UNE PLA­NÈTE NOM­MÉE GA­LAXIE

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger

Une no­mi­na­tion au prix Po­la­ris et une fruc­tueuse tour­née à tra­vers la pro­vince ne

peuvent men­tir : avec l'al­bum Tigre et die­sel, lan­cé en dé­but d'an­née, Oli­vier Lan­ge­vin a éta­bli son pro­jet

Ga­laxie par­mi les in­con­tour­nables de la scène rock au Qué­bec.

CE­DRIC.BE­LAN­GER@JOUR­NAL­DE­QUE­BEC.COM

« En ce qui concerne mon band, 2011 a été ma plus grosse an­née », opine ce­lui qui s’est fait un nom à titre de réa­li­sa­teur et mu­si­cien avec son ami Fred For­tin, Ma­ra Trem­blay et les Dales Ha­wer­chuk, entre autres. Comme le suc­cès d’un al­bum ne se me­sure plus en nombre d’exem­plaires ven­dus, c’est en grim­pant sur scène qu’oli­vier Lan­ge­vin a pu consta­ter que les pièces de son troi­sième opus avaient trou­vé leur che­min jusque dans les oreilles de plu­sieurs mé­lo­manes.

« Tigre et die­sel est un beau suc­cès, mais c’est quand même pas des ventes fa­ra­mi­neuses. Mais tout ça se ré­per­cute dans les spec­tacles. La tour­née a été in­té­res­sante, il y avait du monde dans les salles. »

Tigre et die­sel a même réa­li­sé l’ex­ploit d’être le seul disque fran­co­phone à se tailler une place par­mi les dix fi­na­listes au prix Po­la­ris, re­mis au meilleur al­bum ca­na­dien de l’an­née. Con­trai­re­ment à Kark­wa, qui avait ga­gné le Po­la­ris en 2010, Ga­laxie n’a pas éveillé la cu­rio­si­té des Ca­na­diens an­glais.

« J’ai fait quelques en­tre­vues seule­ment. Pour per­cer du cô­té an­glo­phone, ça prend du tra­vail. Il faut que tu ailles faire des shows. Je ne dis pas que ça ne m’in­té­resse pas, mais je ne me bat­trai pas pour al­ler jouer là-bas. J’ai de l’ou­vrage en masse ici. »

SU­PER GROUPE

En ef­fet, ce n’est pas le tra­vail qui manque pour Oli­vier Lan­ge­vin. Non seule­ment vient-il de si­gner la réa­li­sa­tion des al­bums des Dales Ha­wer­chuk, du groupe de Qué­bec I.NO et de Pierre For­tin (Dales Ha­wer­chuk, Ga­laxie), mais il s’ap­prête à mettre

sur pied un su­per­groupe avec ses potes Fred For­tin, Fran­çois La­fon­taine (Kark­wa) et Jocelyn Tel­lier.

La forme mu­si­cale que pren­dra cette col­la­bo­ra­tion reste à dé­fi­nir, mais se­lon Lan­ge­vin, ce se­ra de la mu­sique ins­tru­men­tale. Son nom : Ro­bot vam

pire.

« C’est un pro­jet qu’on veut faire de­puis long­temps et on peut fi­na­le­ment se le per­mettre. Je pense que ça pour­rait sor­tir en 2012. Peut-être à l’au­tomne, mais je ne veux rien avan­cer parce qu’on ne sait pas ce qui va ar­ri­ver avec ça. C’est vrai­ment ex­pé­ri­men­tal, on ne part pas un nou­veau band », aver­tit-il.

SÉ­JOUR EN FRANCE

Avant d’en­trer en stu­dio avec son Ro­bot vam­pire, Oli­vier Lan­ge­vin a en­core plu­sieurs spec­tacles à l’ho­raire avec Ga­laxie, dont deux aux Trans Mu­si­cales, un in­fluent fes­ti­val qui se tient au dé­but du mois de dé­cembre, à Rennes, en France.

Ce pe­tit sé­jour, sou­haite Lan­ge­vin, ser­vi­ra à mettre la table à une tour­née fran­çaise plus éten­due et la pos­sible sor­tie de son al­bum, en 2012.

« Les Trans, c’est un bon trem­plin pour faire de la tour­née. Nous avions pas­sé deux mois en France lors de la der­nière tour­née et nous nous étions créé des contacts », dit le mu­si­cien, qui re­fuse ce­pen­dant de rê­ver en cou­leurs.

« Je ne me fais pas d’es­poir avec ça. Je ne veux vrai­ment pas conqué­rir la France. Je n’ai pas le goût d’ha­bi­ter là-bas. Mais c’est clair que si nous avons de belles pro­po­si­tions, on va al­ler se pro­me­ner de ce cô­té. » √ Ga­laxie est en spec­tacle le 12 no­vembre, au Club So­da, à Mon­tréal, dans le cadre de la soi­rée Jeunes mu­si­ciens du monde, et le 17 no­vembre, au Cercle, à Qué­bec.

OLI­VIER LAN­GE­VIN

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.