SOU­VE­NIRS D’EN­FANCE

Gé­né­ra­tion Passe-par­tout ayant rem­por­té un vif suc­cès en 2009, un vo­lume 2 voit le jour mar­di et, foi de Passe-car­reau, la qua­li­té est en­core au ren­dez-vous.

Le Journal de Quebec - Weekend - - FULL CULTURE - Cé­dric Bé­lan­ger CE­DRIC.BE­LAN­GER@JOUR­NAL­DE­QUE­BEC.COM

L’idée de­meu­rait la même. De­man­der à des ar­tistes de re­prendre à leur fa­çon des chan­sons de la po­pu­laire sé­rie pour en­fant.

Sous la di­rec­tion d’alain Le­blanc, Bri­gitte Bois­jo­li, Maxime Lan­dry, France D’amour, Nad­ja, Mar­tin Des­champs et de nom­breux autres ont don­né une nou­velle sa­veur à ces ri­tour­nelles fre­don­nées par des cen­taines de mil­liers d’en­fants de­puis plus de 30 ans.

« J’ai été émue. Je trouve que les ar­tistes ont fait quelque chose de très ori­gi­nal. Les ar­ran­ge­ments, la mu­sique, c’est vrai­ment un pe­tit bi­jou. Le casse-tête, de Nad­ja, a un pe­tit cô­té Noël qui est cute. Toc toc toc, de Bri­gitte Bois­jo­li, ça me fait rire parce que j’ai l’im­pres­sion que les en­fants vont la chan­ter et dire que le père Noël s’en vient », confie Claire « Passe-car­reau » Pim­pa­ré, qui avoue avoir pré­fé­ré la se­conde mou­ture de Gé­né­ra­tion Passe-par­tout.

« J’ai ai­mé le pre­mier, mais le deuxième est ve­nu me cher­cher en­core plus sans que je sache pour­quoi. Les pro­duc­teurs m’ont de­man­dé mon com­men­taire et je leur ai écrit : “Bra­vo, la gang, vous avez fait un pe­tit chef-d’oeuvre.” Ar­ran­ge­ments ex­cep­tion­nels, les ar­tistes chantent avec leur coeur et toutes les émo­tions sont au ren­dez-vous. Je suis émue, c’est un ca­deau de Noël d’une ten­dresse in­fi­nie. »

Si les pièces de Passe-par­tout ont en­core la ca­pa­ci­té d’émou­voir en 2011, c’est qu’elles ont une « bonne base », croit Passe-car­reau.

« Ces chan­sons sont im­mor­telles. Pierre F. Brault est as­sez ma­gi­cien dans les com­po­si­tions parce que tu les re­tiens. Peu im­porte la cou­leur que tu lui donnes, comme dans Passe-par­tout, la base est là. Cette base est tel­le­ment so­lide qu’elle per­met à tous ces ar­tistes de conti­nuer de créer quelque chose d’ori­gi­nal avec la même chan­son. C’est ce qui res­sort de ce disque. »

MARQUES D’AF­FEC­TION TOUS LES JOURS

L’his­toire d’amour entre Passe-par­tout et le pu­blic est donc loin de s’es­tom­per. Au té­lé­phone, Claire Pim­pa­ré ra­conte qu’il ne se passe pas une jour­née sans qu’un en­fant ou un adulte ne l’ac­coste pour la re­mer­cier ou la prendre dans ses bras. Tous sont émus, par­fois aux larmes, de ren­con­trer celle qui meuble une grande par­tie de leurs sou­ve­nirs d’en­fance. Loin de l’im­por­tu­ner, Claire Pim­pa­ré adore ces marques d’af­fec­tion. À ses yeux, Passe-car­reau est un « ca­deau in­croyable que la vie m’a don­né ».

Comment ex­pli­quer cet at­ta­che­ment? L’au­then­ti­ci­té, af­firme la co­mé­dienne.

« En­fant, on peut se rap­pe­ler d’un bon en­sei­gnant qui nous a mar­qué. Nous, on fait par­tie pour ces gens d’un mo­ment pur de bon­heur qu’ils ont vé­cu. Ça dé­passe les per­son­nages de l’émis­sion, c’est plus fort que ça. »

PHO­TOS LES AR­CHIVES ET COURTOISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.