« MI­SÈRE, SUS­PENSE, SUR­PRISE »

— Fa­bienne Larouche

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Ma­rie-jo­sée Roy Agence QMI

MON­TRÉAL | Fa­bienne Larouche nous pré­vient d’em­blée : la troi­sième sai­son de Trau­ma, qui pren­dra l’an­tenne de Ra­dioCa­na­da dès jan­vier, ne se­ra pas un long fleuve tran­quille. « Je ne fais pas dans la den­telle, aver­tit l’au­teure. Ça va être “hea­vy”! »

Au prin­temps der­nier, la sé­rie mé­di­cale a pris fin avec Ju­lie Lemieux (Isa­bel Richer) qui dé­cou­vrait qu’elle at­ten­dait un en­fant, au mo­ment même où son père, Marc (Mar­cel Sa­bou­rin), s’en­le­vait la vie. Et le si­nis-tre Syl­vain Mar­tel (Nor­mand D’amour), qui avait vio­lé So­phie (Lau­rence Leboeuf) en dé­but de sai­son, se re­trou­vait l’ob­jet d’une dé­li­cate in­ter­ven­tion pro­di­guée par Gilles La­prade (Luc Guérin); ce­lui-ci lui a en ef­fet né­cro­sé sans ver­gogne les tes­ti­cules, à la vue de Pierre Meilleur (James Hynd­man).

Or, cette an­née, le per­son­nel de l’hô­pi­tal Saint-ar­sène doit com­po­ser avec le chaos qui s’est peu à peu ins­tal­lé au cours des der­niers mois. Un an s’est écou­lé de­puis les évé­ne­ments ci-des­sus men­tion­nés, et l’at­mo­sphère est lourde dans les cou­loirs de l’éta­blis­se­ment de san­té. Les uns af­frontent leurs dé­mons, tan­dis que les autres font face à des di­lemmes dé­chi­rants.

Ain­si, Ju­lie ap­prend tant bien que mal à conci­lier ses obli­ga­tions de traumatologue avec celles, non moins exi­geantes, de ma­man de la pe­tite Ma­rie-gi­sèle. So­phie ne s’est tou­jours pas re­le­vée du choc post-trau­ma­tique que lui a cau­sé son agres­sion, ce qui ébranle pas­sa­ble­ment sa mère, Diane (Pascale Mont­pe­tit), et son pe­tit ami, Étienne (Yan En­gland).

Gilles s’est éva­po­ré dans la na­ture après son opé­ra­tion illé­gale sur Mar­tel, et les hu­meurs de Pierre Meilleur conti­nuent d’en faire voir de toutes les cou­leurs à tout un cha­cun; l’ar­ro­gant per­son­nage en dé­cou­dra cette sai­son avec une jo­lie in­fir­mière du nom de Vé­ro­nique Bi­lo­deau (Isa­belle Blais). En­fin, An­toine Lé­ga­ré (Gil­bert Si­cotte) n’est plus lui-même de­puis que Ch­ris­telle (Cin­thia Wu-ma­heux) est par­tie pour­suivre sa for­ma­tion à New York, et c’est le coeur en miettes qu’il se lan­ce­ra à sa re­cherche.

CAS COM­PLEXES

À ces re­vers de la vie s’ajoutent les cas com­plexes qui abou­ti­ront entre les mains de ces mé­de­cins che­vron­nés : un juif or­tho­doxe in­fi­dèle vic­time d’un ac­ci­dent de voi­ture avec sa maî­tresse; un jeune homme qui risque de de­ve­nir in­va­lide à la suite d’une em­bar­dée à mo­to­cy­clette; un boxeur aux mé­thodes de nutrition par­ti­cu­lières qui se re­trouve sur la table d’opé­ra­tion après un en­traî­ne­ment; un ado­les­cent qui frappe une jeune fille sur un che­min de cam­pagne et qui l’em­mène lui-même à l’ur­gence; un homme sans iden­ti­té ci­blé par une ten­ta­tive de meurtre; une femme qui se re­trouve au coeur d’une haine vis­cé­rale entre son frère et son amant; une dame d’un cer­tain âge à la re­cherche de l’amour et de la jeu­nesse qui paie­ra cher son au­dace, et un mons­trueux ac­ci­dent de tra­vail.

« Ce qui m’in­té­resse, c’est la mi­sère, la pau­vre­té, ex­plique Fa­bienne Larouche pour jus­ti­fier la lour­deur de ses in­tri- gues. La mi­sère so­ciale, in­tel­lec­tuelle, émo­tive, fa­mi­liale… C’est pro­ba­ble­ment le lien en-tre toutes mes sé­ries, tous mes per­son­nages. J’aime le sus­pense. Et la sur­prise. C’est mon mo­teur, la sur­prise. Je dis tou­jours que ma “job”, c’est de faire pleu­rer, rire ou avoir peur. »

CONSCIEN­TI­SA­TION

Et de conscien­ti­ser, aus­si. Dans ce troi­sième vo­let de Trau­ma, la pro­li­fique créa­trice trai­te­ra en pro­fon­deur le thème de l’éthique qui, entre les murs d’un hô­pi­tal, prend un sens bien par­ti­cu­lier. « De la grand-mère au cri­mi­nel le plus en­dur­ci, tout le monde a le droit de se faire soi­gner, a droit à la même sol­li­ci­tude. Mais les mé­de­cins sont des êtres hu­mains, eux aus­si… » Voi­là qui laisse pré­sa­ger plu­sieurs confron­ta­tions entre nos doc­teurs!

Fa­bienne Larouche ne s’en cache pas, elle consi­dère Trau­ma comme son pro­duit le plus « es­thé­ti­que­ment fan­tas­tique ». « Je suis très fière de cette sé­rie-là. Je trouve qu’elle vieillit bien », s’en­or­gueillit-elle.

Et il est vrai qu’on n’a lé­si­né sur au­cun moyen pour que cette troi­sième sai­son soit mar­quée du sceau de la qua­li­té. Une par­tie de l’équipe s’est même réel­le­ment trans­por­tée à New York pour mettre en boîte les scènes où An­toine cherche Ch­ris­telle. Tou­te­fois, mal­gré sa sa­tis­fac­tion, celle qui planche éga­le­ment sur 30 vies re­fuse de s’avan­cer sur la pos­si­bi­li­té d’une qua­trième sai­son. « Pour l’ins­tant, on n’a même pas en­core fi­ni de tour­ner la troi­sième… », se con­tente-t-elle de lais­ser tom­ber sa­ge­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.