contient des ac­cents de Fer­ris Buel­ler à cause du per­son­nage char­meur et de tous ses co­pains. À la fin du se­con­daire, il se ré­veille un ma­tin et réa­lise qu’il est seul. Vrai­ment seul. En fait, le film est drôle. »

« C’est dif­fi­cile pour moi de dire qui j’ai­me­raiS imi­ter », a-t-il in­di­qué en guise de conclu­sion. « J’es­saye sim­ple­ment de res­ter alerte et de faire des choses in­té­res­santes. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.