Des­tins croisés de per­son­nages

Sa femme, Ka­rine Silla, est la réa­li­sa­trice. Leurs en­fants jouent dans le film. Son per­son­nage lui res­semble en tout point. Pour­tant, Vincent Perez ne consi­dère pas Un bai­ser pa­pillon comme un film per­son­nel.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Cé­dric Bé­lan­ger

« C’est un film im­por­tant, mais pas un film fa­mi­lial », tranche l’ac­teur suisse, joint par Le Jour­nal dans un hô­tel ita­lien, où il est ac­tuel­le­ment en tour­nage.

Ode à la vie, Un bai­ser pa­pillon suit les des­tins croisés d’une ga­le­rie de per­son­nages. Au centre, il y a cette femme (Va­lé­ria Go­li­no) qui cache à son ma­ri (Perez) et à ses deux en­fants qu’elle souffre d’un can­cer in­cu­rable. Son amie, qui veut tom­ber en­ceinte à tout prix. Son in­fir­mière, dont le fils de dix ans a peur la nuit. Le beau-frère pau­mé, qui en­tre­tient une liai­son avec une es­corte. Et sa mère, qui cache un dou­lou­reux se­cret.

« Le vo­let fa­mi­lial, ana­lyse Perez, est peut-être le mo­teur du film. Mais il y a tous ces gens qui viennent. Cé­cile de France, que je ne connais­sais pas.

« Va­lé­rie Go­li­no, avec qui je n’avais ja­mais tra­vaillé. Donc, à un mo­ment don­né, nous sommes tous sur le même ba­teau et ça ne peut pas res­ter qu’un film per­son­nel. Je pense que c’est un film qui a en­vie de s’ou­vrir aux autres. Qui prend l’autre et lui dit que ces his­toires sont les nôtres. À la fin d’une pro­jec­tion, on nous a sou­vent dit : mer­ci de par­ler de nous! J’ai trou­vé que c’était le plus beau com­pli­ment qu’on puisse re­ce­voir parce que je pense que le film parle des gens, de la so­cié­té. »

TRA­VAIL DE COUPLE

Ce n’est pas la pre­mière fois que le couple Silla-perez col­la­bore. Ils avaient fait équipe, en tant res­pec­ti­ve­ment que scé­na­riste et réa­li­sa­teur, sur Peau d’ange. Cette fois, c’est Ka­rine Silla qui, pour la pre­mière fois de sa car­rière, por­tait le cha­peau de met­teuse en scène.

« Ce qui était in­té­res­sant, c’était de jouer avec mes en­fants, d’être dans une vé­ri­té avec le re­gard de quel­qu’un qui est proche », note Perez, qui s’est dit im­pres­sion­né par la té­na­ci­té de sa femme.

« J’ai été té­moin de tous les com­bats que ma femme a me­nés pour que ce film existe. Elle s’est bat­tue comme si c’était une vé­ri­table né­ces­si­té de ra­con­ter cette his­toire. De là, est née une met­teuse en scène qui a du ta­lent et un re­gard nou­veau sur la so­cié­té. »

AVEC DE­PAR­DIEU

Les amou­reux se re­trou­ve­ront bien­tôt sur un autre pla­teau, puisque Vincent Perez noir­ci­ra aus­si l’af­fiche du deuxième long mé­trage de sa femme. Le Père Noël est afri­cain se tour­ne­ra en mars, au Sé­né­gal, et se­ra une co­mé­die sur la re­cons­ti­tu­tion fa­mi­liale. In­ci­dem­ment, Perez don­ne­ra la ré­plique à Gé­rard De­par­dieu, ex­con­joint de Silla et père de Roxane, qui jouait la fille de Perez dans Un bai­ser pa­pillon. « Je suis ab­so­lu­ment ra­vi de re­trou­ver Gé­rard. Ce se­ra un grand mo­ment, je crois », dit Perez, qui tour­ne­ra de son cô­té, en 2012, l’adap­ta­tion du ro­man Ber­lin est seul, de Hans Fal­la­da. « C’est un pro­jet au­quel je m’ac­croche de­puis très long­temps, que je de­vais faire l’an pas­sé, mais qui a été re­pous­sé à l’an pro­chain. C’est un livre ex­tra­or­di­naire. C’est mon grand pro­jet. »

PHO­TO COURTOISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.