Un dé­but pro­met­teur, une fi­nale en queue de pois­son

L’homme qui vou­lait vivre sa vie

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Cé­dric Bé­lan­ger Le Jour­nal de Qué­bec

Un film d’éric Lar­ti­gau : met­tant en ve­dette Ro­main Du­ris, Marina Fois, Niels Ares­trup et Bran­ka Ka­tic. À l’af­fiche.

Adap­ta­tion d’un ro­man de Dou­glas Ken­ne­dy,

L’homme qui vou­lait vivre sa vie est un film en deux temps. Après une pre­mière par­tie réus­sie et ha­le­tante, le long mé­trage se conclut en queue de pois­son

Dans ses bons mo­ments, L’homme qui vou­lait vivre sa vie, mis en scène par Éric Lar­ti­gau, flirte avec le sus­pense bien ci­se­lé. Ce seg­ment se dé­roule à Pa­ris, où on suit Paul Ex­ben (Ro­main Du­ris), un homme en ap­pa­rence choyé par la vie. Il est un avo­cat ac­com­pli, a une su­perbe femme et deux beaux en­fants. Sauf que ça ne tourne pas si rond que ça. Pen­dant que Paul se de­mande s’il mène vrai­ment la vie qu’il vou­lait, sa femme (Marina Foïs) lui an­nonce qu’elle le quitte. Pour un autre homme, dé­cou­vri­ra-t-il très vite.

DRAME ET DIS­PA­RI­TION

Paul dé­cide d’al­ler confron­ter l’amant, Gré­goire Kre­mer, chez lui. Mais la vi­site tourne au drame et l’amant meurt ac­ci­den­tel­le­ment.

Crai­gnant de pas­ser pour un as­sas­sin et voyant une oc­ca­sion de chan­ger de vie, Paul or­chestre sa propre dis­pa­ri­tion, prend l’iden­ti­té du dis­pa­ru et part pour la Hongrie, où Kre­mer de­vait se rendre pour un contrat de pho­to. Il pour­ra en­fin vivre la vie qu’il souhaitait. Mais ses cli­chés sont vite re­pé­rés par un jour­nal lo­cal et lui ap­portent une re­nom­mée qu’il ne dé­sire pas, pour des rai­sons évi­dentes.

C’est là que ça se gâte. Le rythme ra­len­tit et le scé­na­rio s’épar- pille. Le jeu im­pec­cable de Niels Ares­trup, en jour­na­liste qui ne dit pas non à une der­nière pe­tite bière, et la photographie ma­gni­fique ne trompent pas l’en­nui qui s’ins­talle dans ce ré­cit.

FI­NALE PER­PLEXE

Qui plus est, la fi­nale nous plonge dans une pro­fonde per­plexi­té. Ex­ben est sur un ba­teau et fuit la Hongrie. Des pas­sa­gers sont je­tés à la mer, il prend des pho­tos, on tente de le lar­guer à son tour, il s’en tire. Une in­trigue qui semble sor­tie d’un sac à sur­prise et qui ne mène nulle part. Les ac­teurs sont tout de même tous à la hau­teur.

Ca­the­rine De­neuve fait de brèves, mais sym­pa­thiques ap­pa­ri­tions dans la peau d’une femme d’af­faires. Par ailleurs, lors de notre vi­sion­ne­ment, il fal­lait être at­ten­tif puisque cer­taines par­ties de dia­logues étaient dif­fi­ci­le­ment au­dibles.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.